Google Stadia : le remboursement des joueurs commence

Google Stadia : le remboursement des joueurs commence

Après avoir annoncé la fermeture de Stadia, Google commence à mettre en place les remboursements de ses joueurs pour la majorité de leurs achats. Tout devrait être réglé d'ici la mi-janvier 2023.

Après avoir annoncé la fermeture de son service de cloud gaming Stadia, fin septembre, Google commence à partir de ce 9 novembre 2022 à s'occuper du remboursement de tous ses joueurs. Le processus va prendre un certain temps, c'est pourquoi il va falloir faire preuve d'un peu de patience et ne pas contacter immédiatement le support client de Google. La plupart des remboursements devraient être traités d'ici le 18 janvier 2023, jour de la fermeture des serveurs. Pour rappel, lors de l'annonce de la fermeture de sa plateforme de cloud gaming, Google s'était engagé à rembourser dans leur totalité les achats de ses abonnés, que ce soit en matériel Stadia acheté via la boutique Google – les manettes sans fil Stadia Controller, le pack Founder's Edition, etc. – ou les jeux et contenus additionnels achetés dans la boutique Stadia. En revanche, il fallait faire une croix pour le remboursement des acquisitions faites dans d'autres magasins et sur les abonnements Stadia Pro.

Les remboursements seront automatiquement envoyés sur le moyen de paiement utilisé pendant l'achat. Si jamais la carte bancaire a expiré entre temps, ils s'effectueront sur le moyen de paiement actuellement actif sur le compte Google du joueur. Mais il peut arriver que Google ne parvienne pas à directement réaliser ces opérations. Dans ce cas-là, les personnes concernées seront contactées par e-mail avec des instructions à suivre. Quant à celles qui ont supprimé leur compte Google et n'ont plus accès au moyen de paiement initial, ils devront contacter l'équipe d'assistance clientèle de Stadia. Pour tous les joueurs ayant effectué un maximum de 20 transactions dans la boutique du service de cloud gaming, un e-mail leur sera envoyé pour chaque remboursement réussi. Au-delà, ils recevront un unique e-mail récapitulant tous les remboursements effectués. Il va donc falloir surveiller attentivement sa boîte de réception et son compte bancaire dans les prochains mois ! Pour ceux qui seraient un peu perdus, Google a ouvert une FAQ dédiée à ce sujet.

Fin de Google Stadia : le service de cloud gaming ferme en 2023

Le cimetière des applications et services abandonnés par Google continue de se remplir ! Et Stadia, la plateforme de jeu vidéo en streaming annoncée comme révolutionnaire – et parfois présentée comme "le Netflix du jeu vidéo" – est la dernière victime en date. Phil Harrison, le vice-président en charge du service, a annoncé le 29 septembre sa fermeture progressive un peu plus de trois ans seulement après son déploiement : "Tandis que l'approche de Stadia pour streamer des jeux aux consommateurs était construite sur de solides fondations technologiques, [le service] n'a pas eu l'attraction des consommateurs que nous espérions donc nous avons pris la difficile décision de commencer à ralentir progressivement le service de streaming Stadia." Google Stadia va prendre définitivement fin le 18 janvier 2023. Une nouvelle qui, bien que dommage, n'avait pas étonné grand monde, au vu du manque de communication du géant d'Internet autour de son service, et de l'investissement financier colossal qu'il impliquait.

© Google

Pour rappel, Google Stadia est un service de cloud gaming, c'est-à-dire que l'utilisateur n'a pas besoin de posséder de machine surpuissante pour jouer aux jeux vidéo. Au lieu d'être installés localement sur le PC ou la console, les jeux sont diffusés via des serveurs distants. Le joueur n'a plus qu'à interagir localement via un appareil. Le service de streaming permet donc de reprendre une partie en cours depuis n'importe quel ordinateur ou console, mais aussi sur un smartphone ou via un Chromecast, l'accessoire de Google pour connecter sa TV. L'entreprise propose deux formules. L'abonnement Stadia Base est gratuit, mais il faut payer le jeu pour pouvoir jouer – à moins de jouer à des free-to-play, comme Destiny 2. La qualité du stream est limitée à 1080p. L'abonnement Stadia Pro, quant à lui, coûte 9,99 € par mois et permet de profiter d'un accès jusqu'à 4K HDR 60 FPS et avec un son 5.1 surround. Le joueur a accès à des jeux gratuits – un peu comme le PlayStation Plus – en plus du catalogue payant.

Google Stadia : l'échec d'une grande ambition

L'échec de Stadia n'est pas vraiment une surprise et, malgré les démentis de Google, beaucoup avaient déjà prédit sa mort. Lancé en 2019, le service jouissait pourtant de conditions idéales, avec la Covid-19 – qui a obligé les gens à rester chez eux pendant longtemps et a provoqué une explosion du jeu en ligne – et la pénurie mondiale de semi-conducteurs, qui ont rendu les cartes graphiques et les consoles de jeu de nouvelle génération difficilement trouvables. Mais, au moment de son lancement, Stadia n'a pas tenu ses promesses. Par exemple, Google avait l'ambition de proposer un temps de chargement instantané ou la possibilité de reprendre sa partie à l'endroit où on l'avait abandonnée la veille – ce qui n'est toujours pas le cas. De plus, le concept et le fonctionnement du service n'étaient pas très clairs, et les appareils pour en profiter étaient limités – bien que Stadia se soit ouvert par la suite. D'autre part, toutes les améliorations apportées par Google – comme la formule gratuite – ont pâti d'un gros manque de communication.

Pourtant, Google avait de grosses ambitions et les a clamées haut et fort. La firme n'a pas hésité à débourser des dizaines de millions de dollars dans l'achat de franchises – comme Red Dead Redemption 2 – et a même créé son propre studio de développement Stadia Games & Entertainment, afin de pouvoir proposer des exclusivités. Mais celui-ci a fermé en 2021, obligeant le géant d'Internet à se reposer uniquement sur des éditeurs tiers. Au final, Stadia a été annoncé comme une véritable révolution du jeu vidéo, et la trop grande confiance de Google a fini par lui porter préjudice et décevoir, faute de promesses non tenues. La firme semble toutefois ne pas vouloir abandonner le secteur du jeu vidéo, en témoignent ses projets sur un Chromebook dédié au cloud gaming et sur le Google Play Games. Elle assure également que la technologie au cœur de Stadia sera utilisée au sein d'autres plateformes comme YouTube et Google Play, et que "de nombreux membres de l'équipe Stadia continueront leur travail au sein d'autres divisions de l'entreprise".

© Google

Guide jeu vidéo