Laurent Lasserre, Google Enterprise France : « Se débarrasser des outils lourds »

Laurent Lasserre, Google Enterprise France : « Se débarrasser des outils lourds  »
Le géant américain n’a pas fini de conquérir la toile ! Après les Google Apps à destination du grand public, Google propose désormais un nouveau service taillé spécialement pour les entreprises. Laurent Lasserre, directeur de Google Entreprise France, nous dévoile les facettes d’un outil qui fait beaucoup parler.

CCM - Le cloud computing a la cote en ce moment. Pouvez-vous nous expliquer ce que c’est au juste ?

LL - Le cloud computing est un terme qui englobe en fait 3 types de services. Le premier d’entre eux sont les Softwares as a Service, qu’on appelle plus couramment les SaaS. Ce sont des sortes de logiciels en ligne disponibles sur Internet. Le deuxième « service », ce sont les infrastructures as service, qui concernent elles plus les infrastructures réseaux. Enfin, il y a les plates-formes as service, qui sont des outils plutôt conçus à destination des directions des services informatiques.

CCM - La société française Valeo s’est récemment tourné vers Google en intégrant la solution Google Apps dans son parc informatique. Quels services propose ce pack Google orienté entreprise ?

LL - Google Apps Edition Premier intègre une palette assez large de services. Le pack comprend des solutions de messageries Gmail et Google Talk, qui permettent le chat, la videoconférence, le Click-to-Call ou encore un service de SMS gratuit pour le client. Il est aussi doté d’un outil de création de site Google Sites et de l’agenda partagé Google Agenda. La suite intègre bien évidemment les outils Google Docs avec les présentations, traitement de texte et tableur.

Enfin, nous venons de sortir le service Google Video Business qui est une sorte de YouTube d’entreprise dans lequel on partage des vidéos. C’est une vraie solution, complète, puisqu’elle propose un espace de stockage de 10 gigas pour 40 euros par an et par utilisateur.

« L’Edition Premier n’est pas privilégiée par rapport à l’Edition Standard »

CCM - Les pannes de Google, lorsqu’il y en a, font toujours grand bruit ! Pour les entreprises, quelles garanties de service propose Google ?

LL - Google s’engage à une garantie de service de 99,99 % ! Tous les clients ont accès à un centre technique de support, 24/24h et 7/7 jours. La résolution des pannes se fait bien sûr en fonction de la gravité de l’incident, mais le niveau de garantie est maximal. Nous avons également mis en place un tableau de bord, qui affiche le statut technique des produits Apps pour les clients Entreprise.

Le tableau de bord Google Apps représente une manière supplémentaire d'être transparent qui nous l'espérons sera particulièrement utile pour nos entreprises utilisatrices, et également pertinent pour les utilisateurs des produits grand public. Le tableau de bord est le meilleur endroit pour trouver une information sur la disponibilité de service pour Google Apps partout dans le monde.

CCM - Ce niveau de garantie ne s’exerce-t-il pas au détriment des comptes Google Apps grand public, gratuits, eux ?

LL - Non, pas du tout. Tout simplement parce que les deux services reposent sur une même infrastructure Google performante et innovante. On ne peut pas dire que l'Edition Premier est privilégiée par rapport à l'Edition Standard dans la mesure où il y a une offre gratuite avec un niveau clair de fonctionnalités et de support et une édition payante qui dispose de plus de fonctionnalités et support.

CCM - Les SaaS ont parfois été pointés du doigt, du fait de la nécessité d’avoir une connexion Internet partout pour accéder au service. Qu’en pensez-vous ?

LL - Aujourd’hui on a accès à Internet partout : dans les gares, les aéroports, les hôtels et même au restaurant.
Dans le même temps, on a eu de fortes demandes des clients d’être moins dépendant d’une connexion. Nous avons donc intégré une fonctionnalité offline qui comprend notamment une délégation de client e-mail.

CCM - Les entreprises peuvent avoir besoin de logiciels spécifiques, comme des logiciels CRM, par exemple. Ces logiciels ne sont pas disponibles en SaaS. Comment avez-vous intégré cette contrainte ?

LL - Le cas des logiciels CRM est assez intéressant car nous avons justement passé un accord avec Salesforce.com, un acteur essentiel du domaine des logiciels de relation client ! Concrètement, le Gmail et Google Agenda sont synchronisés avec le logiciel Salesforce et implémentent les événements dans la base. Ce qui fait que dès que vous notez un rendez-vous avec un client dans le Google Agenda ou que vous lui envoyez un e-mail, le logiciel Salesforce le prend en compte.

CCM - Google ouvre déjà son code aux développeurs qui souhaitent développer des API. Concrètement, le but c’est de proposer un service de type Apple Store où on pourrait adjoindre une multitude de services dans son espace personnel ?

LL - Nous avons déjà ce type de service ! Via le Marketplace, nous proposons un nombre très important d’applications, gratuites pour la plupart. C’est un type de service en pleine expansion : on a de la demande de la part des utilisateurs mais aussi beaucoup d’offres, puisque des développeurs mettent leurs applications à disposition. Il suffit simplement d’avoir une clé API pour accéder à ces applications.

« Apporter un outil collaboratif à l’entreprise »

CCM - Finalement, selon vous, sur quoi repose le succès des Google Apps en particulier et du cloud computing en général ?

LL - C’est véritablement l’aspect collaboratif qui prime. Nous avons voulu apporter un outil collaboratif aux employés, parce qu’aujourd’hui, dans beaucoup d’entreprises, on travaille par projets. Il y a une véritable plus-value en termes de communication non seulement à l’intérieur de l’entreprise, mais aussi avec ses clients et ses fournisseurs.

CCM - Les outils collaboratifs, le Knowledge Management : ce sont des outils que Google promeut en interne dans sa politique de management. Avez-vous justement voulu diffuser votre modèle ?

LL - Non, nous n’en avons ni la prétention, ni la volonté, ni le besoin ! Vous savez, aujourd’hui, on note que les entreprises cherchent à embaucher des gens qui sont « up to date ». Or, ces nouveaux employés sont souvent habitués à travailler avec des outils légers et veulent se débarrasser des outils « lourds ». Les Google Apps ont répondu à ce besoin.

CCM - Laurent Lasserre, je vous remercie.