Recycler son matériel pour une facture moins salée ?

Recycler son matériel pour une facture moins salée ?
Un effet de mode le Green IT ? Pas seulement ! C’est aussi un moyen pour les entreprises de réaliser des économies d’énergie, en achetant des produits informatiques moins gourmands en énergie. Mais on peut aussi alléger la facture en recyclant son ancien parc informatique. De plus en plus de fabricants proposent de reprendre votre ancien matériel contre monnaie sonnante et trébuchante ! Trois ans après la mise en place de l’écotaxe, clients et revendeurs la jouent gagnant/gagnant. Mais les entreprises peuvent aussi mettre en place leurs propres canaux de recyclage.

Dans une récente interview, Laurent Poirot, responsable de la division PABX chez Panasonic nous indiquait que lors du renouvellement d’un parc de téléphone PABX, Panasonic proposait de racheter les anciens postes à 20% de leur valeur d’origine. Comment une société peut-elle se permettre de racheter du « vieux » matériel à une telle valeur sans attaquer sa marge ? Tout simplement en « revalorisant » le matériel qu’elle récupère dans les entreprises qu’elle équipe.

Depuis maintenant 3 ans et la mise en place de l’écotaxe, les vendeurs ont l’obligation de reprendre les équipements électriques. Forcément, la reprise et le retraitement de ce matériel défectueux a constitué une véritable charge pour les revendeurs mais aussi pour les fabricants. Résultat, la revalorisation des appareils électriques permet aujourd’hui, au mois d’alléger la note du retraitement et peut même parfois faire gagner de l’argent à l’entreprise.

L’enlèvement de l’ancien matériel par le fournisseur qui renouvelle le parc informatique reste le moyen le plus économique et le plus simple pour le chef d’entreprise de se débarrasser de son vieux parc. HP, par exemple propose de reprendre gratuitement l’ancien matériel quelle que soit la marque des ordinateurs.

Un « cadeau » aux employés
Une fois l’appareil amorti, une entreprise peut tout à fait le proposer à ses salariés. Que ce soit sous la forme d’un don ou même d’une vente, ce qui permet de réduire la facture dans le cas de l’achat de nouveaux postes. Pas connu de tous les chefs d’entreprise, ce moyen de « recyclage » est pourtant autorisé par la loi de finances 2007, le don n’est plus considéré comme à un avantage en nature soumis à des cotisations. En vendant ou en donnant les anciens appareils, l’entreprise n’a désormais plus à craindre les foudres du Fisc ou de l’Urssaf.

Mais l’entreprise peut aussi faire appel à un « broker » pour reprendre son matériel. A l’instar d’une casse automobile, ces détaillants rachètent les anciennes machines, récupèrent les pièces pouvant être réutilisées, les reconditionnent ou les vendent en pièces détachées. Une bonne opération pour l’entreprise qui peut récupérer 15% à 20% de la valeur d’origine d’un matériel en bon état âgé de 4 à 5 ans.

Reste que pour les entreprises qui veulent s’affranchir des contraintes de recyclage de matériel, la location reste encore la meilleure solution.

En savoir plus
9% des Français ne recyclent pas leurs déchets électroniques ou électriques
Donnons.org, la découverte du jour du 6 novembre

Lire par ailleurs
L'interview de Laurent Poirot, de Panasonic


Crédit photo : Dreamstime.com