« Des UC bruyantes remplacées par des terminaux silencieux et économes »

CommentCaMarche le mercredi 13 juillet 2011 à 09:23:13
« Des UC bruyantes remplacées par des terminaux silencieux et économes »

La virtualisation du poste de travail est un enjeu considérable pour les entreprises depuis plusieurs années. Rappelons son principe : séparer les éléments dits logiques (système d'exploitation, applications) des éléments dits physiques (processeurs, mémoires) afin d'avoir des PC plus légers.
Concrètement, quels sont les avantages pour une entreprise ? La mise en place n'est-elle pas complexe et délicate ?
Patrick SEIGEOT, DSI de l'école de commerce ESSCA nous parle de l'implémentation de la solution de NDV de Neocoretech sur son parc informatique. Et évoque avec nous l'intérêt de la solution pour une PME.


Commentçamarche : Quel est l'intérêt de la solution NDV de Neocoretech selon vous ?

Patrick SEIGEOT : L'intérêt est multiple. La solution permet, en premier lieu, de concentrer la gestion des postes clients sur un ou plusieurs serveurs, dont l'accès, notamment à distance, est facile à gérer. La maintenance d'un parc de machines distantes s'en trouve ainsi simplifiée. Les mises à jour de logiciels qui, installés sur une image, sont automatiquement appliquées à l'ensemble des machines virtuelles.

Le second avantage, dans notre contexte, est l'amélioration de la qualité de travail dans une salle de cours informatique. En effet, les unités centrales des postes clients, souvent bruyantes et dégageant de nombreuses calories, sont remplacées par des terminaux totalement silencieux et beaucoup plus économes en énergie.

L'enseignant et les étudiants travaillent, du coup, dans une atmosphère plus agréable, l'économie d'énergie réalisée n'étant, pas anecdotique dans le calcul du ROI (return on investment). L'espace requis pour un terminal est, enfin, bien moindre que celui alloué à un poste complet, seul l'écran étant sur la table.

CCM : Comment s'est passé l'implémentation de la solution ?

PS : L'implantation s'est déroulée en plusieurs phases. Nous avons « sagement » commencé par une implantation « locale » sur Angers courant juillet 2010, ce site étant le siège de l'école où sont concentrés plus de 90% des moyens humains de la DSI. A l'issue de cette phase, nous avons implanté la solution sur le site de Boulogne, où le nombre de postes est le plus important (plus de 100 postes) avant de terminer par notre site de Budapest (environ 20 postes).

CCM : Quel usage en avez-vous ?

PS : La solution NDV gère essentiellement les ordinateurs de nos salles de cours. Les sites de Paris et Budapest sont totalement équipés, une seule une salle étant équipée sur notre site d'Angers. L'usage qui en est fait par nos étudiants et nos professeurs est essentiellement bureautique, de l'accès à internet, quelques logiciels spécifiques (analyse de données) et de langues. Sur ce dernier point, le choix de terminaux Ncomputing L300 nous a permis d'apporter des fonctions multimédias à nos postes de travail.

CCM : Quels sont les avantages ?

PS : La facilité de maintenance de postes situés sur des sites distants, l'agrément procuré par les terminaux dans les salles de cours et la facilité de déploiement d'une nouvelle image sur de nombreux postes.

CCM : Quels inconvénients voyez-vous à la solution ? Quels seraient les points à améliorer ?

PS : La centralisation des machines virtuelles sur des serveurs rend ces derniers particulièrement névralgiques. Dans un usage nécessitant un haut niveau de disponibilité, ce point doit être particulièrement étudié afin de mettre en place les solutions de redondance idoines. Par ailleurs, l'un des points forts de la solution étant la facilité d'industrialisation des images, l'un des points faibles devient, par le fait, la difficulté de réalisation de postes « spécifiques ». L'intégration de la gestion du boîtier du terminal (ici le L300 de NComputing) avec la console NDV serait à améliorer.

CCM : Recommanderiez-vous la solution à des PME ? Pourquoi ?

PS : Oui, pour des PME ayant un service informatique même embryonnaire, ou s'appuyant sur un intégrateur capable d'assurer la maintenance de la solution. En effet, la gestion, via la console NDV, de la solution, sans être d'une grande complexité, nécessite des compétences informatiques certaines. Par ailleurs, cette solution ne me semble pas adaptée dans un contexte de machines très différentes les unes des autres. En effet, pour gérer cette diversité, il faudrait soit créer une image par poste, ce qui serait particulièrement lourd, soit installer l'ensemble des logiciels utilisés au sein de la structure sur une seule et même image, afin, en quelque sorte, de « banaliser » les postes, ce qui serait, du coup, probablement coûteux en terme de licences. Un nombre important de postes ayant tous le même usage reste, le profil idéal pour ce type de solution.

En un clin d'oeil

L'ESSCA, école de management


Créée en 1909, membre de la Conférence des Grandes Écoles et de l'AACSB*, l'ESSCA compte parmi les plus anciennes écoles de commerce françaises. Implantée à Angers, Paris, Budapest et Shanghai, elle est accréditée EPAS** pour l'excellence de son programme de gestion et délivre un diplôme Bac + 5 visé par l'État et revêtu du grade de Master.
L'ESSCA www.essca.fr
  • Association to Advance Collegiate Schools of Business - ** EFMD Programme Accreditation System

NEOCORETECH


Fondé en 2006 Neocoretech est un éditeur « pure player » spécialisé sur le marché de la virtualisation du poste de travail.
Neocoretech lance en juin 2008 la première version de ndv® (Neocoretech Desktop Virtualization).
La solution ndv® est un concentré de technologies qui permet à toutes entreprises et administrations d'aborder rapidement leur projet VDI, avec une solution mature et offrant un niveau de performances (Virtualisation, réseau, I/O disques,...) pour un coût extrêmement compétitif.
NEOCORETECH est aujourd'hui installée en centre ville de Rouen avec un bureau commercial à Paris. Sa solution ndv® est commercialisée à travers un réseau de partenaires EMEA certifiés.
NEOCORETECH www.neocoretech.com
Ajouter un commentaire

Commentaires

Ajouter un commentaire