Les Windows piratés

L'outils "Windows Genuine Advantage" permettait déjà à Microsoft de contrôller si un PC était équipé d'une version pirate ou non de Windows avant de permettre l'installation de certains logiciels optionnels.

Jusqu'à présent, cette vérification était toujours lancée volontairement par l'internaute.

Microsoft a décidé de commencer à mettre en place le lancement automatique de cette vérification en utilisant les mises à jour automatiques de WindowsUpdate.

Tout Windows piraté affichera alors une fenêtre signalant la copie pirate, et un message sera affiché de manière permanente à l'écran.

La seule manière de se débarasser de cette "marque" sera de se procurer légalement Windows.

Microsoft pense commencer d'abord par les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, la Nouvelle Zélande et l'Australie.


C'est un grand changement, puisque c'est maintenant l'éditeur d'un logiciel qui prend l'initiative d'aller vérifier lui-même, sur chaque ordinateur, si une copie est valide ou non.


On peut comprendre que Microsoft souhaite lutter contre le piratage (et ils ont raison), mais quelles libertés Microsoft (et les autres éditeurs de logiciels) vont-ils se permettre de prendre à l'avenir pour s'en assurer ?