Silvère Baudouin : « La voix sur IP permet de réelles plus values en terme de convergence numérique »

Silvère Baudouin : « La voix sur IP permet de réelles plus values en terme de convergence numérique »
Lançée en 2007 Keyyo Business est la division Entreprises de l’opérateur Keyyo. L’opérateur s’appuie internet pour proposer des services de téléphonie sur IP à destination des entreprises. Un secteur en plein boom, puisque Keyyo Business en hausse de 60% en 2008. Silvère Baudouin, directeur de la division Keyyo Business, nous détaille les avantages de la voix sur IP.

CCM - Qu'est ce que la voix sur IP ?

SB - C’est la possibilité de téléphoner grâce à des technologies numériques, de transmettre la voix sur le réseau. Avant, le téléphone passait par un support physique, à savoir des câbles en cuivre. Aujourd’hui nous avons la possibilité technique de nous affranchir de ce support physique et de proposer un service de téléphonie en utilisant internet. La voix sur l’IP, c’est tout simplement la téléphonie qui utilise un protocole internet.

CCM - Justement, la plupart des fournisseurs d’accès à intègrent une offre de téléphonie sur IP illimitée dans leurs forfaits internet. Comment vous démarquez-vous de ces offres ?

SB - Même si on utilise le même procédé, à savoir internet, les offres qu’intègrent les FAI et ce que nous proposons, nous, opérateur téléphonique, n’a rien à voir. Nous garantissons un niveau de service et un niveau de sécurité qui n’est pas comparable avec ce que proposent les FAI aujourd’hui.
Nous avons développé un véritable savoir-faire, en concluant de partenariats avec les constructeurs du domaine des télécoms notamment, ce qui garantit la compatibilité des services que nous proposons avec le matériel dont disposent les entreprises.

« Le numérique permet d’adjoindre un nombre assez importants d’applications »

CCM - Des logiciels comme Skype ne vous font-ils pas de l’ombre ?

SB - Non, car encore une fois, nous ne proposons pas le même type de services. Skype c’est un service de messagerie évolué, au même titre que MSN par exemple. C’est un logiciel qui est surtout utilisé pour passer des appels, par pour en recevoir un grands nombre. Or, les entreprises préfèrent plutôt recevoir des appels (rires). Ce type de service n’a rien à voir avec ce que nous proposons, ce n’est pas un service de téléphonie à proprement parler.

CCM - Quels type de services proposez vous alors ?

SB - Ils sont principalement de trois niveaux, en ce qui concerne les services téléphoniques : le Pabx, le Centrex ou le trunking.
Le Pabx permet au client de profiter d’un standard téléphonique hébergé chez lui. Le Centrex permet lui aussi de gérer un standard téléphonique, mais qui est cette fois hébergé chez nous. Enfin, le trunking est un système où les postes sont interconnectés entre eux et dont les informations transitent par des passerelles.
Au-delà des aspects techniques, l’utilisation de la voix sur IP permet de réelles plus values en terme de convergence numérique, puisque le numérique permet d’adjoindre un nombre assez importants d’applications.

CCM - Concrètement, quelles fonctionnalités sont disponibles ?

SB - Ca peut être le fait de recevoir des fax sur sa messagerie, de profiter d’un fax par poste ou encore des services du type clic-it-to-call (ndlr, fonctionnalité permettant d’appeler un correspondant depuis un site internet), par exemple. Mais nous proposons aussi d’autres services clés, comme le mode conférence par exemple.
En plus, le déploiement du système permettant la téléphonie sur IP est relativement léger au regard de la qualité et du nombre de services fournis.

« La fiabilité et la sécurité de nos systèmes constituent un véritable atout »

CCM - La voix sur IP est-elle vraiment moins chère que l’analogique ?

SB - Oui, elle demeure bien moins chère que la téléphonie analogique, à service égal. Nous avons réalisé une étude avec une entreprise qui disposait de 100 postes téléphoniques : sur cinq ans, nous avons constaté une économie de 100 000 € par rapport à un service de téléphonie analogique. Mais chaque entreprise est différente, l'économie réalisée n'est pas du même ordre pour toutes les entreprises.

CCM - Le fait que les appels utilisent une passerelle internet n’augmente t-il pas le risque de piratage ?

SB - Non, car la sécurisation des données fait aussi partie des services inhérents à la voix sur IP. Nous intégrons ainsi des procédures de sécurité et mettons en place ou préconisons l’installation de pare-feux sur les serveurs. Dans le cas du Pabx, par exemple, c’est au client d’installer son pare-feu sur son serveur mais nous le lui recommandons.
La fiabilité et la sécurité de nos systèmes constituent un véritable atout pour nous.

« Chiffre d’affaires en hausse de 40 à 50 % »

CCM - Vous avez affiché un chiffre d’affaires en hausse de plus de 60 % en 2008, quelles sont les prévisions pour cette année ?

SB - Nous tablons sur un chiffre d’affaire en hausse de 40 à 50% en France pour cette année. Le marché de l’entreprise en est plein renouvellement et les opérateurs de tailles moyennes, comme nous, sont plus compétitifs. Nous avons choisi de construire notre croissance dans la durée, de ne pas grossir trop vite.

CCM - Une ouverture de Keyyo vers l’international n’est donc pas d’actualité ?

SB - Non, pas pour le moment, chaque chose en son temps. De plus, le marché des télécoms est très lié au territoire : en ce qui concerne les services de numéros d’urgences qui ne sont pas les mêmes d'un pays à l'autre par exemple. Ce sont des contraintes dont il faut tenir compte : le déploiement d’un réseau de voix sur IP à l’étranger ne s’improvise pas.

CCM - Silvère Baudouin, je vous remercie

A voir également