L'UE s'attaque à l'obsolescence programmée

BenjaminWalewski - mercredi 5 juillet 2017 - 15:42

L'UE s'attaque à l'obsolescence programmée

Au travers d'une nouvelle résolution, l'Europe veut lutter contre l'obsolescence programmée

(CCM) — Après une décision du Sénat français rendue en 2015, c'est au tour du Parlement Européen de commencer à légiférer sur l'obsolescence programmée. Définie en France comme "l'ensemble des techniques par lesquelles un metteur sur le marché vise à réduire délibérément la durée de vie d'un produit pour en augmenter le taux de remplacement", l'obsolescence programmée est un sujet de société très actuel, à l'heure où le nombre d'appareils et gadgets électroniques et mécaniques dans nos vie ne cesse d'augmenter.



A la différence de la loi française, qui prévoit une peine de deux ans d'emprisonnement et de 300 000 € d'amende pour les entreprises coupables d'avoir pratiqué l'obsolescence programmée, la résolution adoptée par le Parlement Européen ne prévoit pas de sanctions mais "souhaite promouvoir un allongement de la durée de vie des produits". Pour le Parlement, cela passe notamment par l'amélioration de la solidité des produits ainsi que la possibilité de les réparer.

Le Parlement envisage ainsi que la Commission Européenne puisse créer un "label européen volontaire" prenant en compte "la durabilité, l’écoconception, et les capacités de modulation des composants pour accompagner le progrès du bien et la réparabilité". Ce label informerait les consommateurs que tel ou tel produit est durable mais également facilement réparable et pourra donc être utilisé pendant longtemps, sans avoir à racheter un nouveau modèle. Des "critères de résistance minimum" pourraient par ailleurs être fixés par catégories de produits.

De plus, le Parlement souhaite que les États Membres prennent leurs responsabilités en encourageant les produits réparables, les circuits de deuxième main et la réparation en général. Un aspect important pour le Parlement, qui aimerait voir une extension de garantie pour les produits dont la réparation dépasse un mois et offrir aux consommateurs la possibilité de choisir des réparateurs indépendants.

Si cela ne signe pas la fin de l'obsolescence programmée, cette résolution européenne dénote une première prise de conscience encourageante pour le futur. Même si cela risque de ne pas faire plaisir à certains constructeurs qui préfèrent fixer les batteries avec de la glue plutôt que d'utiliser quelques vis....

Photo : © niroworld - Shutterstock.com.

Ajouter un commentaire

Commentaires

Donnez votre avis