Claude Cordier : « Sage optimise le travail du commercial »

Claude Cordier : « Sage optimise le travail du commercial »
Bien connu dans le domaine des logiciels de gestion, Sage commercialise aussi des systèmes de relations clients. Dans un contexte économique morose, les CRM (Customer relationship management) constituent un atout non négligeable dans la conquête de nouveaux clients. Claude Cordier, directeur marketing de Sage-CRM, nous explique l’intérêt de ces supports commerciaux.

CCM - En quoi consistent les outils CRM ?


CC - Ce sont des outils facilitant la gestion des clients. Ils servent notamment à gérer les contacts et les clients en créant des référentiels et des bases client. Mais selon la gamme du logiciel, l’utilisateur a accès à une palette de fonctionnalités qui étendent les usages des outils CRM.

CCM - Quelles fonctions au sein de l’entreprise sont concernées par ces services ?

CC - Selon la gamme du logiciel choisi, le logiciel « touche » de une à trois fonctions dans l’entreprise. Dans sa version la plus complète, il intervient sur les domaines du commercial, du service client et du marketing. Le logiciel propose des fonctionnalités permettant d’accompagner les équipes, qu’elles soient de commerciaux, de service client ou de campagne marketing. Pour les systèmes Sage CRM et Sage Saleslogix, on déploie les logiciels sur un serveur afin que les équipes de commerciaux puissent avoir accès aux fiches clients et enrichir la base.
D’une façon générale, ces solutions permettent l’optimisation du travail des commerciaux.

« Intégrer des outils Web 2.0 »

CCM – Concrètement, quelles fonctionnalités permettent cet accompagnement ?

CC- Selon la version du logiciel, on peut avoir un panel plus ou moins large de fonctionnalités, des plus basiques aux plus évoluées. La solution Act, par exemple, propose une gestion de base client « classique », avec un répertoire des clients, un suivi des interventions ou encore une gestion des devis.
Sage CRM et Sageslogix proposent des solutions plus élaborées comme la gestion des alertes, la priorisation et la planification des tâches ou la gestion de campagne marketing multicanaux. Cette gamme de fonctionnalités permet d’affiner les analyses de l’activité de l’entreprise et d’aider dans le décisionnel en ce qui concerne le secteur marketing.
En ce qui concerne le service client, le fait d’avoir une base client complète, avec un historique des problèmes de chaque client, permet un vrai suivi et une réaffectation plus facile vers les services concernés.
Enfin, nous avons tout une partie du logiciel Sage Saleslogix qui met l’accent sur le travail collaboratif, ce qui peut être très intéressant en termes de partage et de transmission des informations.
Nous avons essayé d’intégrer des outils Web 2.0 dans nos solutions : on remarque que cela apporte une véritable valeur ajoutée.

CCM - Vous proposez trois solutions : comment un chef d’entreprise détermine-t-il quelle solution sera la plus adaptée pour lui ?


CC - De manière assez schématique, on peut considérer que chaque offre correspond à un type d’entreprise. La première solution, Act, a été conçue pour les petites entreprises, de l’ordre de 0 à 30 salariés, qui ont des besoins assez basiques de gestion de contacts. La deuxième solution, Sage CRM, est déjà plus orientée vers la force de vente, le service client ou le marketing. Disons qu’elle répond surtout au besoin des moyennes entreprises, jusqu’à 200 salariés.
Après, les plus grosses entreprises se tournent plutôt vers la solution Saleslogix, qui intègre les solutions de Sage CRM et propose en plus un environnement collaboratif.

« Répondre à des attentes conditionnées par l’environnement économique »

CCM - Comment se porte votre activité dans un contexte de crise économique ?

CC - Plutôt bien, je dois dire. On répond en fait à des attentes conditionnées par l’environnement économique. Globalement, les entreprises sont prudentes et mettent l’accent sur ce qui est stratégique. Elles n’investissent plus sur ce qui est « luxueux », mais se tournent plutôt vers l’essentiel. Or, dans ce contexte, ce qui est fondamental : c’est le client. Les entreprises cherchent à conquérir de nouveaux clients et à les fidéliser.
La période est donc assez propice pour l’utilisation d’outils de gestion de relation client, puisque pour sortir de la crise, les entreprises cherchent à maintenir et à développer leur chiffre d’affaires.
Pour le moment, nous avons une croissance très intéressante. Mais en ce qui concerne l’activité portefeuille d’affaires, le délai de signature s’est quand même allongé.

CCM - Gestion des alertes, plateformes collaboratives : vos outils ont intégré des fonctionnalités très Web 2.0, quelle est la prochaine étape ?


CC - Dans les pays anglo-saxons, il y a une très forte attente autour de la gestion communautaire. Mais en France, on constate un frein. C’est une question de maturité, je pense, on n’est pas encore prêt à aller plus loin. Quand on voit que 60 % des entreprises de plus de 10 salariés ne sont pas équipées de logiciel de gestion client, on sent bien que ce n’est pas encore le bon moment pour développer ce type d’équipement.

CCM – Claude Cordier, je vous remercie.