Pourquoi Elon Musk suspend le rachat de Twitter

Pourquoi Elon Musk suspend le rachat de Twitter

Elon Musk crée une fois de plus la surprise en annonçant la suspension du rachat de Twitter. L'homme le plus riche du monde déclare attendre les résultats d'une enquête sur le nombre de faux comptes du réseau social.

Coup de théâtre en fin de matinée ce vendredi 13 mai 2022 : dans un tweet surprise dont il a le secret, Elon Musk a annoncé qu'il suspendait le rachat de Twitter. "L'accord est temporairement suspendu dans l'attente de détails concernant les calculs selon lesquels les faux comptes et les spams représentent effectivement moins de 5 % des utilisateurs", explique le multimilliardaire dans son message, en faisant allusion à un article de l'agence Reuters sur la véritable nature des membres du réseau social qui revendique quelque 229 millions d'utilisateurs. Le patron de Tesla et SpaceX indique attendre davantage de détails sur la méthode de calcul de l'audit réalisé par Twitter, afin d'avoir une vision claire sur le "patrimoine" de l'entreprise dont il s'est porté acquéreur il y a quelques semaines. Elon Musk avait déclaré à plusieurs reprises que la lutte contre les faux comptes serait l'une de ses priorités une fois qu'il deviendrait propriétaire du réseau social, dans un souci de transparence qui semble devenu son leitmotiv.

Cette décision "temporaire", mais immédiate, a fait l'effet d'une bombe, et avant même l'ouverture de la Bourse de New-York, l'action de Twitter a aussitôt chuté de 25 % avant de se stabiliser autour de 17 %. Mais la situation devrait évoluer très rapidement, car l'affaire est particulièrement sensible. Ainsi, jeudi 12 mai, les dirigeants de Twitter avaient annoncé le départ de deux hauts responsables du groupe et la suspension de toute nouvelle embauche non essentielle en attendant le rachat par Musk.

La nouvelle a fait la Une des médias quand elle est tombée, dans la soirée du lundi 25 avril 2022 : après des hésitations et des négociations, le conseil d'administration de Twitter a accepté l'offre d'achat d'Elon Musk. L'homme le plus riche du monde va ainsi devenir l'unique propriétaire du célèbre réseau social à l'oiseau bleu. Un outil de communication que le milliardaire affectionne particulièrement en publiant depuis des années des tweets souvent provocateurs suivis et repris par ses quelque 85 millions d'abonnés. Toutefois, au-delà de l'aspect financier et des répercussions boursières –, l'opération se monte tout de même à la coquette somme de 44 milliards de dollars… –, cette prise de pouvoir suscite de nombreuses questions et même des inquiétudes. Car, comme il l'a clamé haut et fort, Musk compte bien faire évoluer Twitter en le libérant de ses carcans avec de nouvelles fonctions. Une révolution qui ne sera pas sans impact pour les utilisateurs.  

Elon Musk : un entrepreneur sans limite

Pour ceux qui ne le sauraient pas encore, rappelons qu'Elon Musk n'est ni un inconnu, ni un débutant. Avec une fortune personnelle estimée à quelque 264 milliards de dollars en 2022, il est officiellement l'homme le plus riche du monde. Et pour cause : Musk est avant tout un entrepreneur à qui tout réussit, ou presque. Cet ancien étudiant en physique et en économie s'est lancé très vite dans les affaires en misant d'emblée sur les "nouvelles technologies", et notamment Internet. En 1995, à 24 ans, il cofonde Zip2, une société qui édite un logiciel de publication de contenu en ligne. Surtout, en 1999, il fonde X.com, une banque en ligne nommée qui deviendra PayPal, avec le succès qu'on connaît. En 2002, il créée sa troisième entreprise, Space Exploration Technologies, plus connue sous le nom de SpaceX, pour développer des lanceurs et des véhicules spatiaux. Enfin, depuis 2008, il contrôle et dirige Tesla, le constructeur de voitures mondialement connu de voitures électriques. En parallèle, il mène plusieurs projets innovants, dont  Hyperloop (un système de transport à très haute vitesse avec des capsules dans des tunnels de vide), Powerwall (des dispositifs de stockage d'énergie électrique), OpenAI  (un centre de recherche sur l'intelligence artificielle), Neuralink (pour relier le cerveau à des circuits intégrés afin de fusionner les intelligences humaines et artificielles) ou encore Starlink (une constellation d'environ 12 000 satellites pour un accès à Internet sur toute la surface de la planète) . Autant d'aventures qui en font un pionnier emblématique dans l'univers des nouvelles technologies et un gourou visionnaire pour beaucoup.

Musk et Twitter : le buzz avant tout

Mais Elon Musk n'est pas uniquement célèbre que pour ses conquêtes entrepreneuriales : il est aussi connu pour son utilisation intensive des réseaux sociaux, et en particulier de Twitter. Un moyen de communication qu'il exploite à l'extrême depuis des années, en multipliant les déclarations provocatrices et tapageuses, dans le but à la fois de diffuser ses thèses, de secouer le monde de la tech et de la finance, et de faire le buzz à moindre coût – ses sociétés faisant très peu de publicité "traditionnelle". Il n'hésite ainsi pas à poster des tweets moqueurs et sarcastiques – pas toujours de bon goût, comme en témoigne le message récent où il comparait une photo de Bill Gates à l'émoji d'un homme enceint… – et à fustiger les autres grands acteurs économiques au nom de la liberté qu'il prône en permanence – liberté de s'exprimer et liberté d'entreprendre. Comme beaucoup le lui reprochent, fort de ses quelques 80 millions de followers, il utilise le réseau social comme une formidable caisse de résonance à l'échelle mondiale pour s'imposer comme l'un des hommes les plus influents de la planète. Et il compte enfoncer le clou et aller encore plus en prenant le contrôle total de Twitter.

Twitter avec Musk : vers une révolution ?

Créé en 2006, Twitter est devenu en l'espace de quelques années le média des médias. C'est le réseau social préféré des personnalités politiques, des journalistes, des observateurs, des "experts" et des "influenceurs" qui l'utilisent à longueur de journée pour diffuser et commenter toutes sortes d'informations. Seulement voilà : malgré ses quelques 436 millions d'utilisateurs actifs mensuels – dont 217 millions quotidiens –, Twitter a peu évolué sur le plan fonctionnel, notamment quand on le compare à des outils comme Facebook, Instagram ou TikTok. En outre, même s'il ne le fait pas de façon parfaite, le réseau modère ses publications, ce qui a valu son exclusion à Donald Trump en janvier 2021. Et c'est bien sur ces points qu'Elon Musk compte agir rapidement. Le nouveau maître de Twitter   bien mettre fin à la censure au nom de la liberté absolue d'expression, ce qui fait craindre le pire à beaucoup. dans le même ordre d'idée, il a déclaré vouloir passer les algorithmes du réseau en open source, de façon à les rendre publics, en "toute transparence" quant à leur fonctionnement et leurs limites. 

Par ailleurs, comme il l'avait l'avait annoncé en s'appuyant sur un sondage effectué directement via le réseau, il souhaite offrir la possibilité de modifier des tweets après leur publication, en ajoutant par exemple un bouton d'édition dans les messages. Une fonction que de nombreux utilisateurs réclament depuis des années mais que Twitter s'était toujours refusé à intégrer. En effet, si l'édition d'un message déjà publié semble légitime quand il s'agit de corriger une coquille ou une faute d'orthographe, de grammaire ou de syntaxe, elle ouvre la voie à des modifications plus importantes et plus pernicieuses quant au sens et à la portée de tweets, notamment quand ils ont déjà été diffusés et repris à une grand échelle. Les futurs ex-dirigeants de Twitter s'étaient engagés à intégrer prochainement cette possibilité – sans préciser pour autant de date –, mais on imagine aisément que l'arrivée de Musk aux commandes de la société va accélérer les choses. Et que cette évolution révolutionnaire présage de nombreuses autres nouveautés. 

Rachat de Twitter par Elon Musk : une opération qui inquiète

Si l'on ignore encore l'avenir de Twitter, le rachat du réseau par Musk fait déjà grand bruit dans le monde entier. Bien sûr, c'est d'abord le montant colossal et les conditions financières de l'opération qui font l'objet d'innombrables analyses dans la presse internationale et française, comme en témoignent les articles parus dans Le Figaro, Les Échos, L'ObsStratégies ou Courrier International, sans parler des sites et des chaînes d'info comme BFMTV, Franceinfo ou France 24. Mais dès l'annonce officielle, de nombreuses voix se sont élevées dans le monde entier pour s'interroger sur les intentions du nouveau propriétaire et l'avenir du réseau social, dans des médias comme Arte.tv. Libération ou Le Monde, comme sur les réseaux sociaux, évidemment. 

Une chose est sûre : s'il est bien féru de technologies et d'économie, Elon Musk n'est pas un philanthrope désintéressé. Et le rachat de Twitter, financé en grande partie par ses fonds propres, doit servir ses intérêts. Beaucoup y voient un acte à portée politique, Twitter étant un média à portée mondiale pouvant servir de caisse de résonance à des idéologies douteuses, voire dangereuses, sous couvert de liberté d'expression– et ce, même si Donald Trump a déclaré ne pas vouloir revenir sur le réseau. De fait, à l'instar d'autres milliardaires tel Jeff Bezos, le patron d'Amazon qui possède le célèbre Washington Post, Elon Musk s'est offert un outil d'information permettant d'orienter l'actualité et de monter des sujets et, par là même, d'influencer aussi bien l'opinion publique que les investisseurs. Une arme d'autant plus redoutable que l'homme le plus riche du monde a bien dit qu'il voulait faire sortir Twitter de la bourse, donc du contrôle d'autres actionnaires. 

L'usage qui sera fait des données récoltées – des informations qui servent au ciblage publicitaire des utilisateurs pour financer les services, comme sur d'autres plateformes gratuites – suscite des questions, même si Bruxelles a déjà rappelé que le Twitter d'Elon Musk devra se conformer aux règles européennes, en particulier en regard du Digital Services Act (DSA) qui entrera bientôt en vigueur en Europe. Même les employés actuels de Twitter s'inquiètent sur l'orientation du réseau et les méthodes de Musk, comme le rapporte The Verge

On le comprend, l'affaire est brûlante, et elle devrait rester sous les feux de l'actualité encore un bon moment. Certes, rien ne devrait changer dans l'immédiat pour les utilisateurs de Twitter. Mais la situation pourrait évoluer rapidement, selon les décisions de Musk et les nouvelles possibilités du réseau. Et on peut imaginer que certains – beaucoup ? – songeront à abandonner cet outil sans équivalent, si la situation prend une direction contraire à leurs convictions. Une chose est néanmoins certaine : Elon Musk a réalisé le plus grand "coup" de sa carrière en faisant le buzz dans le monde entier, l'opération et ses éventuelles conséquences occupant tout l'espace médiatique depuis 24 heures. Une réussite indiscutable, comme le milliardaire les aime !