La startup de la semaine-Tiolive : toute la gestion d'entreprise en ligne, gratuitement et sans limite

La startup de la semaine-Tiolive : toute la gestion d'entreprise en ligne, gratuitement et sans limite
Interview de Jean-Paul Smets, PDG de Tiolive LLC, créée le 15 janvier 2009, qui lance aujourd’hui ‘‘Tiolive’’, un progiciel des gestion d’entreprise complet, libre et hébergé gratuitement. Une bonne nouvelle pour des milliers de PME et TPE.

Le monde d’Internet et celui des logiciels libres nous ont habitués à des choses vraiment folles. Mais aujourd’hui, avec le lancement mondial de Tiolive, à partir de Lille, vous battez les records ! Quelles sont vos motivations ?
Tout d’abord, Tiolive LLC est une filiale à 100% de Nexedi France qui existe depuis 7 ans. Nexedi est l’éditeur d’ERP5, un des rares PGI (Progiciel de gestion intégré : ERP : Enterprise ressource Planning, en anglais) Open Source (Logiciels libres à code source ouvert) dans le monde. L’idée, c’est de rendre accessible au plus grand nombre de PME et de TPE la technologie ERP5, utilisée par de grandes banques, des administrations publiques et des industriels. C’est-à-dire une solution de gestion complète d’entreprise avec la comptabilité, la gestion de la relation client, la gestion documentaire, la gestion de production, la gestion des connaissances, la téléphonie sur IP et la visioconférence.

Mais pourquoi gratuitement ?
Dans le monde d’aujourd’hui, il faut proposer des solutions qui fonctionnent tout de suite et sans effort. On trouve déjà des ERP en mode SaaS (Software as a Service ; logiciel à la demande, hébergé et loué sur Internet) avec des tickets d’entrée gratuits. Soit pour une personne, soit pour trois mois... Pour notre part, nous offrons la première alternative Open Source dans le Cloud et en mode SaaS. C’est notre manière d’étendre le concept du ticket d’entrée gratuit. Les clients de Tiolive ont ici un ERP complet, gratuit, hébergé gratuitement, sans limitation du nombre d’utilisateurs... jusqu’à 100 Mo de données stockées. Ensuite, il y a un abonnement ‘‘Premium’’ à 49 euros par mois pour toute l’entreprise, jusqu’à 10 Go de données stockées. Cela laisse pas mal de marge de manoeuvre...

Et pourquoi en Open Source ?
En plus de la gratuité ou du tout petit prix, nous militons pour que les entreprises puissent garder le contrôle sur leur activité, notamment celle qui consiste à créer de la valeur en produisant de l’information. A cet égard, nous ne voulons pas que les clients soient prisonniers d’un seul fournisseur SaaS. Au contraire, il faut qu’ils puissent changer facilement de fournisseur en accédant non seulement à leurs propres données mais aussi au code source de l’application qui a permis de les générer. Nous formons ainsi une alternative au modèle économique de Google qui utilise des composants technologiques libres pour en faire des services Web propriétaires. Nous faisons partie d’un nouveau mouvement : le ‘‘Service Web libre’’ (Open Source Web Service) qui est supporté par une initiative internationale qui s’appelle Tiolibre. Avec ce mouvement, nous voudrions inciter nos concurrents à laisser aux entreprises clientes le contrôle de leurs données et du code source des applications. En tous cas, à ne pas exagérer.

J’ai entendu le mot ‘‘militer’’. Vous êtes militant ? En quel sens ?
Dans le logiciel libre, on est toujours un peu militant. Mais je préfère parler d’approche citoyenne. L’idée, c’est de partager ce que nous faisons avec des grands comptes pour en faire bénéficier les TPE et les PME en leur offrant un environnement de gestion d’entreprise, complet, pas cher, voire gratuit, et qui participe à une forme de progrès dans l’efficacité économique.

C’est une grande ambition...

Ce n’est pas si facile ! Il ne suffit pas de publier un ERP libre pour que les PME puissent en bénéficier concrètement. A la différence des grands comptes, les petites entreprises n’ont pas de moyens de s’offrir du conseil et de l’adaptation. Cela ne les empêche pas, parfois, de faire des dépenses élevées dans un logiciel qui ne fera pas l’affaire. Ici, elles auront un superbe outil qui leur permettra de mieux maîtriser leurs processus métier et leurs processus de gestion. Encore faut-il que nous réussissions à ce qu’elles le comprennent.

Comment comptez-vous vous y prendre ?
Tout d’abord, il est très facile de s’inscrire en ligne. Les utilisateurs peuvent aussi télécharger une documentation complète sur l’utilisation de Tiolive. Nous développons aussi un écosystème à trois étages. Tout d’abord, au plan technologique, nous formons des partenariats avec Lost Oasis qui fournit l’infrastructure du Cloud libre. Et avec AG Projects qui offre l’infrastructure libre de téléphonie sur IP et de visioconférence. Ensuite, nous avons tissé un réseau de 10 sociétés de conseil en ERP qui aident les entreprises à la configuration, au déploiement et à la formation sur Tiolive. Il y a, entre autres, Idealis en Belgique, Imatone en France et Communikom à Dubaï.

Et quel est le troisième étage ?
Nous développons des partenariats éducatifs. Tiolive est déjà utilisé comme une plate-forme d’enseignement pour des écoles de commerce, des écoles d’ingénieur et des universités. Plutôt que de déployer des ERP sur leurs propres serveurs, elles préfèrent recourir à des solutions en mode SaaS. A ce titre, nous avons lancé le programme ‘‘One Student One ERP’’ (Un ERP pour chaque étudiant) avec Télécom-Lille 1, l’Université de Lille 3 en France, avec l’Institut Fluminense au Brésil et l’Université de Dakar au Sénégal. Ces écoles et ces universités sont également des partenaires académiques avec lesquels nous faisons de la recherche et du développement.

Quels sont vos objectifs ?
Tout d’abord, accroître la base installée de Tiolive en rendant toujours plus facile la compréhension des avantages qu’on peut tirer d’un ERP. Nous voulons atteindre une base installée de 100.000 entreprises d’ici quelques années. Quitte à ce que Tiolive fasse des ‘‘petits’’ sous d’autres marques. Pour financer l’accélération de notre développement, nous envisageons de faire un tour de table avec des investisseurs industriels.

Aujourd’hui la société Tiolive LLC est une filiale américaine à 100% de la société lilloise Nexedi. Pourquoi l’avoir basée aux États-Unis ?

Nous voulons pénétrer le marché américain. Pour cela, il faut avoir une société localisée sur le territoire américain. Ce sera plus facile de vendre aux Etats-Unis et dans le reste du monde à partir d’une société américaine. Pour l’Europe, nous nous appuyons sur la maison mère lilloise.

CommentCaMarche.Pro souhaite à votre startup lilloise d’avoir autant de succès que le film « Bienvenue chez les Ch’tis » !


Pour en savoir plus :
http://www.tiolive.com
http://www.tiolibre.com
http://www.lost-oasis.fr
http://www.ag-projects.com