AMD Ryzen 7000 : des CPU nouvelle génération à la fin 2022

AMD Ryzen 7000 : des CPU nouvelle génération à la fin 2022

AMD a commencé à dévoiler les principales caractéristiques des Ryzen 7000, ses prochains processeurs pour PC de bureau. Au programme, architecture Zen 4, gravure en 5 nm, PCIe 5.0 et DDR5 pour de hautes performances.

AMD est clairement revenu sur le devant de la scène informatique ces dernières années. Et entend bien le rester ! Ainsi, après une longue période de creux où elle s'est traînée loin derrière Intel avec des processeurs peu séduisants, la société américaine a su rebondir et même prendre la tête de la course technologique avec ses fameux Ryzen, des CPU au rapport performances/prix particulièrement avantageux qui connaissent un succès enviable, au point d'être devenus des références pour les joueurs, toujours friands de puissance de calcul. Et si Intel, frappé dans sa fierté, a su réduire l'écart par rapport à son éternel concurrent avec sa famille de Core 12e génération, dite Alder Lake (voir notre article), dont certains représentants s'octroient les meilleures places dans les benchmarks, AMD compte bien reprendre l'avantage avec sa nouvelle gamme Ryzen 7000 qui devrait arriver dès l'automne 2022.    

Ainsi, alors que les rumeurs et les fuites couraient bon train depuis plusieurs mois, AMD a profité de l'ouverture du salon Computex 2022 à Taiwan pour présenter officiellement ses futurs processeurs pour PC fixe. Des CPU nouvelle génération et résolument haut de gamme qui profiteront de plusieurs améliorations par rapport aux modèles actuels de la série Ryzen 5000, déjà très performants. Mais également par rapport aux puces de la récente famille Ryzen 6000 Mobile, destinée aux ordinateurs portables.  

Ryzen 7000 : des CPU nouvelle génération à architecture Zen 4

Sur le plan technique, les processeurs Ryzen 7000 – qui seront, comme tous les autres, déclinés en de multiples versions – inaugureront une nouvelle architecture, Zen 4, qui succédera à l'actuelle, Zen 3 en apportant plusieurs améliorations au niveau de l'organisation interne. Les Ryzen 7000, qui pourront compter jusqu'à 16 cœurs physiques et 32 cœurs logiques (pour les traitements parallèles, les threads), seront bâtis sur une structure hybride assez astucieuse comprenant deux chiplets identiques gravés en technologie 5 nm et un module d'entrées-sorties (I/O) fabriqué en technologie 6 nm, en bénéficiant des nouvelles techniques développées par TSMC, le grand spécialiste de circuits électroniques – qui réalise également les puces M1 d'Apple, entre beaucoup d'autres. En passant ainsi d'une gravure en 7 nm, utilisée pour l'architecture Zen 3 des meilleurs Ryzen 5000 actuels, à une finesse de 5 nm, AMD devrait pouvoir intégrer davantage de transistors dans ses unités de calculs tout en optimisant la consommation électrique. Un atout face à Intel qui utilise encore une technologie 10 nm dans ses Core de 12e génération – ce qui ne les empêche pas d'offrir d'excellentes performances –, mais pas par rapport à Apple qui est déjà passé au 5 nm dans ses puces M1.     

© AMD

En pratique, l'architecture Zen 4 permet d'augmenter le cache de niveau 1 de chaque cœur, qui passe de 512 Ko à 1 Mo sur un Ryzen 7000. Cela n'a l'air de rien, mais cette mémoire ultra rapide, située au sein même de la puce, permet d'accélérer notablement les traitements. Par ailleurs, sans donner de détails, AMD promet que les Ryzen 7000 dépasseront les 5 GHz en mode turbo, lors des calculs intensifs. Lors de sa présentation démo sur scène, Lisa Su, la patronne d'AMD, a fait la démonstration d'un modèle 16 cœurs Zen 4 dépassant les 5,5 GHz. Une fréquence impressionnante qui devrait permettre à ces nouveaux CPU d'offrir de très hautes performances. Difficile toutefois de savoir ce que ces améliorations donneront en situation réelle, car AMD est resté relativement flou sur ce point, en se contenant d'évoquer un gain relativement modeste de 15 % pour les opération sur un seul cœur (single thread), mais sans préciser le modèle de référence ni les conditions de mesures. Il faut espérer que les Ryzen 7000 marqueront davantage de différences en réalité, y compris dans les opérations utilisant plusieurs cœurs (multi threads) pour pouvoir justifier leur statut haut de gamme de nouvelle génération et prendre le pas sur les dernières puces Intel… 

© AMD

Ryzen 7000 : DDR 5 et PCIe 5.0 pour de hautes performances

Bien entendu, les Ryzen 7000 apportent beaucoup d'autres nouveautés par rapport à la génération 5000. Au point qu'AMD a du changer le type de support (le socket) qui les accueillera sur les cartes mères. Ainsi, le format AM4 introduit en 2017 et utilisé sur les Ryzen actuel laissera sa place à l'AM5. Principale conséquence : l'obligation d'installer les Ryzen 7000 sur de nouvelles cartes mères, sans possibilité de récupérer les actuelles. En guise de consolation, AMD a fait en sorte que le capot métallique (le IHS) des Ryzen 7000 reste compatible avec les dispositifs de refroidissement conçus pour le socket AM4. À défaut d'économies – il faudra tout de même acheter un processeur, une carte mère et de la mémoire vive… –, cela permettra d'avoir du choix dès l'arrivée de ces CPU. Attention toutefois, car le TDP maximal (l'enveloppe thermique) passe de 105 W à 170 W. Il faut s'attendre à ce que les CPU montent sensiblement en température lors des opérations lourdes.  

Autre nouveauté notable : la mémoire vive. Les Ryzen 7000 gèrent en effet la DDR5, le nouvelle génération de Ram qui offrent des débits bien supérieurs à ceux de la DDR4 utilisée actuellement sur tous les PC actuels. Dans le même ordre d'idée, ils gèrent également la norme PCIe (PCI Express) 5.0 au lieu du PCIe 4.0, qui offre elle aussi des taux de transferts plus élevés, ce qui permettra de profiter pleinement de la nouvelle génération de SSD hautes performances. 

Qui dit nouveau support dit aussi nouveau chipset, le "jeu de composants" qui gère le processeur et les autres éléments sur les cartes mères. AMD a en a conçu trois nouveaux : le B650, le X670 et le lX670E, respectivement destinés aux PC d'entrée, de milieu et de haut de gamme. On devrait les voir arriver rapidement sur des cartes mères de spécialistes comme Asus ou MSI. 

iGPU : du RDNA 2 en standard dans tous les Ryzen 7000 

Par ailleurs, il semblerait que contrairement aux Ryzen 5000, tous les Ryzen 7000 soient dotés en standard d'un circuit graphique intégré (un iGPU comme on les appelle), ce qui évite l'emploi d'une carte graphique dédiée, sauf pour les joueurs les plus exigeants. Et ce ne sera pas une section au rabais puisque ce module sera de type RDNA 2, autrement dit la technologie que l'on retrouve dans les Ryzen 6000 mais aussi la console hybride Steam Deck ou encore les incontournables Xbox Series et la PS5, équipées en standard de puces AMD. Certes, faute de détails, on ignore encore le nombre et la fréquence des cœurs graphiques qui seront intégrés. Mais dans la mesure où un cœur RDNA 2 est jusqu'à deux fois plus performant qu'un cœurs Radeon Vega, on peut s'attendre à un très bon niveau de performances, sans parler de la consommation électrique réduite par rapport à une carte graphique séparée. De quoi suffire amplement pour la plupart des applications, y compris en 3D dans la plupart des jeux, ce qui n'est un moindre atout en ces temps de pénurie de composants…  

Pour le moment, on ne connaît ni la composition exacte de la famille Ryzen 7000, qui sera évidemment amenée à évoluer progressivement, comme toutes les autres gammes. On sait simplement qu'AMD prévoit de les sortir à l'automne 2022. Et on imagine bien que la marque distillera d'autres informations d'ici la date de lancement. Il faudra donc attendre encore un peu pour en savoir plus sur les autres aspects techniques, mais aussi, et surtout, sur les performances réelles et sur les prix. Et ce dernier point est particulièrement sensible quand on sait que TSMC a décidé d'augmenter ses tarifs. Rendez-vous dans quelques mois pour voir ce que valent vraiment les nouveaux champions d'AMD face à la concurrence, car on se doute qu'Intel ne restera pas inactif. Et qu'Apple prépare aussi de nouvelles puces à architecture ARM encore plus impressionnantes que les M1 actuels. Pas de doute, après quelques années de calme relatif, la guerre des processeurs est bien repartie !