Pierre-Louis Biaggi, Orange Business Services : « Libérer les usages »

Pierre-Louis Biaggi, Orange Business Services : « Libérer les usages »
Un an après le lancement de son offre TelePresence en partenariat avec Cisco, Orange Business Services vient d’annoncer de nouveaux services pour la visioconférence. Leader sur ce marché de la visioconférence avec 5 % du marché mondial, l’opérateur parie sur la simplification de ses solutions pour en massifier l’usage. Pierre-Louis Biaggi, directeur des opérations Global Services, explique comment Orange Business Services a conçu son offre.

CCM - Un an après le lancement de l’offre TelePresence, Orange Business Services vient d’annoncer qu’elle enrichissait son offre. Justement, comment se divise le marché de la visioconférence chez Orange ?

PLB - Pour nous, le marché de la visioconférence se divise en trois secteurs principaux. Le premier, c’est celui des salles immersives. Effectivement, en 2008, en ce qui concerne les salles immersives, nous avons lancé une offre TelePresence avec Cisco. C’est un service vraiment orienté vers les grandes entreprises et haut-de-gamme, déjà parce qu’il nécessite des infrastructures préalables.
La deuxième « grande brique », c’est la visioconférence par écrans, qui ne nécessite pas d’infrastructure particulière et est donc plus légère à mettre en œuvre.
Enfin, le troisième secteur, c’est bien sur la visioconférence individuelle, via un PC.
Orange Business Services intervient bien sûr sur ces trois grands secteurs.

CCM - Justement, de quels services ces offres se sont-elles enrichies ?


PLB - En ce qui concerne TelePresence, nous avons enrichi l’offre du service TelePresence Community, qui permet l’interconnexion de plusieurs entreprises partout dans le monde, pourvu qu’elles utilisent le réseau Orange. TelePresence Community, permet aussi l’utilisation d’une passerelle pour les utilisateurs équipés de terminaux visio en haute-définition ou en définition standard.
Nous avons aussi voulu garantir un service haut de gamme pour TelePresence en proposant ce que nous appelons « un service conciergerie 5 étoiles », qui est en fait un support utilisateur « clés en main » disponible 7 jours sur 7 et 24h/24h.

« Lorsque l’on apporte de la simplicité, on gagne 50 % d’utilisation »

CCM - Les nouveautés, c’est seulement pour les services haut de gamme ?

PLB - Pas du tout ! J’allais justement y venir ! Nous avons aussi lancé l’offre Open Videopresence, pour la visioconférence par écrans. Nous avons voulu ouvrir le service au maximum, en rendant la visioconférence possible quel que soit le réseau, le constructeur de la solution et le type d’équipement de l’entreprise. Que vous ayez une salle immersive ou pas, que vous utilisiez un réseau de IPVN ou RNIS, l’Open Videopresence s’adapte à tous les équipements.
Nous avons voulu simplifier son utilisation en rendant la visioconférence aussi simple qu’un coup de téléphone. Vous pouvez, par exemple, réserver votre salle via Outlook ou un portail Web. Ensuite, nous avons voulu proposer un service d’assistance 7j/7 et 24/24h.

CCM - La visioconférence a longtemps eu du mal à décoller, quels étaient selon vous les freins chez les utilisateurs ?

PLB - C’est vrai que pendant longtemps, et encore aujourd’hui, on a noté que son utilisation était assez limitée. Les études que nous nous sommes procurées montrent par exemple qu’elle n’est utilisée que 6 % du temps. Mais on a aussi remarqué, que lorsque l’on apporte de la simplicité, on gagne 50 % d’utilisation. Chez Orange Business Services, nous avons voulu libérer les usages. En proposant un service simple d’accès, interopérable et avec un support, nous avons vraiment voulu faire en sorte que les utilisateurs s’approprient l’outil. Parce que c’est vrai qu’avant, la visioconférence avait la réputation d’être un service lourd : s’il faut passer ¾ d’heure à installer le service pour une réunion d’une heure, c’est sûr que ça décourage les entreprises. Maintenant, on n’en est plus là.

« S’ouvrir à un maximum de constructeurs »

CCM - Vous parlez de libération des usages et de simplicité, pourtant Orange, nouvelle vitrine de l’opérateur historique France Télécom, a souvent eu la réputation de verrouiller au maximum ses réseaux !

PLB - En l’occurrence, là, on ne demande pas mieux que de s’ouvrir à un maximum de constructeurs. Si on prend la solution Open Videopresence, elle est ouverte à tous les réseaux et à plusieurs constructeurs ! Nous, en tout cas, nous sommes prêts à travailler avec tout le monde.

CCM - Pour une entreprise, à partir de quelle taille la visioconférence devient-elle intéressante ?

PLB - Il n’y a pas de taille minimum d’entreprise. A partir du moment où vous êtes une entreprise multi-sites ou que vous avez des liens très forts avec un client, un sous-traitant et que vous devez souvent effectuer des déplacements pour assister à des réunions, la visioconférence est vraiment un outil qui permet d’économiser sur les déplacements. A titre d’exemple, pour les salles immersives, nous avons constaté un retour sur investissement sur 12 mois, si l’on tient uniquement compte des voyages. Si l’on considère en plus la productivité et le temps que vous perdez dans le taxi pour vous rendre à l’aéroport ou à la gare, le retour d’investissement peut se faire sur 6 mois.

CCM - L’année passée, le rapport Besson sur l’économie numérique proposait comme piste le télétravail. Est-ce que c’est quelque chose sur lequel vous misez aussi chez Orange ?

PLB - Bien sûr, on y croit tellement que l’on a même passé un accord sur le télétravail au sein même de notre entreprise ! La problématique aujourd’hui, c’est que le salarié reste en contact avec l’entreprise, afin qu’il ne perde ni ses valeurs ni son esprit. On lui demande donc une présence sur site deux jours par semaine. Mais si on arrive à vraiment développer la visioconférence dans l’environnement de travail, en simplifiant son utilisation tout en ne rognant pas sur la qualité, rien ne dit qu’on ne passera pas au tout visio.

CCM - Pierre-Louis Biaggi, je vous remercie.

A voir également