« Le NFC va faciliter la vi(ll)e »

CommentCaMarche le jeudi 26 juillet 2012 à 11:44:52
« Le NFC va faciliter la vi(ll)e »

Accès aux voies piétonnes pour les livreurs et résidents, application du bon tarif aux bornes de stationnements, emprunt de livres à la bibliothèque, ... le potentiel du NFC correspond bien aux services gérés par les collectivités. Ville pilote sur le sans contact et le NFC, Bordeaux teste de nouveaux usages, étend les supports et recueille les retours des utilisateurs.

Yann Mareschal, responsable projet à la Direction Générale de l'Innovation Numérique et des Systèmes d'Information de la Mairie de Bordeaux, a répondu à nos questions sur cette nouvelle technologie. Un retour d'expérience également intéressant pour les petites collectivités et structures qui souhaitent à leur niveau développer des services NFC.


Comment Ça Marche - Pour quelle raison la ville de Bordeaux a adopté la technologie NFC ?

Yann Mareschal - En 2011, la Ville de Bordeaux répondait à un appel à projet du gouvernement, elle a été retenue pour bénéficier d'un soutien financier de l'Etat dans le déploiement de services mobiles sans contact NFC. Bordeaux est aujourd'hui labellisée « territoire leader du mobile sans contact ».

Bordeaux bénéficie aussi d'une expérience significative dans le déploiement de cartes permettant l'accès aux services publics. Depuis 1997, des cartes à puce sont proposées aux bordelais pour accéder aux services de la ville. Nous avons donc facilement migré sur de la carte sans contact.

Aujourd'hui, nous poursuivons le développement sur cartes en proposant de nouveaux services et, nous développons en parallèle le sans contact sur clés USB et téléphones portables NFC.

CCM - Quelle utilisation la ville de Bordeaux a-t-elle de la technologie NFC ?

YM - Le NFC a été intégré à la carte « Bordeaux Ma ville », qui donne accès à différents services de la ville : accès à la piscine, à la crèche, paiement à la cantine, emprunt de livres à la bibliothèque, utilisation de l'horodateur, coupons pour l'entrée aux musées, interaction avec les bornes pour l'accès au centre piéton, etc. Certains services en NFC sont aussi proposés sur smartphones et sur clés USB.

La technologie NFC est particulièrement adaptée à tous les services qui nécessitent une rapidité d'exécution : lecture d'informations, passage aux bornes d'accès, paiement, etc.

CCM - Quelles autres technologies utilisiez-vous auparavant ?

YM - Le NFC remplace et complète l'utilisation que nous avions des QRcodes. Le NFC dispose de fonctionnalités étendues : lecture d'informations comme le QRcode, mais aussi émulation de carte et échange d'informations en peer-to-peer. Pour cette dernière fonctionnalité, le fonctionnement est similaire à des technologies comme le Bluetooth, en plus simple et plus rapide.

CCM - Pour les utilisateurs, le NFC est-il facile à utiliser ? Un équipement spécifique est-il nécessaire ?

YM- Nous laissons à l'utilisateur le choix du support le mieux adapté à son usage et ses habitudes. S'il s'agit de la carte Bordeaux Ma Ville, aucune manipulation n'est nécessaire côté utilisateur. La ville de Bordeaux se charge de l'intégration des services sur la carte.

S'il utilise les services sans contact depuis son smartphone, l'utilisateur doit au préalable télécharger une application sur le store correspondant à son smartphone (Apple, Androïd, BlackBerry, ...), puis sélectionner les services qu'il souhaite utiliser. Cette démarche remet l'utilisateur au centre du parcours et rapproche le citoyen des services de la ville.

L'appropriation des services NFC par l'utilisateur nécessite de la pédagogie de notre part. Nous sommes présents sur des stands de présentation et, lors de la mise en place de nouveaux équipements, des équipes d'accompagnement technologique suivent les usagers et collaborateurs.

CCM - Quels sont à votre avis les limites et risques du NFC ?

YM - Nous devons rester vigilants pour garantir l'interopérabilité et la cohérence entre les différents services et supports, afin que l'usager s'approprie les services NFC. C'est le rôle notamment de l'Association Française du Sans Contact Mobile (AFSCM). Fondée par Bouygues Telecom, Orange France et SFR, cette association, qui promeut les services sans contact mobiles, dégage des spécifications communes pour garantir cette interopérabilité, entre services et d'une ville à l'autre.

Nous devons aussi être très vigilants sur les problématiques de sécurité des données personnelles. C'est un des grands enjeux du NFC. Le sans contact implique de rendre accessible plusieurs services sur un seul et même support, nécessitant une protection élevée des bases de données. Nous devons pouvoir ajouter toujours plus de services sans porter préjudice à la vie privée des utilisateurs.

CCM - Et ses avantages ?

YM - Le NFC simplifie tout. C'est avant tout un service proposé aux habitants. Et pour que cela soit un service accessible à tous, nous tenons à ce que la technologie NFC soit multisupport et mutiservice. Multiservice, pour que tous les services soient regroupés sur un seul support (la carte équipée NFC par exemple). Et multisupport, autrement dit accessible aussi bien sur carte, clé USB, smartphone ou encore bracelet, afin que tous les publics, dont les personnes âgées et non technophiles, puissent en bénéficier.

En bref, inutile de développer la totalité des services exclusivement sur smartphone si ce support n'est pas adopté par les utilisateurs ou, de développer une myriade de services si les utilisateurs ne s'approprient pas la technologie.

CCM - Quel coût représente la mise en place de services NFC ?

YM- Le coût dépend des services déployés, mais il peut être considérable. L'équipement en NFC de la totalité des bornes d'accès au centre piéton et des horodateurs à Bordeaux représentent plusieurs millions d'euros. Dans ce contexte, le soutien de l'Etat n'est pas négligeable.

CCM - Vous le conseilleriez plutôt pour quels types de structures ?

YM- Les petites structures et collectivités peuvent à leur niveau développer des services sans contact. Le déploiement d'un parcours chez les commerçants d'une ville ne nécessite par exemple pas d'équipements spécifiques. Il suffit d'apposer des codes sur les comptoirs des commerçants, que les utilisateurs pourront lire grâce à leur smartphone.

CCM - Que conseiller à une collectivité qui souhaiterait mettre en place cette technologie ?

YM - Se rendre au Forum des Services Sans Contact Mobiles. Les professionnels présents sur ce forum accompagnent les collectivités dans leurs projets NFC. Je conseille également aux collectivités de prendre contact avec des villes qui ont fait le pas, Caen, Rennes, Reims, Metz,... pour échanger sur leurs expériences.

Il sera également nécessaire d'identifier les services à déployer, de manière à développer le NFC de manière progressive, pour des questions budgétaires évidentes, mais également pour que les utilisateurs se familiarisent progressivement à l'usage et s'approprient réellement la technologie.

En un clin d'oeil

Near Field Communication

  • Near Field Communication (NFC), communication en champ proche en français.
  • Permet l'échange d'informations entre périphériques.
  • Utilisé pour le paiement, l'accès à des services publics, la validation dans les transports, etc.

Bordeaux, ville pilote NFC


A lire sur bordeaux.fr : Bordeaux cité digitale, en pointe sur le NFC et La carte Bordeaux ma ville sans contact en test.


Crédit photo : Mairie de Bordeaux (Expérimentation menée pendant Bordeaux Fête le Vin, permettant au visiteur d'utiliser une carte NFC pour accéder aux circuits de découverte des vignobles bordelais).

Ajouter un commentaire

Commentaires

Ajouter un commentaire