Donnez votre avis

Elie Sloïm, Temesis : « L’accessibilité n’est plus une contrainte, mais un choix »

CommentCaMarche - jeudi 3 septembre 2009 - 18:55
Elie Sloïm, Temesis : « L’accessibilité n’est plus une contrainte, mais un choix »
Spécialisée dans l’accessibilité des sites web, Temesis est aujourd’hui l’un des acteurs reconnus du domaine de l’accessibilité. Les normes encore mal connues des éditeurs de sites commencent peu à peu à s’imposer. Elie Sloïm, le gérant de Témésis , nous en dit un peu plus sur l’accessibilité des sites web.

CCM – Qu’englobent les problématiques d’accessibilité ?

ES – Il y a plusieurs manières d’envisager la question. La plus évidente reste bien sûr l’accès à l’information par des personnes ayant des déficiences visuelles, auditives ou motrices. L’accessibilité permet à ces personnes d’accéder sans difficulté aux contenus et services des sites web. C’est en général la vision restrictive qu’ont les gens de l’accessibilité alors que ça n’est pas que cela. L’accessibilité regroupe en fait des problématiques beaucoup plus larges : il s’agit de travailler à l’accès aux contenus web pour tout le monde, c’est à dire de travailler à la fois sur l’accès aux personnes déficientes, mais également sur l’accès aux contenus depuis un terminal mobile, avec une connexion bas-débit, ou avec n’importe quel outil ou machine (traducteur en ligne, moteur de recherche, agrégateur…).

CCM – Les entreprises sont elles-conscientes de l’importance de rendre leurs sites accessibles ?

ES – Le prise de conscience est très lente, mais elle commence grâce à l’essor des standards proposés par le W3C, et également grâce aux différentes actions menées par l’Union européenne ou les états. Il y a quand même eu des éléments très favorables comme la loi de 2005 sur la participation et la citoyenneté des personnes handicapées, qui impose au secteur public de rendre leurs sites accessibles. Dans les grandes entreprises privées, des efforts importants ont également été consentis. De ce côté là, les risques juridiques ont une importance considérable. Vis-à-vis des personnes handicapées, il y a en effet de gros risques de discrimination. La non accessibilité de certains contenus peut être difficile à justifier, notamment en ce qui concerne les rubriques RH des sites Internet. Le risque juridique est tel que les grandes entreprises se préoccupent de plus en plus souvent de cette question.
Par ailleurs, les effets bénéfiques de l’accessibilité sur le référencement ont également beaucoup de poids : aujourd’hui, les référenceurs le savent bien, l’accessibilité a des conséquences favorables sur le référencement naturel.
Pour finir, les standards d’accessibilité ont également des effets sur l’industrialisation de la production de sites Web. Cette industrialisation commence à être appréciée voir exigée par les clients.

« Il n’y pas d’entreprise qui refuse délibérément d’adapter son site »


CCM – Qu’est ce qui freine les entreprises à rendre leurs sites accessibles ?

ES – Il n’y pas d’entreprise qui refuse délibérément d’adapter son site. En général, elles ont plutôt tendance à reporter le chantier à plus tard. Les freins sont les mêmes que dans d’autres domaines de la production Web : la difficulté à comprendre le problème, le coût de mise en conformité, la remise en cause que cela implique et tout simplement la résistance au changement. Parfois, l’absence d’expertise est un frein majeur, mais je le répète, je ne connais pas d’entreprise qui refuse d’emblée de rendre son site accessible.

CCM – Pour beaucoup, accessibilité rime avec contraintes… Est-ce réellement contraignant de rendre son site accessible ?


ES – Cela dépend vraiment des objectifs que l’on se fixe dès le départ. Si on se dit qu’on va respecter les standards à la lettre, sans aucune souplesse, c’est une démarche forcément contraignante… mais ça serait aussi le cas avec n’importe quelle problématique du Web (juridique, technique…). Mais si en revanche on part sur des bases saines, que l’on s’autorise de la souplesse, rendre son site accessible n’est pas forcément une démarche si contraignante. C’est certainement contraignant pour les acteurs qui n’ont pas d’expertise ou pas d’expérience, mais lorsque l’accessibilité devient une habitude et fait partie de la façon de travailler, l’accessibilité n’est plus une contrainte, mais un choix.

« Il y a nécessairement des arbitrages à faire »


CCM – Justement, sur quels standards s’appuyer ?

ES – Le minimum consiste à rendre son site conforme aux standards du W3C. Ces standards sont quand même aujourd’hui à peu près bien intégrés dans les sites web. Ensuite, sur le plan de l’accessibilité, les recommandations WCAG (Web Content Accessibility Guidelines, ndlr) sont aujourd’hui au point et commencent à être connues et de mieux en mieux intégrées par les développeurs. Peu à peu, on voit également émerger des approches plus souples, qui intègrent une notion d’amélioration et d’adaptabilité : on assiste à un vrai début de maturité du secteur. Cela dit, le déploiement de standards d’accessibilité nécessite une vraie rigueur : le but n’est pas d’être souple à tout prix. Il est possible de déployer les standards d’accessibilité de manière assez souple mais il faut savoir être strict sur certains points. Il y a nécessairement des arbitrages à faire, qui demandent une bonne expertise technique.

CCM – Les CMS ont actuellement le vent en poupe, intègrent-ils suffisamment les problématiques d’accessibilité, selon vous ?

ES – D’une manière générale, il reste encore un travail à poursuivre du côté des CMS (Content Management Systems, ndlr), même s’ils ont beaucoup progressé ces dernières années. Le cœur des principaux CMS du marché comporte de moins en moins de freins à l’accessibilité et produisent du code conforme aux standards. C’est d’ailleurs presque une question de vie ou de mort pour ces outils. En revanche, l’immense majorité des plug-ins (extensions) des CMS ne sont pas accessibles. Par ailleurs, les interfaces riches se multiplient et sont rarement accessibles. Et pour revenir à l’accessibilité des contenus produits, les éditeurs de CMS ont encore de gros progrès à faire en ce qui concerne leur capacité à aider et guider les utilisateurs dans la voie de l’accessibilité, voire dans leur capacité à corriger les erreurs introduites par les contributeurs.

CCM – Elie Sloïm, je vous remercie

Crédits photo: Matthieu Drouet – Takeasip
Site: http://www.temesis.com
Ajouter un commentaire

Commentaire

Commenter la réponse de kijuhygtfvb