L'Europe met Google à l'amende

BenjaminWalewski - mardi 27 juin 2017 - 15:22

L'Europe met Google à l'amende

L'UE a infligé une amende record de 2,42 milliards d'euros au géant américain pour abus de position dominante.

(CCM) — Cela faisait déjà plusieurs années que la Commission Européenne avait averti la firme de Mountain View concernant son comparateur de prix Google Shopping. L'Union Européenne, qui estime que le service abuse de sa position dominante, a fini par sévir en infligeant une amende très salée au colosse de la tech : 2,42 milliards d'euros, la plus importante amende jamais donnée à ce jour par la Commission Européenne.



Dans un communiqué (lien en anglais), la commissaire européenne Margrethe Vestager résume la position de la Commission : "Google a créé de nombreux services qui ont changé nos vies. C'est une bonne chose. Mais la stratégie de Google pour son service de comparaison n'était pas juste d'attirer des clients ni de rendre son produit meilleur que celui de ses concurrents. Google a abusé de sa domination du marché en tant que moteur de recherche en faisant la promotion de son propre service de comparaison de shopping dans ses résultats de recherche au détriment de ceux de ses concurrents. C'est illégal aux yeux des lois anti-trust européennes".

Initialement appelé Froogle, le service de Google est apparu en 2008 en Europe, d'abord en Allemagne et au Royaume-Uni. Puis en France en 2010, et dix autres pays par la suite. Ainsi que le rappelle Eric Léandri, co-président de l'Open Internet Project - organisme partie civile dans l'affaire - à nos collègues du Figaro , "il y avait 400 comparateurs de prix en Europe avant 2008, date à laquelle Google a lancé le sien, il en reste entre 15 et 20".

La Commission a donné 90 jours à Google pour mettre fin à ces pratiques, sous peine d'astreintes journalières "pouvant atteindre 5 % du chiffre d’affaires moyen réalisé quotidiennement au niveau mondial par Alphabet". La firme conteste bien sûr cette décision et envisage la possibilité d'aller en appel. Car plus que l'amende en elle-même, qui ne représente pas grand chose (Google a engrangé 89 milliards de dollars en 2016), c'est la possibilité qu'une telle décision se répercute sur d'autres verticales comme la cartographe avec Google Maps ou les comparateurs de voyage avec Google Flights.

Par ailleurs, deux enquêtes pour abus de position dominante concernant Android et AdSense sont toujours en cours à la Commission Européenne. La fin des péripéties judiciaires européennes de Google n'est donc pas pour tout de suite.

Photo : © Denis Linine - Shutterstock.com