CommentCaMarche
Recherche

Informatique/High-tech : le plus gros piratage informatique

CelineLhorte le dimanche 28 juillet 2013 à 16:05:37
Informatique/High-tech : le plus gros piratage informatique


160 millions de numéros de cartes de crédit dérobés dans les systèmes informatiques de plusieurs sociétés. Sur plusieurs années, en piratant les entreprises Nasdaq, JetBlue, 7-Eleven, Carrefour, Dexia ou encore Visa Jordanie, 5 hackers ont réussi à obtenir et revendre des coordonnées bancaires pour un préjudice estimé à 300 millions de dollars. La justice américaine vient d'inculper les auteurs présumés de cette plus grosse affaire de piratage que les États-Unis n'aient jamais vu.

Débutée depuis au moins 2007, la fraude consistait à intégrer le système informatique des entreprises. Les hackers y installaient des logiciels malveillants qui permettaient de désactiver les logiciels antivirus pour collecter les données de cartes bancaires des clients. Elles étaient ensuite stockées sur des plateformes de hacking pour être chacune revendues de 10 à 50 dollars. Les acheteurs revendaient, à leur tour, les coordonnées bancaires sur internet ou à des faussaires qui les utilisaient sur des cartes bancaires vierges.

160 millions de numéros de cartes de crédit ont été fraudés parmi une quinzaine de sociétés victimes. Américaines, mais pas seulement: Heartland, Nasdaq, Visa Jordanie, 7-Eleven, l'entreprise française Carrefour ou encore franco-belge Dexia. Selon la justice américaine, le groupe Carrefour aurait été victime, au moins depuis octobre 2007, à hauteur de 2 millions de coordonnées bancaires.
Le préjudice total, estimé à 300 millions de dollars, est le plus important rencontré aux États-Unis. Une enquête ouverte en 2012 a conduit à l'arrestation des hackers Vladimir Drinkman et Alexandre Kalinine, aux Pays-Bas, en juin 2012.
La semaine du 22 juillet, la justice américaine a annoncé la mise en inculpation de ces deux personnes ainsi que 3 autres, toujours en fuite. Au total, seulement 5 personnes, de nationalité russe et ukrainienne, auraient réussi à dérober ces 160 millions de coordonnées bancaires.
Affaire à suivre.

Crédit photo: Le Figaro

Ajouter un commentaire

Commentaires

Ajouter un commentaire