Chromebook : l'ordinateur selon Google

Yves.Drothier le mercredi 22 juin 2011 à 16:28:00
Chromebook : l'ordinateur selon Google

Jusqu'à présent, l'univers de la micro-informatique avait été pensé et organisé autour de Windows. Google ose remettre en cause la position dominante de Microsoft sur le marché avec ses Chromebook, des PC portables à petit prix exclusivement conçus pour un usage Internet. Mais ce changement d'OS provoque aussi une véritable rupture car les données ne sont plus hébergées sur la machine, mais en ligne à la manière du projet iCloud d'Apple, ou du service SkyDrive de Microsoft.

Les deux premiers ordinateurs sous ChromeOS, le système d'exploitation de Google, sont le Samsung 500C21 - Serie 5 à 399 euros et l'Acer Cromia, à 379 euros. Ils seront vendus en ligne (les pré-commandes du Samsung Serie 5 sont déjà ouvertes sur le site d'Amazon) et disponibles via les réseaux des partenaires. Pour le moment, Google a choisi SFR comme opérateur 3G. L'utilisateur qui voudra profiter d'un accès Internet mobile 3G devra donc se tourner vers cette marque.

Les promesses de cet ordinateur sans disque dur ni bureau de travail
Google a choisi de développer un produit autour du Web. Quand on démarre un Chromebook, il faut d'abord créer un compte Google et s'y connecter. Une fois cette tâche effectuée, une page Internet s'ouvre en utilisant le navigateur Internet Google Chrome. Depuis cette page Web, vous avez accès aux différents services en ligne : solution bureautique via Google Docs, vidéos en ligne via Youtube, gestion de ses photos avec Picasa, chat et discussion en ligne via Google Talk, accès aux mails via Gmail, et même mini-jeux téléchargeables comme Angry Birds...

Le système est quasi exclusivement tourné vers des usages Internet, même si Google promet que quelques applications seront accessibles hors ligne, par exemple des jeux et sa suite bureautique Google Docs.

Autre avantage mis en valeur par Google, son système Chrome OS est léger et démarre en moins de 15 secondes. Il est aussi mis à jour automatiquement, et stocke vos données personnelles en ligne, ce qui évite de perdre des informations si vous avez un problème local avec votre machine.

Les Chromebooks en détails
Les deux modèles disponibles sont des ordinateurs portables très simples, comparables aux netbooks sous Windows. En guise de processeur, on trouve un Intel Atom N570 d'entrée de gamme. Cependant, si cette puissance bride parfois les netbooks, Google nous promet un ordinateur plus disponible sur Chrome OS que sous Windows car le système est plus simple et plus léger.

La taille de l'ordinateur change peu entre les modèles, puisque Samsung a opté pour le format 12,1 pouces, contre 11,6 pouces pour le Chromebook d'Acer. Les deux PC disposent d'une puce Wi-Fi et de la 3G, mais pas de port Ethernet. Il faudra acheter en supplément une carte Ethernet qui se branche via l'USB si vous voulez vous connecter principalement depuis une connexion filaire.

Au niveau des autres composants, le Samsung Serie 5 dispose de 3 ports USB 2, d'un disque dur de 16 Go SSD, d'une mémoire vive de 2 Go, d'une prise micro, d'une webcam, d'une prise VGA, d'un lecteur de cartes mémoires photo 4 en 1 et d'un clavier complet 75 touches avec pavé numérique. L'appareil pèse 1,3 Kg et dispose selon le constructeur d'une autonomie de 8 à 9 heures en moyenne.

L'Acer Cromia affiche quelques différences : 2 ports USB 2 au lieu de 3, poids de 1,45 Kg au lieu de 1,3 Kg, 6 heures d'autonomie annoncées au lieu de 8 heures, mais un port HDMI inclus et une webcam HD. Il inclut lui aussi un disque dur de 16 Go.

Pour les deux modèles, Google a demandé aux constructeurs un pavé tactile spécial en guise de souris. Ce pavé tactile reconnait certains gestes à la manière des Macbook pro d'Apple. Par exemple, un clic droit s'effectue en appuyant avec deux doigts sur le pavé tactile. Pour faire défiler une page Web, il faut poser ses deux doigts sur le pavé tactile puis les faire glisser en haut ou en bas. Enfin, il suffit de maintenir un doigt fixe puis de bouger un autre doigt sur le pavé tactile pour réaliser un glisser-déposer.

Les premières limites de ces machines
L'espace de stockage est déjà critiqué par certains internautes. En effet, la capacité de stockage de 16 Go des Chromebooks est jugée faible, alors que les netbooks fournissent en général 250 Go pour le même prix, voire 320 Go. Alors certes, on peut stocker en ligne ces données, sauf que ce service est payant. En effet, Google Docs autorise un espace de 1 Go gratuit, mais il en coûte ensuite 5 dollars par an pour 20 Go supplémentaires. Cependant, dans la mesure où aucune application n'est installée sur la machine (puisque tout est en ligne), il ne devrait y avoir qu'une partie de vos données personnelles sur les 16 Go.

Autre source d'inquiétude, les logiciels qui tournent sous Windows ne sont pas disponibles sur Chrome OS. Il faut chercher une application qui couvre à peu près les mêmes besoins et s'en contenter, du moins pour le moment. En effet, des sociétés comme Citrix s'intéressent à Chrome OS et envisagent de rendre disponible certains logiciels à distance.

Le fait que les logiciels soient accessibles principalement en mode connecté impose d'avoir une connexion Internet stable et un débit suffisant (idéalement au moins 2 Mbits/s) pour profiter de son ordinateur. Enfin, en dehors du Wi-Fi gratuit, il faudra consommer un abonnement data 3G. Les prix dévoilés par SFR s'élèvent à 19,90 euros par mois pour un accès 3G limité à 1 Go.

Enfin, l'appareil est plutôt conçu pour être utilisé tel quel, c'est-à-dire sans périphérique ou presque. Pour relier une imprimante à ces ordinateurs, il faut passer par le service Google Print ce qui impose de relier votre imprimante au Web. On évitera donc de relier du matériel un peu exotique à un Chromebook, car Chrome OS ne dispose pas d'un gestionnaire de périphériques et d'un système de pilotes aussi complet que sous Windows.


Notre avis : en proposant les Chromebooks dès cette année, Google a probablement eu la bonne idée mais un peu trop tôt. Cet appareil est intéressant pour ceux qui passent principalement leur temps à surfer sur ordinateur, c'est-à-dire une part croissante des utilisateurs. Pour envisager d'acheter un Chromebook, il faut trouver son bonheur parmi les applications du Google Web Store, et avoir à domicile une connexion Internet relativement performante et stable. Pour un usage nomade, il faut s'accommoder des limitations actuelles des abonnements 3G en termes de débits.

Les hypothèses les plus pessimistes diront que Google pourra au mieux attirer les amoureux des netbooks prêts à s'investir dans une nouvelle interface, c'est-à-dire une population relativement limitée. A l'inverse, il est possible de Google réponde à un vrai besoin, celui d'un ordinateur plus simple, plus rapide et tourné vers l'Internet. Mais ce positionnement rappelle celui des tablettes tactiles. Or, entre Android et Chrome OS, l'avantage va pour l'instant au premier en termes de popularité. D'autre part, si l'interface et le format des tablettes s'impose, le pari Chrome OS risque de tourner court. Or tous les efforts des constructeurs informatiques sont aujourd'hui concentrés sur les tablettes, et non sur les Chromebooks (à part Acer et Samsung, aucun constructeur ne s'est engagé sur Chrome OS).

Les prochains mois et les premières ventes seront donc déterminants pour envisager l'avenir de cette expérience pour le moins déroutante de Google. Pour en savoir plus sur les Chromebooks, et voir notamment quelques vidéos de présentation des produits, Google a mis en place une page Web officielle.

Et vous, que pensez-vous des Chromebooks ? de leur avenir face à Windows 8 d'une part, et aux tablettes tactiles et smartphones d'autre part ?


Ajouter un commentaire

Commentaires

Ajouter un commentaire