Orange veut la peau du téléphone fixe

Redaction-CCM le mardi 28 juin 2016 à 11:39:21

Orange veut la peau du téléphone fixe

L’opérateur téléphonique vient d’annoncer qu’il commencera à fermer les lignes fixes classiques dès 2017.

« Gaston y a le telefon qui son, mais y a jamais person qui répond ». Cette célèbre boutade de Nino Ferrer va prendre un sérieux coup de plomb dans l’aile. En effet, à partir du début de l’année prochaine, le telefon du réseau téléphonique commuté (RTC) ne sonnera plus dans quatorze communes tests du Finistère. Orange explique sa démarche : « Dans cette zone, tous les opérateurs qui le souhaiteront pourront tester en avance de phase des offres de substitution aux services de téléphonie fixe traditionnelle et aux services Numéris/RNIS ». Ainsi, à l'issue d'une période de deux ans, toutes les anciennes lignes seront remplacées par de nouvelles tout-IP.

Cette stratégie entre dans un projet global encouragé par l’ARCEP, qui a annoncé récemment le lancement effectif de travaux multilatéraux pour anticiper le passage au tout-IP, que tous les opérateurs devront mettre en place. Afin que ce passage se déroule dans les meilleures conditions, Orange devra prévenir ses clients cinq ans avant l’arrêt du RTC dans les zones concernées. Du côté des entreprises, c’est en 2018 qu'Orange testera la création de multi-lignes en VoIP pour remplacer le système actuel, Numéris. La date de la décision définitive pour cette migration sera connue ultérieurement, en accord avec l’ARCEP et les autres opérateurs du marché.

Il ne reste donc plus qu’à voir comment va se passer l’opération sur le terrain. En effet, le passage d’une technologie à une autre est loin d’être évident. De nombreux écueils ont été signalés dans un rapport dédié au passage du cuivre à la fibre, et surtout lors d’une expérience mitigée à Palaiseau, en région parisienne. À cette occasion, France Telecom avait été obligé de garder certaines lignes en RTC, notamment celles des services de secours.

Photo : © iStock.


Ajouter un commentaire

Commentaires

Ajouter un commentaire