Adopter une solution en cloud dans l'entreprise

Adopter une solution en cloud dans l'entreprise
Face aux difficultés liées à la transition vers l'architecture cloud dans l'entreprise, plusieurs acteurs offrent aujourd'hui des solutions d'accompagnement pour faciliter aux PME la virtualisation de leurs serveurs et applications professionnelles. A l'image de HP, qui vient de sortir trois nouvelles offres permettant aux entreprises de minimiser les risques liés à la mise en œuvre des technologies cloud et d’accélérer leur retour sur investissement. Dans la foulée, les sociétés de conseils et de services élargissent leur gamme d'offre à l'informatique dans les nuages.

Selon une étude récemment publiée par Microsft, 40% des PME recourant aux solutions hébergées ont vu leur revenu augmenter de 30% et plus. Economies d'énergie, gain de productivité, meilleure prédictibilité financière, l'architecture SaaS -grande composante du cloud computing- séduit de plus en plus par sa flexibilité et ses performances aujourd'hui proches des logiciels traditionnels. Si les réticences persistent concernant notamment la sécurité et la confidentialité des données hébergées chez un fournisseur tiers, les avantages dépassent peu à peu les inconvénients. Pourtant, faire « rentrer le nuage » dans l'entreprise suppose un vrai travail de réflexion en amont, et surtout un vrai plan d'intégration. En effet, l'adoption du cloud computing dans l'entreprise s'apparente à changer de modèle économique.

Nouveau modèle économique
Parmi les caractéristiques essentielles du modèle « cloud » : la virtualisation des serveurs d'entreprise et des applications professionnelles qui sont hébergées par un fournisseur dans une configuration locative de type « paiement à la demande ». Ce modèle a pour conséquence de faire baisser les coût liés à une architecture informatique standard : qui inclut notamment la maintenance et le renouvellement des serveurs , l'achat de licences des logiciels propriétaires, etc.

Un changement qui bouleverse la gestion des ressources humaines et nécessite la redistribution des tâches au sein des DSI.

La pertinence du modèle cloud
Se pose ensuite le problème de pertinence du passage à l'informatique dans les nuages : certaines applications métiers n'existent pas en mode SaaS, d'autres ont des options de configuration encore limitées. Selon la taille de l'entreprise, l'adoption d'applications en mode hébergé est plus ou moins judicieux : la variété des besoins (bouquet d'offres SaaS) et le nombre de d'employés (le modèle SaaS étant collobratif) justifient ainsi une démarche de migration.

Les difficultés liées à la migration vers le cloud computing
Le « cloud computing » en entreprise n'est pas un bloc monolithique : un partie seulement des applications passent en mode SaaS, d'autres continuent d'être hébergées par le serveur d'entreprise. Une situation « hybride » qui nécessite un plan d'intégration des applications distantes pour ne pas « confiner » les informations qu'elles contiennent. La synchronisation des données SaaS avec le reste du système d'information est une manoeuvre délicate, que les entreprises ont des difficultés à effectuer seules.

Offres de soutien au plan de migration
Pour faciliter la transition vers le modèle « cloud » aux PME, de nombreux acteurs de l'informatique virtuelle proposent aujourd'hui des solutions d'accompagnement. HP vient ainsi de sortir trois offres assurant aux entreprises un plan de migration vers les services cloud, permettant de faire la jonction entre elles et le fournisseur de services. L'objectif étant de garantir la sécurité, la stabilité et les performances du nouveau modèle. De nombreuses sociétés de services et de conseils ont récemment vu le jour, et d'autres grands noms de l'informatique se sont engouffrés dans la brèche : comme IBM et sa branche « Global Business Services » qui propose d'installer et configurer les solutions cloud dans les centres d'hébergement.

Crédit photo : Dreamstime