Facebook crée un outil de censure

BenjaminWalewski le mercredi 23 novembre 2016 à 10:18:59

Facebook crée un outil de censure

Pour tenter de revenir en Chine, Facebook a développé un outil permettant de censurer des contenus sensibles.

(CCM) — Vous l'ignorez peut-être, mais Facebook est bloqué en Chine depuis 2009, et Instagram depuis 2014. Et la compagnie de Mark Zuckerberg aimerait bien pouvoir revenir dans le pays et profiter de ce marché où la population est de plus en plus connectée. Peut-être dans l'optique de plaire aux autorités locales, Facebook aurait développé un outil interne à la plateforme permettant de censurer des contenus à la demande.

C'est un article du New-York Times (lien en anglais) qui dévoile publiquement l'affaire et cite trois salariés (actuel et anciens) de Facebook. Car à Palo Alto cet outil est un secret très mal gardé, le code est par ailleurs visible par les développeurs de l'entreprise. Plusieurs salariés en charge du projet sont partis et le sujet est devenu brûlant au cours de l'été. Lors d'une rencontre entre Mark Zuckerberg et les employés en juillet dernier, des questions sur l'outil ont été posées. Ce à quoi Zuckerberg aurait répondu : "Il est mieux pour Facebook de pouvoi faire en sorte de créer des conversations, même si ce ne sont pas encore des conversations complètes".

D'après le New York Times, s'il était mis en place, l'outil en question ne serait pas géré directement par Facebook mais plutôt par un partenaire chinois sur place. Et l'outil ne bloquerait pas des posts une fois qu'ils sont publiés - pratique que Facebook utilise déjà dans certains pays - mais permettrait de contrôler en amont les sujets et histoires apparaissant dans les fils d'actu des utilisateurs. Cependant, si rien n'indique que l'outil a été vraiment intégré, ni même qu'il pourrait permettre à Facebook de revenir sur le marché chinois, il n'empêche que l'outil existe bel et bien.

Comme le souligne l'auteur de l'article, cet outil pourrait aussi vouloir être utilisé par de nombreux autres pays voulant contrôler ce qu'il se passe sur le réseau social. Certes, on sait que Zuckerberg s'intéresse au marché chinois et qu'il est allé sur place rencontrer des officiels à plusieurs reprises cette année, et qu'il semble prêt à faire quelques concessions. Mais une telle compromission éthique est-elle particulièrement raisonnable ?

Photo : © Maglara - Shutterstock.com


Ajouter un commentaire

Commentaires

Ajouter un commentaire