Salto : la fin des haricots pour le service de streaming français

Salto : la fin des haricots pour le service de streaming français

Ça sent le sapin pour Salto ! Lâché par tous ses actionnaires, y compris France Télévision, et sans repreneur sérieux, le service de streaming devrait fermer dans quelques semaines. La fin du rêve d'un Netflix à la française…

Salto, le Netflix à la française, scelle un peu plus son cercueil et ne devrait pas tarder à rendre l'âme – ce n'est plus qu'une question de semaines. En effet, le service de vidéo à la demande payant ne fait guère le poids face à ses concurrents géants tels que Netflix, Disney+ ou Amazon Prime Video, et le coup de grâce est finalement venu de ses propres actionnaires. Pour rappel, il avait déjà connu quelques tensions au moment de la tentative de fusion entre TF1 et M6 – projet qui a depuis avorté – car France Télévisions avait exprimé son souhait de quitter le bateau. Pour ne rien arranger, TF1 et M6 ont lancé à leur tour leurs abonnements payants pour leurs propres services et ont clairement indiqué vouloir sortir du projet.

Comme le rapporte Télérama, la dirigeante de France Télévision, Delphine Ernotte, a réuni un Comité Social Économique (CSE) le vendredi 20 janvier afin d'acter la dissolution de la plateforme et la cessation de ses activités et a annoncé que son groupe se désengageait de la plateforme. Concernant la dissolution de la plateforme, la direction a expliqué aux représentants du personnel que "rien n'est encore officiel tant que des offres de reprise peuvent être examinées, mais nous ne laisserons pas les salariés dans l'expectative plusieurs mois". Autant dire que Salto sera définitivement enterré d'ici quelques semaines, à moins qu'un mystérieux sauveur ne fasse son apparition. L'idéal serait qu'il trouve un actionnaire fiable à qui revendre leurs parts – idée à laquelle ils ne sont pas fermés – mais, selon L'informé, seule une société espagnole, "Agile", était intéressée par un rachat, mais elle n'a pas vraiment réussi à convaincre les trois actionnaires. Deux scénarios sont désormais possibles : une dissolution avec cession des actifs à plusieurs acteurs hexagonaux ou européens – ce qui semble peu probable – ou une disparition pure et simple du SVOD...

Salto : un service de streaming qui peine à convaincre

La plateforme Salto a été mise en place conjointement par les groupes TF1, M6 et France Télévisions à l'automne 2020, période de pandémie et de confinement favorable au lancement d'un nouveau service de vidéo à la demande (SVOD) made in France. Elle propose de retrouver les émissions et séries françaises préférées – comme Scènes de ménages et HPI – et de regarder la télévision en direct. Elle propose aussi des séries américaines populaires, comme And just like that  – le reboot de Sex and the City –, Stargirl, Pretty Little Liars ou All American, ainsi quelques belles exclusivités, comme l'épisode retrouvailles de Friends et Harry Potter Retour à Poudlard, sorti le même jour  sur HBO Max. On peut également souligner la présence de productions françaises "inédits Salto", mais elles ne représentent qu'une très faible part du catalogue. Un investissement important, mais qui peine à séduire le public, avec moins d'un million d'abonnés en 2022 – à titre de comparaison, Netflix compte 10 millions d'utilisateurs français.

© Salto


Pour essayer de rentrer dans ses frais, Salto a été contraint d'augmenter le prix de ses abonnements, en faisant passer son offre de base de 6,99 euros à 7,99 euros par mois pour trois écrans en simultané, et en mettant en place un abonnement annuel à 69,99 euros. Une technique dangereuse car un tel prix peut rebuter de potentiels abonnés. C'est plus que l'abonnement Amazon Prime à 6,99 euros qui, en prime, offre beaucoup plus de services – en plus du service de SVOD, l'utilisateur bénéficie de livraisons gratuites et prioritaires, de millions de titres de musique à écouter hors connexion, d'une sélection de livres numériques et de jeux vidéo.

Salto : une concurrence française et américain rude

Salto souffre d'une concurrence de poids. Bien évidemment, la plateforme doit faire face aux poids lourds que sont Netflix, Disney+, Apple TV et OCS, mais aussi à de nouveaux arrivants qui ont un catalogue assez fourni : Paramount+ et Universal+ – le premier est arrivé en France au mois de décembre avec des tarifs assez bas, le second est attendu prochainement. Avec la multiplication des plateformes, le contenu va être de plus en plus éparpillé, et il faudra payer de plus en plus pour accéder aux programmes désirés. Avec l'inflation généralisée, le public sera obligé de faire des choix. Et autant dire que Salto va avoir du mal à arriver en haut du classement…

Mais la concurrence vient également des propres actionnaires de Salto ! En effet, TF1 a lancé en novembre 2021 myTF1 Max, une formule payante présentée comme une extension de son service de replay gratuit classique. Idem du côté de M6 avec 6play max. Il est donc fort à parier que les deux groupes privilégient leurs propres services de SVOD au détriment de Salto, qui devra alors se contenter des miettes. D'ailleurs, Rodolphe Belmer, le tout nouveau directeur général de TF1, avait déclaré en novembre 2022 dans Lettre A envisager de se retirer de la plateforme Salto même si, officiellement "aucune décision n'est prise" du côté du groupe, comme le rapportait Le Monde. Même son de cloche chez M6, qui n'avait pas de "stratégie préétablie." Chez France TV en revanche, le scepticisme était de mise. Delphine Ernotte, la présidente du groupe, avait expliqué être à la recherche de 45 millions d'euros pour boucler le budget 2023 de France Télévisions, soit la somme exacte que le groupe audiovisuel public devait obtenir pour le rachat de ses parts dans Salto en cas d'une fusion entre TF1 et M6. Deux dénouements sont possibles : un rachat de toutes les parts par un seul actionnaire – un scénario peu probable – ou une liquidation pure et simple… 

Guide streaming