Moncordonnier.com : une transformation numérique réussie

Delphine Lalande - mercredi 12 avril 2017 - 12:36

Moncordonnier.com : une transformation numérique réussie

La présence d’une entreprise sur internet est incontournable aujourd’hui, même pour un métier traditionnel comme la cordonnerie.

Sébastien Valverde, fondateur de Moncordonnier.com nous explique comment, avec un projet cohérent et un service innovant pour le consommateur, il a réussi la transformation digitale de son atelier de cordonnerie. Un retour d’expérience passionnant !




CCM – Quand avez-vous créé le site moncordonnier.com ?
Sébastien Valverde – En juin 2016, mais la cordonnerie existe depuis 1946. Mon grand-père avait créé l’atelier à Marseille que mon père a repris.

CCM – Aviez-vous des connaissances, ou du moins un “pied dans le numérique” avant d’opérer cette transformation du traditionnel vers le digital ?
SV – Il y a 10 ans, j’avais créé Ypsée.com, un site spécialisé dans le tourisme médical. Je me suis demandé s’il n’y avait pas quelque chose à faire dans la cordonnerie familiale pour la faire évoluer vers le numérique. J’ai fait une étude de marché pour voir comment le numérique pouvait transformer le métier, et nous avons regardé ce qui se faisait aux Etats-Unis et nous nous en sommes inspirés.

CCM – Quel était l’objectif de votre démarche ?
SV – Nous voulions révolutionner le mode de consommation de la cordonnerie, sans faire évoluer le métier au niveau de la main d’œuvre, du savoir-faire, en se faisant connaître sur internet pour élargir le service et augmenter la zone de chalandise. On ne voulait pas dépendre de la clientèle seulement située autour de l’atelier. Il y avait aussi l’aspect lié à la saisonnalité auquel nous voulions aussi palier avec le numérique. L’été étant une saison creuse, il n’y a plus de saisonnalité avec le service que l’on propose sur le site !

CCM – Justement, en quoi consiste ce service innovant ?
SV – Nous proposons une réparation de qualité, livrée en 24h à votre domicile. Grâce aux nouveaux outils, les clients n’ont plus à se déplacer ! Vous choisissez d’abord votre pack de réparation sur notre site, puis vous recevez en suivant un bon de transport prépayé par courrier. Vous déposez ensuite vos chaussures dans votre boite aux lettres, et une fois la demande validée, les chaussures sont réparées en 24h. Un mail avec un lien de paiement vous est alors envoyé et vous recevez vos chaussures à votre domicile (ou à l’adresse de votre choix).
C’est précisément ce mode de consommation qui est révolutionnaire dans un métier aussi traditionnel que la cordonnerie.

CCM – Comment s’effectue le renvoi des chaussures réparées ?
SV – En Colissimo ou TNT, mais c’est plus cher. Le bon de transport est envoyé avec un n° de suivi du colis. Le service Colissimo est inclus dans le package de réparation, pour le même prix qu’un service traditionnel de cordonnerie. Nous préservons la marge grâce au volume de commandes.

CCM – D’où vous est venue l’idée de créer ce service ?
SV – Du constat qu’il y a un vrai savoir-faire dans ce métier mais que le service n’est pas facilement accessible à tout le monde, en fonction des horaires et de la zone d’habitation de chacun. Cela génère des frustrations, parfois le client doit se déplacer loin ou n’a simplement pas le temps de le faire. De plus, la relation client physique fait perdre du temps de travail à l’artisan.
La dématérialisation du mode de consommation entraîne de fait moins de perte de temps, pour le client et le cordonnier ; l’envoi de photo des chaussures en amont permet aussi d’établir un « diagnostic » au préalable. Si elles ne sont pas réparables, on le dit au client.

CCM – Quel(s) changement(s) cela a-t-il apporté à votre entreprise ?
SV – Cela nous a permis d’avoir des clients de la France toute entière, même sur Paris où les cordonniers sont nombreux. Au début, ce n’était pas facile de faire comprendre aux consommateurs qu’ils pouvaient bénéficier du service de réparation alors qu’ils habitaient à Dunkerque par exemple. Mais ça commence à entrer dans les mœurs.

CCM – Avez-vous été conseillé pour la création du site ?
SV – Oui, par PLICIWEB dans un premier temps pour le site, puis par WEBGOESON pour le e-marketing et la visibilité, avec une campagne d’adwords et le référencement naturel de notre blog.

CCM – Combien cela vous a-t-il coûté ?
SV – Tout compris, site et référencement, 10 000€ en tout.

CCM – Avez-vous d’autres projets numériques pour votre entreprise ?
SV – Oui bien sûr ! L’outil numérique va revenir en force avec une application et le scan de codes barres dans la chaîne de réparation pour permettre à notre logistique de traiter de plus gros volumes.

CCM – Quels conseils donneriez-vous à une entreprise traditionnelle qui souhaite réussir sa transformation numérique ?
SV – Se poser la question : dans le métier que l’on exerce, peut-on améliorer le service que l’on rend aux clients par le numérique ? Qu’est-ce qui ferait gagner du temps à tout le monde ? En revanche, je déconseillerais d’être sur internet seulement pour être visible. S’il n’y a pas de service ou de cohérence derrière, ça n’apporte aucune valeur ajoutée.

Repères

Moncordonnier.com

  • Atelier de cordonnerie créé en 1946 à Marseille ; site internet fondé par Sébastien Valverde en juin 2016.
  • 5 salariés (fondateur et cordonniers).
  • Levée de fonds en cours pour le traitement de plus gros volumes de commandes.
  • Site internet Moncordonnier.com

Moncordonnier.com sur Facebook
Moncordonnier comment ça marche ? sur Youtube

PLICIWEB

  • Création Site Prestashop et Applications Mobiles depuis 2007, fondé par Stéphane Trichet et Nicolas Sotron.

PLICIWEB

WEBGOESON

  • Agence de webmarketing et de référencement basée à Genève.

WEBGOESON

Ajouter un commentaire

Commentaires

Donnez votre avis