« Orienter les passagers à l'aide d'une application de géolocalisation »

CommentCaMarche le lundi 22 août 2011 à 13:48:26
« Orienter les passagers à l'aide d'une application de géolocalisation »

Pour aider les voyageurs-mobinautes à se repérer dans une partie de l'aéroport Paris-Charles-de-Gaulle, Aéroports de Paris teste depuis deux mois une service de géolocalisation appelé « My Way Aéroports de Paris ». Disponible via une application Android, ce dispositif d'informations à l'intérieur des bâtiments s'appuie sur un réseau WiFi dédié, complémentaire des autres services d'informations disponibles en « outdoor ». Jean-Denis Mouchard, responsable du pôle marketing mobilité et nouvelles technologies aux Aéroports de Paris, détaille la mise en oeuvre de ce dispositif de géolocalisation, qui illustre l'utilisation de cette technologie dans un écosystème de services d'informations et d'orientation au public.

CCM - Comment est né le projet de création de l'application « My Way Aéroports de Paris » pour l'aéroport Paris-Charles-de-Gaulle ?

J-D. M - Ce projet est né d'une démarche sponsorisée par la direction générale, concernant l'innovation dans l'entreprise. Un certain nombre de projets ont été identifiés au départ, dont un projet de géolocalisation à l'intérieur des bâtiments. Aujourd'hui, nous avons beaucoup d'applications embarquées ou mobiles qui fonctionnent avec le GPS à l'extérieur des bâtiments, mais très peu qui fonctionnent à l'intérieur des bâtiments, puisque les signaux GPS ne passent pas.

Il nous a semblé intéressant de concevoir cette application pour son côté innovant mais surtout pratique, puisqu'elle permet aux passagers de se repérer précisément, en l'occurrence dans les terminaux E, F de l'aéroport Charles-de-Gaulle, leurs salles d'embarquement, et la gare TGV, qui sont les lieux où le service est actuellement testé. Soit un périmètre couvert d'environ 200.000 mètres carré.

CCM - Quelles ont été les principales étapes techniques nécessaires à la conception de cette application mobile?

J-D. M - Il y a eu deux principaux chantiers : le développement de l'application en lui-même pour la publier sur l'Android Market. C'est un travail qui a mobilisé notre direction informatique, qui est notre partenaire indispensable pour le développement de services mobiles.

Le deuxième gros chantier a concerné la couverture de cet espace de 200.000 mètres carré à l'aide du WiFi. Il a fallu densifier le réseau WiFi sur les surfaces concernées. Ce chantier a été piloté par notre direction informatique en partenariat avec notre filiale qui gère l'infrastructure du site.

CCM - En pratique, comment l'utilisateur a-t-il accès aux informations lui permettant de s'orienter dans l'aéroport ?

J-D. M - L'application est bien sûr disponible en téléchargement sur l'Android Market en 3G ou WiFi. Une fois l'utilisateur situé dans les zones couvertes de Paris-Charles-de-Gaulle, l'application fonctionne donc exclusivement avec le WiFi. Il n'y a pas d'autre paramétrage. L'utilisation est transparente, puisqu'il n'a pas à choisir le réseau lui permettant d'accéder au service. Un algorithme dans l'application reconnaît les bornes dédiées au réseau WiFi et à la géolocalisation. Par triangulation, l'information de géolocalisation est produite et ensuite transmise à l'utilisateur.

CCM - Une connection à un réseau WiFi public, ça ne pose de problème en termes de sécurité pour les utilisateurs ?

J-D. M - Nous avons mis en place deux types de réseau : un réseau WiFi d'échanges de données qui sert à se connecter pour surfer sur internet, regarder ses mails etc, et qui fait l'objet de procédures de maintenance, de sécurisation et de mises à niveaux. Le réseau et les bornes WiFi utilisés pour le fonctionnement de l'application sont indépendants de ce réseau-là. Ils n'émettent que pour de la géolocalisation, ils ne prennent pas en charge l'échange de données de documents, et ne requièrent donc que peu de bande passante. L'utilisateur de l'application My Way n'a pas besoin de donner de mot de passe ou de s'inscrire, l'algorithme dans l'application repère simplement les bornes, il n'y a en outre pas de traçabilité sur les données privées de l'utilisateur de l'application. Et nous ne conservons pas les cheminements de l'utilisateur.

CCM - Il y a la signalétique classique, les points d'informations, et maintenant une application mobile pour se renseigner : est-ce que tous ces dispositifs ne finissent pas par faire double-emploi ?


J-D. M - Non, car les études clients que nous avons réalisées sur le thème de l'information-orientation montre que tous les services sont complémentaires. Nos passagers ont des profils très différents. Nous avons des francophones et non francopohones, des voyageurs fréquents, des primo-voyageurs, des voyageurs qui prennent l'avion pour le travail ou vers leurs lieux de vacances, des technophiles et non technophiles.

Devant ces différents profils, les moyens mis en oeuvre pour informer les passagers sont donc complémentaires. Les études montrent aussi que certains passagers utilisent plusieurs moyens d'informations : certains se rendent à un comptoir d'informations, puis se confortent un peu plus loin avec un panneau d'informations, une borne ou l'application mobile. Nous avons des passagers non francophones ou non anglophones qui ne vont pas oser demander des informations à nos agents, et qui vont se diriger plus naturellement vers des moyens digitaux/numériques disponibles dans leur langue : ainsi My Way est disponible an français, en anglais, mais d'autres évolutions sont envisagées. Lorsqu'un passager voit alors s'afficher sur son application un petit drapeau coréen, japonais ou brésilien, celle-ci devient un outil d'informations d'utilisation plus naturelle.

CCM - Pourquoi avoir choisi de développer cette application sur Android, et non sur iPhone, dans la mesure où la plateforme d'Apple est traditionnellement associée aux « CSP+ » qui sont celles qui -a priori- prennent le plus l'avion ?

J-D. M - Nous sommes présents sur les services mobile depuis deux ans, via notamment un site internet mobile et une autre application iPhone (MyAirport, également disponible sur Android). Nous avons choisi Android pour développer My Way car la plateforme est naturellement plus ouverte que le système d'exploitation d'Apple. Comme Apple est assez tatillon sur les conditions de publication, nous n'étions pas certains que l'application soit validée en l'état, d'où notre préférence pour Android. Maintenant, nous sommes en discussion avec notre prestataire technique qui a développé l'algorithme de positionnement, et il n'est pas exclu que nous lancions une application pour iPhone.

Concernant Android OS, il y a aujourd'hui une très grande diversité de modèles de terminaux, des smartphones assez basiques aux modèles très haut de gamme. La plateforme reflète d'ailleurs la typologie des passagers, qui est très diverse. Ensuite il y a la réalité du marché, iPhone marche très bien en France où il représente le deuxième marché d'Apple, mais les ventes d'Android explosent dans le monde, et la différence de typologie entre possesseurs d'iPhone et Android est en train de s'estomper.

L'application My Way Aéroports de Paris

Ajouter un commentaire

Commentaires

Ajouter un commentaire