Battlefield 3 : un aperçu prometteur

Julien.deMiras le vendredi 16 septembre 2011 à 14:41:19
Battlefield 3 : un aperçu prometteur

A l'occasion d'un évènement organisé par Electronic Arts, nous avons pu mettre la main sur le très attendu Battlefield 3, dont la sortie est prévue pour le 27 octobre sur PC et consoles. Lors de cet évènement, nous avons testé une mission de la campagne solo, le mode multi-joueurs, et obtenu quelques révélations.


Attendu au tournant face à un certain Modern Warfare 3, Battlefield 3, développé par le studio suédois DICE, nous a charmé la rétine il y a quelques mois de cela en diffusant un trailer de toute beauté, l'éditeur martelant qu'il utilisait bien le moteur du jeu. Ce dernier tourne sur FrostByte 2, un moteur maison de nouvelle génération, qui nous promet un réalisme et une immersion jamais vu. Alors qu'en est-il dans les faits ? Le réalisme vidéoludique a-t-il été poussé à son paroxysme, en tout cas sur l'actuelle génération de consoles ? Au-delà de l'aspect graphique et physique, très mis en avant par l'éditeur, le gameplay reste fidèle à la série en proposant diverses phases de jeu (avec plusieurs véhicules contrôlables), ainsi qu'un mode multi très travaillé, jusqu'à 64 joueurs sur une carte gigantesque.

Le solo (testé sur PS3)

La mission solo jouable se nomme "Opération guillotine". Le "slogan" est on ne peut plus classique et fait appel aux sentiments patriotiques : "How far are you ready to go to protect your country ?" (Jusqu'où êtes-vous prêt à aller pour protéger votre pays?). Ne disposant actuellement d'aucun détail sur le scénario global, on espère ne pas tomber sur une histoire trop manichéenne.

Le pitch : vous êtes posté en hauteur d'une colline qui surplombe la ville, et devez rejoindre le coeur de Téhéran. Malheureusement, seuls les deux premiers objectifs de la mission étaient jouables, mais on peut déjà en dire beaucoup. Vous devez percer les positions ennemies dispersées autour d'un canal, après quoi vous devrez, avec votre équipe, infiltrer puis sécuriser un bâtiment, avant de regagner un véhicule militaire. La mission est coupée à ce moment-là, mais il semble qu'une phase de conduite s'en suive. Le jeu est très scripté, en tout cas pour les dix minutes de jeu que nous avons pu tester. Un détail assez logique pour ce type de jeu qui suit un scénario précis, mais qui peut s'avérer dérangeant à l'excès. Cela ne vous empêchera pas de visiter les alentours, mais ne trainez pas, car votre équipe vous attend.

Cette dernière se déroule de nuit, principalement en extérieur, et ne permet donc pas de se faire une idée précise du rendu graphique des environnements. Notons tout de même un léger aliasing sur la végétation notamment, mais il faut préciser que le filtre anti-aliasing n'était pas activé à ce moment. On a tout de même pu apprécier le rendu assez exceptionnel des visages et des animations lors de cette mission. Les mouvements sont fluides et la physique du jeu très convaincante. L'intérieur du bâtiment est particulièrement bien rendu, avec des éléments destructibles et des effets sonores convaincants.



On doit cela au moteur FrostByte 2, en développement depuis 5 ans. Comme tout bon moteur de nouvelle génération, il s'illustre par des graphismes très poussés, une animation fluide et bien décomposée (lors d'une mise à couvert par exemple) et un environnement hautement destructible. Dans les faits, ce n'est pas une révolution graphique, mais on est effectivement bien immergé dans l'univers, avec un décor crédible et travaillé, sans sombrer dans le spectaculaire à tout prix.

Bien évidemment, la version PC, profitant des dernières évolutions techniques, profitera d'une meilleure qualité face aux versions consoles. Karl Magnus, Vice Président & General Manager du studio DICE, n'a d'ailleurs pas lésiné sur les superlatifs vis-à-vis de son dernier bébé : "This is by far the best Battlefield we've ever made [...] we can say that we're coming to the Uncanney Valley " ("C'est de loin le meilleur Battlefield que nous ayons fait [...] on peut dire que l'on touche à l'Uncanney Valley (ou "vallée dérangeante")". L'Uncanney Valley est une notion à la mode dans l'industrie aujourd'hui, qui se rapporte au malaise que peut ressentir le joueur devant un très grand realisme donné au jeu et à ses personnages. Ce dernier aurait alors une approche plus hésitante, jusqu'à ressentir de l'empathie ou s'identifier à son personnage. Une idée qui peut s'avérer assez dérangeante dans un contexte de conflit armé, mais qui en pratique, reste un discours très marketing.
Une image tirée de la version PC, en résolution maximale, non retouchée nous assure Karl Magnus

Le jeu s'adresse aux débutants comme aux confirmés, plusieurs réglages de difficulté sont présents (modes de difficulté, visée semi-automatique, etc.). Le mode normal n'apporte pas de réel défi, c'est pourquoi les habitués auront bien plus de plaisir à jouer en mode difficile, sans que cela ne vire à la simulation pure et dure. L'éditeur a plusieurs fois précisé que le jeu se voulait authentique mais pas absolument réaliste (vous ne pouvez pas mourir d'une seule balle). Les contrôles au pad sont classiques, et donc rapidement maitrisés. La visée semi-automatique, que l'on choisit ou non d'activer, rend les fusillades relativement simples à difficulté modérée. On note tout de même une IA assez travaillée, chez vos ennemis comme chez votre équipe, qui auront tendance à se couvrir au maximum pour échapper aux balles.

Si aucun détail n'a pu filtrer sur le reste du scénario, on sait que l'action se déroulera sur trois espaces : le Moyen-Orient, Paris et New-York. De même, comme à l'habitude dans la série des Battlefield, plusieurs véhicules seront contrôlables au cours du jeu : jeep, tank, hélicoptère, bateau ou encore jet. De quoi pimenter le gameplay et varier les phases de jeu, en espérant que ces éléments s'intègrent intelligemment au scénario.
Un mot sur le mode coopération, qui prévoit de nouvelles missions par rapport au mode solo, sans plus de détails...

Le multi (testé sur Xbox 360)

Au moins aussi important que le mode solo, si ce n'est plus, le mode multi-joueurs est largement mis en avant dans Battlefield 3. "C'est le véritable intérêt de ce type de jeu, cela permet de prolonger le plaisir bien après la fin du mode solo", explique Florian Vogel, community manager chez Electronic Arts. Le multi-joueurs propose plusieurs modes :
  • Team Deathmatch : Jouable sur neuf cartes jusqu'à 24 joueurs, soit 12 contre 12.
  • Squad Deathmatch : Jouable sur neuf cartes jusqu'à 16 joueurs, soit 4 contre 4 escouades.
  • Ruée : Jouable sur neuf cartes jusqu'à 24 joueurs. La version PC permettra de jouer jusqu'à 32 joueurs.
  • Ruée en escouade : jouable sur les neuf cartes jusqu'à 8 joueurs, soit 4 contre 4.
  • Conquête : jouable sur les neuf cartes jusqu'à 24 joueurs. La version PC permettra de jouer jusqu'à 64 joueurs.


Nous avons pu nous y essayer sur deux environnements : un parc en plein jour, et le métro parisien (tirés de la carte Opération Métro). Les décors sont particulièrement bien rendus, notamment le métro, on s'y croirait presque. Le radar est simple et efficace, les membres de votre camp ainsi que vos ennemis sont désignés par de petits triangles de couleurs (bleus ou verts). Quatre classes sont disponibles : assaut, ingénieur, soutien et éclaireur, détaillés sur la page officielle. Le tout reste assez classique : on débloque des capacités et des armes en gagnant de l'expérience.

Plusieurs véhicules seront contrôlables dans le multi, comme le montre ce trailer dévoilé récemment, avec de nombreuses heures de fun en perspective.


Pour les plus impatients, une bêta ouverte du monde multi-joueurs est prévue avant la fin septembre. Electronic Arts a par ailleurs annoncé 1.2 million de précommandes à l'heure actuelle, et en attend près du double d'ici la sortie du jeu. Rappelons qu'un DLC (nouvelles cartes, armes, et véhicules) sera offert pour ceux qui auront précommandé le jeu, avant que d'autres ne surviennent, très probablement payants cette fois-ci.

On regrettera à nouveau cet aspect "jeu en kit" provoqué par la profusion des DLC dans l'industrie, pour un jeu « complet » qui revient au final bien plus cher que le prix de base. On compte cependant sur le sérieux de DICE pour fournir des contenus de qualité, afin que le joueur ne se sente pas trop frustré.

Bonne nouvelle pour l'éditeur en tout cas, après négociations le jeu est désormais sous PEGI 16+, contre 18+, ce qui permettra une promotion maximale.
Ajouter un commentaire

Commentaires

Ajouter un commentaire