Logiciel serveur collaboratif : fin de règne pour Microsoft Exchange ?

Logiciel serveur collaboratif : fin de règne pour Microsoft Exchange ?
Il y a du nouveau sur le front des logiciels serveurs collaboratifs : Panasonic qui migre de Microsoft Exchange vers la suite collaborative Lotus live d'IBM, c'est plus de 350.000 employés qui quittent l'un des fleurons de Microsoft. La bataille entre les deux géants cache en fait une tendance à la segmentation du marché. Avec l'expansion des usages mobiles et l'éclosion des solutions collaboratives en mode SaaS, les logiciels serveurs de messagerie s'ouvrent à la concurrence : avec Zimbra notamment, mais aussi une série de logiciels Open Source ou sous licence GPL comme Scalix et surtout OBM, qui misent sur l'interopérabilité avec les logiciels propriétaires. Un choix qui pose aussi la question de l'adoption de l'architecture Linux dans les entreprises.

Lotus Notes, rival de Microsoft
Si Microsoft Exchange reste une référence dans le secteur des logiciels serveurs collaboratifs et le choix numéro un des entreprises, la suite Lotus Notes d'IBM donne du fil à retordre au produit phare de Microsoft depuis quelques temps. En misant notamment sur la complémentarité des applications métiers, sur un environnement sécurisé, la création de réseaux sociaux d'entreprises et sur son puissant serveur web Domino, qui outre la gestion de messagerie et d'applications partagées, permet aussi l'hébergement de sites web.

Côté support mobile, IBM vient de développer une application dédiée pour iPhone qui permet d'accéder à sa messagerie au moyen d'un compte utilisateur Lotus ID. Une application qui sera répliquée bientôt sur Androïd, et qui s'ajoute à la généralisation future de la suite Lotus Collaboration sur les principaux supports Smartphones. A cela s'ajoute le projet Vulcan, qui enrichira les fonctionnalités de la suite Lotus Notes. Une intiative que Microsoft tentera de contrer avec la sortie prochaine de Windows Exchange 2010.

Zimbra et Scalix en embuscade
Plus confidentiel car sous distribution Linux, le logiciel serveur collaboratif Zimbra se positionne derrière les deux géants. Il mise notamment sur une interface en langage Ajax qui lui donne un avantage en termes de confort d'utilisation : clic-droit, glissé-déposé, raccourcis claviers... Fonctionnant depuis un navigateur web ou Outlook, avec des fonctionnalités mobiles (synchronisation) dans sa version payante, il joue la carte de l'interopérabilité (même si elle est encore réduite) et de l'utilisation nomade. Zimbra réunit les principales fonctionnalités collaboratives de ses concurrents (organisation et partage de rendez-vous et de contacts, courriels, gestion de documents, etc.)

Autre outil pour la création de groupware et doté de logiciels collaboratifs : Scalix. Accessible depuis différents clients (Outlook), il est lui aussi orienté vers l'interopérabilité avec les applications propriétaires.

OBM : la quadrature du cercle ?
Le cas d'OBM (Open Business Management) est particulièrement intéressant. Cette suite d'applications collaboratives récemment adoptée par quelques grands établissements publics comme l'Inserm, réunit les qualités qu'on retrouve chez ses concurrents, avec quelques atouts en plus. Egalement déployée dans les PME, elle présente l'avantage d'être gratuite car sous licence GPL (le support technique généralement assuré par un tiers est payant), et donc évolutive et paramétrable. Elle est composée de plusieurs modules compatibles avec les clients propriétaires, et inclut des applications métiers : messagerie, connecteurs (Outlook, Thunderbird, PDA), groupware (agenda partagé, contacts, tâches), CRM (relation client), annuaire LDAP, gestion de production (suivi des projets, contrats et incidents).

Bref, Microsoft Exchange n'est plus le seul acteur sur le marché des logiciels serveurs collaboratifs.

Découvrez Lotus Live et Microsoft exchange