Cécile Lechanteur, chef de produit, Elba : « Etre en constante réflexion »

Cécile Lechanteur, chef de produit, Elba : « Etre en constante réflexion »
En janvier dernier, Elba lançait son site elbaprint.com. Elba, marque du Groupe Hamelin, fabrique et distribue des produits de classement. L’entreprise a décidé de travailler avec l’agence Nuxeo afin de proposer un site permettant aux clients de personnaliser leurs produits de classement. Cécile Lechanteur, chef de produit chez Elba, nous explique comment cette expérience de création et de lancement de site a été vécue chez Elba !

CCM – Quel était le projet initial qui a accouché du site elbaprint.com ?

CL – L’idée que nous nous faisions d’elbaprint.com, était d’apporter un service en plus au consommateur, en lui proposant de personnaliser ses produits. Nous voulions que ce service soit accessible en ligne et que les utilisateurs n’aient pas besoin de se loguer pour avoir un accès au service. Notre but n’était pas de récolter des adresses mails pour envoyer des newsletters, mais de proposer un service simple et intuitif, permettant à tout type d’utilisateur de profiter du service.

CCM – Concrètement, quand l’utilisateur final entre dans le site, comment cela se passe-t-il ?

CL – Il arrive sur la page d’accueil, on lui demande de sélectionner une langue parmi les 10 disponibles (ndlr, elbaprint.com est accessible depuis la majorité des pays européens). On rentre ensuite dans le vif du sujet, puisque l’utilisateur doit choisir un gabarit d’étiquette pour son produit. Pour ce faire, on l’invite à reporter un code, inscrit sur le produit qu’ils ont acheté, et qui correspond à un gabarit d’étiquette. A partir de là, il peut très simplement personnaliser et imprimer son étiquette. C’est vraiment un service intuitif et il n’y pas besoin d’avoir une grande maîtrise de l’informatique pour utiliser cet outil.

CCM – Par rapport au cahier des charges que vous vous étiez fixé, y’a-t-il de grosses différences par rapport au site actuellement en ligne ?

CL – Notre cahier des charges était orienté consommateur final. Nous ne maitrisions pas le côté technique. Le cahier des charges s’est étoffé au contact de Nuxeo, il est devenu plus précis.

CCM – Justement, quelle a été la méthode de travail avec Nuxeo ?

CL – Nous avons mis en place une équipe projet Elba/Nuxeo. Nuxeo est arrivé avec des matrices et des recommandations. Et surtout Nuxeo nous a expliqué la nécessité de précision sur la définition de nos besoins. De ce point de vue, ce projet a été vraiment formateur. Il y avait un chef de projet Elba et un chef de projet Nuxeo. Le chef de projet Nuxeo faisait le lien entre Elba et les développeurs informatiques.

CCM – Au cours du projet, quelles sont les principales difficultés auxquelles vous avez été confrontés ?

CL – Je dirais que la principale difficulté est de gérer les problèmes de communication entre nos services marketing et les services de développement informatique de chez Nuxeo. C’est parfois assez compliqué d’avoir des discussions entre des services qui ne jouent pas avec les mêmes contraintes, qui n’ont pas forcément les mêmes intérêts et le même langage.

« La principale difficulté est de gérer les problèmes de communication entre nos services marketing et les services de développement informatique de chez Nuxeo »

CCM – Alors finalement, comment on départage ?
CL – Chez nous, cela n’a pas été si difficile d’arbitrer parce que le critère le plus important, c’était l’utilisateur final. Il y a certaines fonctionnalités qui n’ont pas pu être développées pour des raisons techniques, mais nous savons que Nuxeo a fait le maximum. Mais pour nous le plus important a été assuré : le site est très intuitif. Les fonctionnalités et le chargement des pages s’effectuent correctement.

CCM – Avec du recul, y’a-t-il des choses que vous aimeriez modifier aujourd’hui ?


CL – On aimerait aujourd’hui ajouter de nouvelles fonctionnalités, qui donneraient plus de liberté à l’internaute.

CCM – Quand vous voyez le résultat aujourd’hui, avec 10 mois d’exploitation, qu’est ce qui vous surprend ?
CL – On se rend compte aujourd’hui, grâce aux statistiques, que les utilisateurs se connectent plus durant la semaine.

CCM – Et chez Elba, quel bilan tirez-vous de ce projet ?
CL – Cela nous pousse vraiment à être en constante réflexion, sur des services complémentaires à proposer aux consommateurs finaux. Le site est vraiment en perpétuelle évolution. Nous l’avons d’abord lancé en France, puis dans le reste de l’Europe.