Internet : plus de 60 % du trafic généré par des robots

CelineLhorte le lundi 16 décembre 2013 à 01:13:35
Internet : plus de 60 % du trafic généré par des robots



L'entreprise Incapsula étudie régulièrement le trafic web. Au mois de mars, elle annonçait que 51 % du trafic était généré par des robots dont 60 % étaient malveillants. Une nouvelle étude de cette entreprise vient de révéler que cet écart s'est encore plus creusé. Actuellement, seulement 38.5 % du trafic web est généré par des humains.

Le trafic internet ne s'effectue pas que par la navigation des internautes. Toutes les tâches répétitives, telles que l'indexation des pages internet, sont automatisées. Elles sont effectuées par des robots. Toutefois, il n'existe pas que des bots informatiques bienveillants. En effet, des robots dits malveillants interagissent à mauvais escient avec des serveurs informatiques.

La société Incapsula étudie régulièrement la répartition du trafic internet. Au mois de mars, elle a relevé que 51 % de celui-ci était généré par des robots, dont 60 % étaient malveillants. Le trafic humain devenait minoritaire.
Incapsula vient de publier de nouveaux résultats, basés sur une étude de 90 jours, auprès de 1.45 milliard de visites sur 20 000 sites internet de 249 pays. Depuis le mois de mars, l'écart s'est encore accentué.
En effet, le trafic des robots représente 61.5 % du trafic web total. Par rapport à 2012, il a augmenté de 21 %. Incapsula attribue cette progression aux robots bienveillants qui ont augmenté leur présence de 20 à 31 % cette année ; la raison étant l'introduction de nouveaux services.
Concernant les robots dits malveillants, 31 % des bots sont concernés. Le pourcentage reste stable, mais le nombre de spammeurs a largement diminué, passant de 2 % en 2012 à 0.5 % cette année. Incapsula estime que la raison la plus plausible est la campagne antispam menée par Google.
Si cette dernière tendance diminue, Incapsula a relevé la forte augmentation d'un autre type de robots malveillants, les « autres imitateurs » (« other impersonators »). Ces bots informatiques tentent d'infiltrer les systèmes en essayant de leurrer en prenant d'autres identités. La présence de ce groupe a progressé de 8 % depuis 2012 et représente 20.5 % des robots malveillants.

Il reste à voir si, à l'avenir, le trafic du web humain peut encore diminuer.

Crédit photo: Internetandtacos/Flickr


Ajouter un commentaire

Commentaires

Ajouter un commentaire