Sage ERP X3 à l’assaut de l’international

Sage ERP X3 à l’assaut de l’international
Christophe Letellier, patron monde de Sage ERP X3, annonce que la nouvelle version de la solution pour entreprises de taille moyenne et intermédiaire possède tous les avantages nécessaires requis au développement international.

De nouvelles fonctionnalités

L’éditeur joue à fond la carte du 2.0 : personnalisation par rôle apportée par le portail Web dès la version 5 et surtout, une extension de publication de tableaux de bords qui s’appuie sur la technologie de portails personnels de Netvibes, la « Sage Enterprise Webtop ». Cette interface combinera widgets professionnels et personnels par simples « glissers-déposers ».

Le serveur Safe X3 Web Server aidera également à alimenter des sites Web en temps réel. Et pour les clients, Sage propose l'automatisation du traitement des factures grâce à des partenariats avec Docubase et Readsoft.

Une expansion internationale

Depuis janvier 2010, Sage ERP X3 v6 est disponible en France, en Allemagne, en Espagne, en Suisse, en Australie et en Afrique francophone. Au deuxième trimestre 2010, le lancement commercial s’intensifiera aux Etats-Unis, au Canada, au Royaume-Uni, à la Chine et aux pays d'Afrique anglophones. Au second semestre 2010, il se poursuivra dans les autres pays ciblés par Sage.
En France sur un marché pourtant saturé, le groupe rafle un tiers des appels d'offre et revendique la même part de marché. Mais c'est surtout à l'international que Sage veut faire progresser son PGI.

Christophe Letellier, patron monde de Sage ERP X3, explique que « Notre ambition est d'être mondialement reconnu comme un leader du Mid-Market, Sage ERP X3 comptant déjà 2 700 clients dans plus de 50 pays, avec 150 000 utilisateurs et 150 partenaires ».

Pour le moment, le groupe travaille toujours sur le développement de ses canaux de distribution aux Etats-Unis. A l’avenir, Sage se concentrera en particulier sur son potentiel de développement en Amérique du Nord, au Royaume-Uni, en Allemagne et en Chine.

Pour en savoir plus : Communiqué de presse de Sage.