Menu

1 Jour 1 Poilu : mémoire collaborative

Perrine Tiberghien - lundi 5 février 2018 - 12:29

1 Jour 1 Poilu : mémoire collaborative

Le numérique et le collaboratif au service de l’histoire et de la mémoire : c’est le concept du projet « 1 Jour 1 Poilu », qui regroupe des milliers d’internautes bénévoles. Depuis près de 6 ans, ils recherchent et indexent des informations sur les soldats français morts pendant la Première Guerre mondiale.

Le projet 1 Jour 1 Poilu : sur les traces des Poilus



Le projet 1 Jour 1 Poilu est mené depuis près de 6 ans, mais connaît de plus en plus d’engouement depuis ces dernières années. Il faut dire qu’il représente un travail de taille : créer une fiche signalétique numérique pour chacun des 1 400 000 soldats français morts pendant la Première guerre mondiale. Sur chaque fiche, figurent les informations remplies par l’armée : nom et prénoms, grade, corps, matricule et bureau de recrutement. Mais également la date et les circonstances de sa mort, ainsi que la mention « mort pour la France ». Pour les internautes, il s’agit donc de retranscrire ces informations rédigées il y a parfois plus d’un siècle, pour que la trace de chacun des Poilus soit indexée. Un véritable mémorial numérique qui doit être terminé pour le centenaire de la Première Guerre mondiale.

A ce premier défi de taille, les internautes du projet 1 Jour 1 Poilu en ont ajouté un autre : retrouver les traces de 30 000 soldats disparus pendant le conflit. L’objectif est de pouvoir identifier un maximum de soldats disparus, et déterminer avec plus de précisions les circonstances de leur disparition. Voire, pour certains, la possibilité d’ajouter une mention « Mort pour la France ». Un bel engagement pour les familles, surtout à quelques mois de la célébration du centenaire.

Le projet 1 Jour 1 Poilu cherche encore des internautes bénévoles sur toute la France. A suivre sur Twitter avec le #1J1P également. Le site du Ministère des armées Mémoire des Hommes met à disposition des internautes des documents numérisés sur le conflit.

Ajouter un commentaire

Commentaires

Commenter la réponse de Utilisateur anonyme