Dolby : que trouve-t-on derrière ce logo ?

Pierric.Marissal le vendredi 29 avril 2011 à 16:23:39
Dolby : que trouve-t-on derrière ce logo ?

Dolby Surround, Prologic, Digital Plus... Autant de logos qu'on voit sur nos lecteurs DVD, Blu-ray, PC, TV et même aujourd'hui dans les téléphones mobiles. Tout le monde sait que derrière ce nom se cachent des technologies audio. Voyons concrètement ce que cela vous apporte et comment ça marche.

En premier lieu, il faut savoir que Dolby ne construit pas de matériel pour le grand public. C'est avant tout un format d'encodage (Dolby Digital), un outil, greffé sur une puce électronique et présent dans tous les lecteurs DVD et Blu-ray du moment, puisque c'est le plus utilisé du marché. Au moment du montage du film, et plus précisément du mixage audio, le monteur encode les pistes audio en un fichier au format Dolby (ce qui fait gagner de l'espace), que votre platine DVD peut restituer en signal audio en quasi-temps réel.
Second travail : le post traitement. Dolby améliore après coup la restitution audio. Principalement en matière de spatialisation, de manière à favoriser l'immersion du spectateur, qu'il ait l'impression d'être au coeur de l'action (ou comme au cinéma) c'est le Surround.


Ceci précisé, Simon Arnold, directeur clientèle EMEA de Dolby, a eu l'amabilité de venir nous voir exprès de Londres pour nous expliquer en détail les nouveautés.

CCM : Commençons par Prologic, le plus évocateur. Que signifie ce terme ?

Simon Arnold : Pour résumer Prologic sert à adapter au mieux les pistes audio d'un film à votre installation. Au début, cela servait principalement à adapter un film en stéréo sur une installation 5.1. Que les voix sortent bien sur l'enceinte centrale, qu'on entende la moto qui passe sur la gauche de l'action des enceintes arrière gauche à avant gauche... Prologic étant capable de repérer les bruits d'ambiance pour les diffuser sur toutes les enceintes.
Aujourd'hui, tous les films sont encodés en 5.1 dès le mixage, donc c'est plus facile. Prologic II Z, notre dernière technologie, vise à s'adapter à toutes les installations, y compris le 9.1, avec deux enceintes posées en hauteur. Ce qui permet de rendre au mieux les sons verticaux. Lorsque ces enceintes en hauteur n'existent pas, on place les effets verticaux sur les enceintes arrière.

Autre nouveauté, le Dolby Digital Plus est censé offrir un meilleur rendu sonore, pourquoi ?

C'est assez simple en fait. Tout est dans le rapport entre la compression (qui dépend de la place allouée aux pistes audio) et le débit ou vitesse de décodage. Plus vite on peut transformer le fichier en signal audio, plus on peut en optimiser la qualité audio au moment de l'encodage. Le Dolby Digital Plus a ainsi un débit de 640 Ko/s contre 448 Ko/s en Dolby Digital classique.
On va plus loin avec le Dolby True HD, qui permet de restituer le son d'une qualité identique à celle du studio. Mais comme la taille d'un fichier d'une telle qualité est importante, cela n'est possible qu'avec du Blu-ray.

On voit aussi un nouveau logo apparaître récemment : Dolby Volume. On comprend bien le but : qu'il n'y ait aucune différence de volume audio entre les différentes sources. On pense bien entendu aux publicités, au volume souvent bien plus élevé que le programme qu'on regardait. Comment est-ce possible de le faire bien ?

Et oui, si l'intérêt et l'effet produit sont évidents, c'est techniquement bien plus compliqué à expliquer. Parce qu'il faut le faire intelligemment : pas question pour nous d'augmenter le volume de moments calmes ou de le baisser alors que l'action gagne en intensité ou lors d'un Crescendo en musique classique. Pour expliquer simplement comment on a fait, disons qu'un moment sonore a une routine, un cycle, un schéma (NDLR : Pattern en VO dans la bouche de Simon Arnold) qui nous permet d'identifier des situations en analysant les fréquences sonores, et donc de savoir au cas par cas si le changement d'intensité audio est voulu dans le film ou le morceau de musique.

Voilà donc les trois points sur lesquels Dolby est présent dans les récentes platines de salon. Mais vous travaillez aussi dans le domaine du PC et de la mobilité. Pouvez-vous en dire un mot rapide ?

Dans le monde du PC, les chipsets et cartes son d'aujourd'hui décodent déjà le Dolby Digital. On a aussi spécifiquement travaillé avec Asus notamment pour rendre la qualité sonore d'un ordinateur portable correcte. Qu'on puisse regarder un film et clairement entendre les voix malgré la faiblesse des hauts parleurs intégrés. On a aussi travaillé pas mal pour les joueurs de jeux vidéo, pour faire des casques audio surround, avec une vraie spatialisation 3D.

En plus, Dolby est présent dans les mobiles de HTC, LG ou encore Acer, pour améliorer la spatialisation avec des casques classiques, et renforcer les fréquences extrêmes. Il faut dire que les gens utilisent pour beaucoup de mauvais casques audio comme ceux d'Apple, pour écouter des MP3 mal encodés. Deux raisons qui font que les fréquences basses et aiguës disparaissent, ne sont plus audibles. Dolby Mobile vient les renforcer (NDLR : un peu à la manière d'un Megabass de Sony ou d'un Jet Effect chez Cowon).

Ajouter un commentaire

Commentaires

Ajouter un commentaire