Mobile volé = mobile bloqué

Mercredi 14 juin, la police nationale et l'Association française des opérateurs de mobiles (Afom) a publié les chiffres concernant les vols de téléphones portables. Les vols sont en baisse de 14% par rapport à l'année record 2003 et en baisse de 500 vols par an par rapport à l'année dernière, pour un parc total de 48,1 millions d'appareils.

Derrière ces chiffres encourageants se cachent néanmoins une autre réalité : 28% de ces vols ont été commis avec violence.

Ainsi, l'AFOM relance sa campagne d'information nationale sur le fait qu'il est possible de bloquer les téléphones portables au même titre que les cartes SIM, afin de rendre l'utilisation de l'appareil impossible pour les voleurs.

Pour ce faire, il suffit de noter le numéro IMEI, un nombre d'une quinzaine de chiffres identifiant l'appareil de manière unique, apparaissant sur la boîte d'origine de l'appareil mobile et derrière chaque batterie de mobile. Il est également possible de l'afficher sur l'écran en composant *#06# sur le clavier.

Si le téléphone portable est volé, il suffira de spécifier ce fameux numéro IMEI au moment de la plainte, et d'envoyer une copie de la plainte à votre opérateur de téléphonie mobile, qui référencera ce numéro dans une base de données commune à tous les opérateurs français.

Dans la pratique, le voleur peut toujours revendre le portable à l'étranger, mais le Canada a anticipé ce problème en fédérant une base internationale, à laquelle contribuent déjà 19 pays et 42 opérateurs.