Menu
Donnez votre avis

Cinq astuces pour mieux maîtriser la confidentialité et l’utilisation de ses données

Posez votre question
La confidentialité des données sur le web ? Vaste sujet ! Voici quelques astuces simples pour vérifier quelles données sont agrégées sur les réseaux sociaux ou sur le web, et pour les supprimer lorsque c’est nécessaire.


Sur Facebook

Vérifier les paramètres de confidentialité et les applications autorisées

Sur le réseau social Facebook, plusieurs fonctionnalités méritent une visite régulière. D’abord, la page des paramètres de confidentialité qui permet de vérifier la visibilité de ses publications, mais également la façon dont le profil peut être trouvé par d’autres utilisateurs. Il est également possible de bloquer le profil sur les moteurs de recherche, ou de vérifier comment il apparaît pour d’autres utilisateurs. Autre indispensable : la page des applications tierces autorisées. C’est là où sont regroupées les applications connectées à votre compte Facebook personnel.


Et autour de Facebook

Utiliser Stalkscan pour nettoyer son profil Facebook

Après une vérification des paramètres de confidentialité Facebook, vous vous demandez quand même ce qui est visible ? L’outil Stalkscan permet de faire le tour des informations partagées en public. En rentrant simplement l’url de votre profil Facebook, les données sont agrégées selon leurs rubriques : photos, vidéos, publications, commentaires laissés en public, intérêts, liens familiaux ou encore endroits visités. Une excellente occasion de constater qu’on laisse finalement traîner beaucoup (trop) d’informations. Le site n’est pas affilié à Facebook.


Sur Google

Un dashboard pour visualiser tous les services de Google sur lesquels on laisse des données

Les internautes qui ont créé un compte Gmail et qui utilisent les services de Google ne le savent pas toujours : toutes les données liées sont centralisées par le géant américain. L’historique des visites sur Google Maps depuis son smartphone Android, par exemple. Il est possible de visualiser ces services et les données sur un tableau de bord, un dashboard accessible en ligne. Le suivi de chaque fonctionnalité liée peut ainsi être désactivé. L’historique des positions Google Maps peut ainsi être suspendu. C’est aussi une excellente occasion de vérifier si certains services sont actifs sans que l’on s’en souvienne, comme l’historique des vidéos regardées sur Youtube. Enfin, il est également possible de suivre un check-up confidentialité pour faire le tour des données partagées.


Sur Twitter

Faire le ménage dans ses anciens tweets

Faire un peu de ménage pour éviter que d’anciens tweets ne refassent surface ? La CNIL, la commission nationale de l’information et des libertés, livre une fiche pratique très complète à ce sujet. Le réseau social propose aussi un formulaire de recherche avancée pour rechercher des tweets contenant certains termes, ou postés à certaines dates. Il est aussi possible de passer par la plateforme (payante) Tweet Deleter. Comme pour tout autre réseau social, attention à n'utiliser que des solutions reconnues, qui ne demandent pas d’accès à vos données et vos mots de passe !


Sur le web

Utiliser des navigateurs web qui ne collectent pas de données

Pour éviter de partager des données sans le vouloir, il est aussi possible de passer par un moteur de recherche qui ne conserve ni cookies, ni adresses IP. Ce sont les plateformes anonymes, comme DuckDuckGo ou Framabee, géré par l’association Framasoft. Ces métamoteurs utilisent les résultats issus de plusieurs moteurs différents. C’est aussi le service que propose le Français Qwant.

Jean-François Pillou

Cet article est régulièrement mis à jour par des experts sous la direction de Jean-François Pillou, fondateur de CommentCaMarche et directeur délégué au développement numérique du groupe Figaro.

En savoir plus sur l'équipe CCM

Ajouter un commentaire

Commentaires

Commenter la réponse de Utilisateur anonyme