Contribuer à la Journée mondiale de l'enfance

Delphine Lalande - lundi 20 novembre 2017 - 15:15

Contribuer à la Journée mondiale de l'enfance

Ce 20 novembre, la Convention Internationale des Droits de l’Enfant (CIDE) fête ses 28 ans. Adoptée par l’ONU en 1989, elle garantit aux enfants du monde entier des droits, qui ne sont hélas pas assez respectés dans de trop nombreux pays. L’UNICEF a lancé plusieurs initiatives en soutien aux enfants défavorisés.

Les droits de l’enfants en chiffres
Aujourd'hui, 385 millions d’enfants vivent dans l’extrême pauvreté, 264 millions ne sont pas scolarisés, 5,6 millions d’enfants de moins de 5 ans sont morts de causes évitables et 250 millions subissent directement les conséquences de conflits et de guerres.



Les enfants aux commandes
Selon l’UNICEF, si le traité de la CIDE est l’un des textes ratifié par le plus grand nombre de pays (à part les États-Unis et la Somalie), les droits de l’enfant ne sont hélas pas respectés dans de trop nombreuses régions du monde.

Pour soutenir les enfants qui ne bénéficient pas de la scolarité, de protection sociale, de soins, sont déracinés, l'UNICEF invite les enfants du monde entier « à prendre les commandes » dans les domaines de la politique, de l’entreprise, des médias, du sport, du divertissement, etc.

Pour donner de la voix aux enfants défavorisés
Le groupe français « Kids United » a enregistré une nouvelle chanson Pour La journée Mondiale de L’enfance. Ambassadeur itinérant de l'UNICEF, David Beckham, a réalisé un court-métrage dans lequel il interroge les enfants sur leurs visions du monde.

Comment contribuer ?
Vous pouvez afficher vous aussi votre soutien aux droits des enfants avec le hashtag #KidsTakeOver sur les réseaux sociaux et vous rendre sur les comptes Instagram, Twitter et Facebook de l’UNICEF France. Et si le coeur vous en dit, faire un don utile.

Pour que les enfants en sachent plus sur leurs droits : myUNICEF !

Le 20 novembre : les enfants prennent le pouvoir ! (lien Youtube)

Ajouter un commentaire

Commentaires

Commenter la réponse de Bognonn