Luc Perraudin, Bouygues Telecom Entreprises : « Aller plus loin dans la simplification du système »

Luc Perraudin, Bouygues Telecom Entreprises : « Aller plus loin dans la simplification du système »
En lançant en septembre dernier son offre Net Synchro, une offre packagée comprenant la voix sur IP, des services d'hébergement et d'espaces collaboratifs, Bouygues Telecom Entreprises a franchi un pas de plus dans sa conquête des marchés TPE/PME. Luc Perraudin, directeur Ligne de Marché Fixe et Convergence chez Bouygues Telecom Entreprises, nous explique comment l'opérateur a conçu ces offres.

CCM - En 2007, Bouygues Telecom propose une offre Business Synchro. Un an plus tard, vous lancez votre offre Net Synchro. Pouvez-vous nous expliquer en quoi elles consistent ?

LP - Nous avons essayé de proposer trois grandes briques d'offres à nos clients. La première consiste en l'IP trunking, qui permet aux postes d'être interconnectés entre eux et dont les informations transitent par des passerelles. Nous proposons cette solution aux clients qui souhaitent garder leur Pabx, c'est-à-dire conserver leur propre hébergement de standard téléphonique.

La deuxième brique, c'est le Centrex, où nous proposons au client d'héberger son standard. Nous proposons le trunking et le Centrex dans nos offres Business Synchro. L'offre Business Synchro propose une convergence avec le téléphone mobile et/ou Internet.

Enfin, la troisième grande brique, c'est bien sûr l'offre Net Synchro, qui est une solution data qui intègre la téléphonie fixe et mobile mais aussi un hébergement de site Web et un environnement de travail collaboratif.

CCM - Concrètement, comment a été conçue la solution Net Synchro ?

LP - Nous avons voulu pousser plus loin la convergence, en proposant une solution complète et facile d'accès. Nous avons interrogé nos clients et dressé un inventaire de leurs besoins. Ils ont émis le souhait d'avoir plus de partenaires qui proposent des services clés en main. Ils voulaient aussi disposer de plus d'outils de communication. A la suite de quoi, nous avons décidé de proposer en plus des services de voix sur IP, une offre d'hébergement et de référencement de site Web mais aussi une partie collaborative, en donnant la possibilité d'utiliser Microsoft Sharepoint, utilisables depuis plusieurs postes. Au final, nous avons réussi à proposer un pack assez complet qui mixe les services en Pabx ou en Centrex.

« Le Pabx reste bien implanté dans les entreprises »

CCM - L'utilisation de Sharepoint implique de travailler dans un environnement fermé. N'est-ce-pas trop contraignant ?

LP - Non, dans la mesure où nous n'obligeons pas le client à utiliser Sharepoint ou à forcément l'inclure dans le pack. Nous n'avons absolument pas eu la volonté de forcer la main au client, mais plutôt d'être compatible avec ce qui existe.

Ensuite, nous avons aussi voulu développer un espace collaboratif totalement intégré, mais aussi contrôlé. Nous avons voulu offrir la capacité de pouvoir travailler sur une espace collaboratif, tout en étant vigilant sur la sécurité. Il n'était pas question de contraindre qui que ce soit.

CCM - Le pack Net Synchro est disponible en Centrex et en Pabx. Sur quels critères choisir l'une de ces deux solutions ?

LP - Nous procédons à un audit interne avant le déploiement de la solution. Ça nous permet de discuter avec l'entreprise de la meilleure solution à apporter. Le Pabx reste bien implanté dans certaines entreprises, les chefs d'entreprise ne sont pas toujours prêts à passer au Centrex. La présence d'un Pabx déjà installé dans une entreprise est le principal critère de choix.

« De 10 à 40 € d'économies par rapport au Pabx »

CCM - Quels sont les freins au déploiement d'un Centrex, pour les chefs d'entreprise ?

LP - C'est justement la préexistence d'un Pabx dans l'entreprise. C'est une infrastructure lourde, et l'entreprise n'a pas forcément envie de tout changer. Le deuxième point, c'est le contact que peut avoir l'entreprise avec son installeur privé, qui assure la maintenance de son système. Enfin, pendant très longtemps l'opérateur historique lui-même a joué un rôle de frein en disant qu'il valait mieux rester sur du Pabx. Finalement, tous ces éléments ont conduit au ralentissement de la prise de décision pour les chefs d'entreprise.

CCM - Quelles économies est-il possible de réaliser avec le Centrex ?

LP - C'est vraiment variable d'une entreprise à une autre, on ne peut pas donner un chiffre précis. Ça peut aller de 10 à 40 % d'économies par rapport au Pabx. Mais si vous prenez l'exemple d'un client qui a 62 sites différents avec 62 contrats de maintenance, l'économie est bien évidemment très importante !

CCM - Quels nouveaux services comptez-vous proposer dans les années à venir ?

LP - Nous avons la conviction que le travail collaboratif va être un besoin important pour les entreprises dans les années à venir. Nous travaillons aussi sur la simplification de la gestion de la présence : nous allons essayer de la rendre de plus en plus claire et plus simple. D'une manière générale, nous voulons aller plus loin dans la simplification du système : les clients que nous avons interrogés ont assez peu de besoins, mais insistent par contre pour avoir des services vraiment utiles. Enfin, nous voulons continuer à proposer un accompagnement fort aux entreprises.