Une mémoire cache révolutionnaire

heso59 - mercredi 12 juillet 2017 - 14:12

Une mémoire cache révolutionnaire

Avec une méthode révolutionnaire pour gérer la mémoire cache, le MIT va booster les performances des processeurs.

(CCM) — Pour améliorer les performances des semi-conducteurs, les industriels ont tendance à ajouter sans cesse plus de cœurs à leurs processeurs. Daniel Sanchez, Po-An Tsai et Nathan Beckmann - 3 chercheurs du MIT - ont pris une voie résolument différente, en s'attaquant aux problèmes de la mémoire cache. Et leurs résultats sont surprenants .

Leur méthode baptisée « Jenga » est détaillée dans un papier de recherche de l'université du Massachusetts. On y découvre une nouvelle façon d'organiser la mémoire cache. Traditionnellement, les processeurs possèdent une mémoire cache hiérarchisée en niveaux L1, L2, L3, L4. Les premiers niveaux sont les plus rapides et stockent les données dont les puces ont besoin instantanément. Cette méthode a fait ses preuves, mais elle oblige chaque processeur a faire des allers et retours permanents entre les niveaux pour vérifier la présence des données. La nouvelle approche de Jenga vise à minimiser ces recherches entre les niveaux, en regroupant en temps réel l'allocation des données sur le niveau L3 et/ou le niveau L4. Selon les besoins de chaque application, une mémoire cache "virtuelle" est créée, et le processeur vérifie en permanence que la gestion est optimale.

Avec cette nouvelle façon d'aborder la gestion de la mémoire cache, les spécificités de chaque application sont prises en compte en temps réel et les améliorations des performances des processeurs sont spectaculaires. Dans les tests, les vitesses de calcul sont améliorées de 30 % et la consommation énergétique réduite de 30 à 85 %.

Photo : © iStock.


Ajouter un commentaire

Commentaires

Donnez votre avis