Facebook Workplace : « une plateforme ouverte et accessible à tous »

Perrine Tiberghien - lundi 17 juillet 2017 - 12:39

Facebook Workplace : « une plateforme ouverte et accessible à tous »

Lorsqu’on cherche un réseau social interne et une plateforme collaborative pour son entreprise, le choix est vaste. Jamespot, Yammer, Elium, TalkSpirit ou encore Google Apps sont autant d’alternatives qui ont toutes leurs points forts et leurs avantages. Facebook Workplace est le nouveau venu du catalogue : il s’agit du réseau interne d’entreprise développé par le géant américain.

Workplace fonctionne de manière assez similaire à Facebook, mais dans une déclinaison professionnelle. Fil d’actualité, groupes privés et publics, messagerie… le tout, sans lien avec le profil personnel utilisé par les collaborateurs sur Facebook. Les fonctionnalités sont limitées en version gratuite, mais étendues en version « premium » : un accès à l’interface de programmation pour ajouter ses propres outils par exemple, une gestion d’administration ou encore une intégration avec d’autres outils collaboratifs.



Experte en solutions innovantes, l’entreprise française Ippon Technologies a ouvert la plateforme à ses collaborateurs depuis peu. Le choix de l’accessibilité pour l’ensemble des collaborateurs : Geoffray Gruel, COO de l’entreprise (« chief operating officer », directeur de l’exploitation), livre son retour d’expérience sur ces premières semaines.


CCM : Pouvez-vous nous en dire plus Ippon Technologies ?

Geoffray Gruel :
« Nous sommes un cabinet conseil en technologies. Nous réalisons des logiciels à la fois pour des grandes sociétés comme Airbus, EDF ou LVMH, ou des entreprises innovantes comme LesFurets.com, Aldebaran. L’entreprise existe depuis 15 ans en France, et depuis 4 ans nous avons ouvert aux Etats-Unis… et depuis un an en Australie. »

CCM : Utilisiez-vous déjà un réseau social d’entreprise avant Facebook Workplace ?

G.Gruel :
« Nous avions même fait plus que cela, puisqu’on en avait développé un en open-source, qui s’appelle Tatami et qui est disponible sur GitHub. C’est un Twitter-like dans le réseau interne, qui est hébergé chez nous. Nous l’avons mis en production il y a quelques années. Mais nous n’y faisions plus beaucoup de maintenance : c’est un outil qui a rendu de fiers services, mais les plateformes du type Slack, Facebook ont des armées de développeurs et fournissent des nouvelles fonctionnalités toutes les semaines. Nous avons considéré que la plateforme était dépassée, et de fait son utilisation chez nous. C’était un réseau social sur adhésion personnelle, qui a accueilli jusqu’à 60 % de l’entreprise mais nous avons fini à 10 %. Par manque de renouvellement de la plateforme, l’outil est tombé en désuétude. »

CCM : L’ancienne plateforme a donc été remplacée par Facebook Workplace ?

G.Gruel :
« On l’a en effet remplacé par Workplace. Le lancement officiel est tout récent, puisque nous sommes sortis de notre test en juin et depuis le 1er juillet, nous sommes sur Workplace, pour toute l’entreprise. »

CCM : Et qu’est-ce qui vous a convaincu dans cette solution, plutôt que d’autres plateformes ?

G.Gruel :
« Nous avons des collaborateurs très geeks, très techniques, et nous avons des collaborateurs non techniques. Slack, HipChat, Rocket.Chat, on en a eu. Nous avions en fait un éparpillement d’outils en silos, qui étaient utilisés par des petits groupes qui ne communiquaient pas forcément entre eux. Nous nous sommes aperçus que se mettre le pied à l’étrier sur Slack ou Rocket.Chat est plus difficile quand on est peu technique. Alors que Workplace a cet avantage de l’accessibilité. C’est tellement usuel pour tous que c’est très simple. »

CCM : Quel a été le retour des collaborateurs, est-ce qu’ils se sont approprié l’outil facilement ?

G.Gruel :
« Le retour est plutôt positif, même s’il y a des réticences. Un changement d’outil est forcément une transition. L’outil historique Tatami vient d’être coupé par la direction, ce qui était un signe fort. Mais dès qu’on voit les intérêts : faciliter la communication, faciliter la circulation de l’information à l’international, entre les communautés d’expertise, l’adoption est immédiate.
En Australie par exemple, qui est notre plus jeune filiale, l’adhésion a été immédiate. Quand un nouveau consultant arrive, il a un point d’entrée unique pour aller chercher l’information. »

CCM : Quelles sont les fonctionnalités que vous utilisez plus ? Est-ce qu’il y a des fonctionnalités que vous n’utilisez pas ?

G.Gruel :
« La plateforme est encore jeune. On l’a laissée ouverte, de façon à ce que les collaborateurs puissent créer de nouveaux groupes publics ou privés. Nous avons aussi créé un certain nombre de groupes publics pour que l’information circule. En quelques jours, nous avons vu des groupes privés se créer. Par exemple, un manager et son équipe, une communauté d’expertise, un ensemble de consultants qui travaillent pour un même client… cela a pris immédiatement.
On utilise aussi Google Apps depuis très longtemps, le tchat par exemple est possible à la fois via Google Apps et via Workplace. Là on n’a pas encore tranché, mais nous avons par contre coupé Skype pour garder Google Apps et Workplace. »

CCM : Est-ce qu’il y a des améliorations que vous verriez, ou que vous aimeriez ?

G.Gruel :
« Nous avons prévu de faire certaines intégrations avec les API (interface de programmation, NDLR). La plateforme est ouverte et nous avons déjà fait quelques expérimentations de connexion avec notre annuaire par exemple. Nous avons du travail de ce côté-là, mais comme les API sont ouvertes nous allons pouvoir travailler par nous-mêmes. Les utilisateurs de Slack aimeraient aussi un tchat groupe privé.

CCM : Est-ce qu’il y a un support prévu en cas de difficulté, ou avez-vous rencontré des difficultés particulières ?

G.Gruel :
« Nous n’avons pas eu de difficultés, mais nous avons rejoint des communautés ouvertes sur Workplace : le niveau d’échange est bon et la communauté répond aux questions. »

CCM : A quel genre d’entreprise recommanderiez-vous ce type d’outil ?

G.Gruel :
« Je trouve que Workplace est une plateforme très accessible, même à un utilisateur peu technique. Nous avons justement fait ce choix pour une plateforme ouverte et accessible à tous ».

Repères

Ippon Technologies

  • Cabinet de conseil en technologies créé en 2002 par Stéphane Nomis, basée à Paris,
  • Accompagnement des entreprises dans le développement et la transformation des systèmes d’informations,
  • Ippon Technologies

Workplace Facebook

  • Réseau interne d’entreprise développé par Facebook et déployé depuis 2015, d’abord sous le nom de Facebook at Work puis Workplace,
  • Accessible en version gratuite et en version payante (premium) avec un nombre de fonctionnalités plus étendu,
  • Tarifs établis en fonction du nombre d’utilisateurs : 3 dollars par mois pour chaque utilisateur pour 1000 utilisateurs actifs, puis 2 dollars jusqu’à 9000 utilisateurs et 1 dollar au-dessus.
  • Workplace

Ajouter un commentaire

Commentaires

Donnez votre avis