Bye-bye le Bios, bonjour l'UEFI

CommentCaMarche le lundi 4 octobre 2010 à 13:58:02

Bye-bye le Bios, bonjour l'UEFI

Après 30 ans de bons et loyaux services, le Bios (Basic Input Output System) de nos PCs pourrait tirer sa révérence en 2011, selon Mark Doran, dirigeant de l'UEFI Forum. Trop vieux, pas assez rapide au démarrage et sensible aux attaques, le Bios devrait peu à peu laisser sa place à l'UEFI (Unified Extensible Firmware Interface), un nouveau firmware déjà utilisé sur Vista et Apple. Alors concrètement, le passage à l'UEFI, qu'est ce que ça change pour nos ordinateurs ?

Concrètement, la migration vers l'UEFI devrait améliorer les performances du PC et colmater les risques de sécurité, du type attaque Man-in-the-middle, auxquels le Bios s'est révélé être de plus en plus sensible.

Le Bios, c'est quoi ?
Lové au creux la mémoire morte (ROM) depuis 1981, le Bios est une couche logicielle qui permet de distribuer les tâches essentielles au lancement de l'ordinateur. Dès la mise sous tension de l'ordinateur, le Bios permet de vérifier l'état de fonctionnement de tous les périphériques de l'ordinateur comme le clavier, le disque-dur etc. Il va aussi permettre de lancer la lecture d'un secteur de disque lors du lancement de l'ordinateur. Le problème, c'est que le Bios n'est plus tout jeune et n'est plus vraiment adapté aux nouvelles générations d'ordinateurs. Il ne supporte pas nativement les claviers branchés en USB sur les ordinateurs, par exemple. Les ingénieurs ont d'ailleurs dû contourner un certain nombre de contraintes techniques, pour que les claviers et autres clés USB puissent être lus et utilisés sur l'ordinateur. C'est qu'à l'origine, les ingénieurs d'IBM avaient dimensionné cette couche logicielle pour 250 000 machines, alors qu'il s'est écoulé plus de 2,5 millions d'ordinateurs en France, rien qu'au premier trimestre 2010 !

L'UEFI, offre plus de souplesse
Développé par Intel, l'EFI (Extensible Firmware Interface), devenu plus tard le standard UEFI, est codé en langage C, là où le Bios était codé en assembleur. Contrairement au Bios, dont le fonctionnement est étroitement lié au hardware, l'UEFI est moins contraint par l'environnement matériel. Dans un entretien accordé à la BBC, Mark Doran explique que « Tout ce qu'il [l'UEFI] dit c'est qu'il y a quelque part dans la machine un dispositif qui peut produire des informations de type clavier » Il offre ainsi plus de souplesse et devrait être plus réactif aux évolutions du poste de travail (claviers tactiles etc.). Même si ce nouveau processus remplira les mêmes fonctions qu'un Bios, il présente au moins l'avantage d'avoir été développé pour des moyens technologiques modernes.

Plus rapide au démarrage
Le principal avantage pour les utilisateurs reste un démarrage plus rapide des ordinateurs. L'UEFI permettraient de raccourcir le démarrage des ordinateurs, pour le ramener à quelques secondes seulement... Le défi est de taille puisque le temps de démarrage d'un ordinateur est devenu un véritable argument commercial pour les fabricants. Microsoft l'a bien compris en mettant en avant qu'il faut seulement 7 secondes à un ordinateur équipé de Windows 7 pour se lancer alors qu'Apple avait auparavant largement fait savoir que ses ordinateurs démarraient plus vite qu'un PC.
La marque à la pomme a d'ailleurs déjà intégré l'UEFI dans ses systèmes d'exploitation Mac OS X v10.4 Tiger et Mac OS X v10.5 Leopard. De son côté Microsoft, l'UEFI depuis l'arrivée de Vista Service Pack 1.

L'annonce de la disparition progressive du Bios pourrait bien presser les fabricants à rapidement migrer vers l'UEFI.


Ajouter un commentaire

Commentaires

Ajouter un commentaire