Fake news, fact-checking… les outils pour vérifier les informations

Perrine Tiberghien - mercredi 5 avril 2017 - 11:53

Fake news, fact-checking… les outils pour vérifier les informations

Le fact-checking – ou vérification des informations – est une expression à la mode depuis quelques mois. Mais c’est surtout une réelle nécessité, et notamment sur les réseaux sociaux où l’information est partagée en quelques clics. Depuis début mars, l’outil de fact-checking de Facebook est d’ailleurs actif sur le réseau social. Le Décodex, plateforme de vérification des informations, est aussi accessible en ligne.
Et ce ne sont pas les seuls outils qu’on peut utiliser pour vérifier l’information. On fait le tour des outils utiles.

Une recherche sur Google et sur Google images

Pour savoir d’où vient l’information, il faut… la chercher ! En cas de doute sur l’origine d’une information, taper quelques mots-clés sur un moteur de recherche suffit généralement à en retrouver l’origine.
C’est également le cas pour les images : sur Chrome, un clic droit sur une image donne accès à une fonctionnalité « rechercher une image avec Google ». Il est également possible d’importer un fichier sur Google Images pour vérifier les pages contenant des images similaires. Les images détournées, ou utilisées dans un autre contexte, laissent toujours quelques traces !

Une recherche sur les sites spécialisés

Certains sites se chargent aussi de vérifier l’information en circulation sur le web. C’est le cas de Hoaxbuster.com. Les « hoax », c'est-à-dire les canulars les plus fréquemment consultés par les internautes sont mis en avant.
Le site répertorie aussi les derniers échos du web : par exemple de la photo d’un policier thaïlandais, régulièrement utilisée pour parler d’affrontements entre manifestants et forces de l’ordre. On parle alors de « fake photo », et de désinformation.

Et une recherche sur le nom de domaine !

Un outil peut être utile pour vérifier la fiabilité d'un site en cas de doute : c’est le Who Is. Un véritable annuaire qui, en fonction du nom de domaine ou de l’adresse IP, va révéler toutes les informations laissées par le propriétaire du nom de domaine auprès de l’Afnic. Cet annuaire est accessible sur le site de l’Afnic, ou plus simplement sur Who.is. On y trouve généralement les données Registrar : la date de création du nom de domaine, le nom de son propriétaire ou de l’éditeur du site, parfois des coordonnées de contacts… Couplées à une recherche sur Google, ces informations permettent aussi d’en savoir plus sur l’origine d’un site web.
En bref, en faisant preuve d’un peu de curiosité, chacun peut devenir un « fact-checker »…


Ajouter un commentaire

Commentaires

Donnez votre avis