Le HTML 5 : nouvelle ère pour l'e-marketing ?

CommentCaMarche - mardi 14 septembre 2010 - 14:16

Le HTML 5 : nouvelle ère pour l'e-marketing ?

Annoncé comme la prochaine clef de voûte du web, le HTML 5 devrait profondément modifier les usages multimédias d'ici quelques années. Davantage d'interactivité avec les pages web, une meilleure intégration des contenus audio et vidéo, un support poussé sur smarthphone : c'est l'expérience utilisateur dans sa globalité que ce nouveau langage promet de bouleverser. Une révolution, qui si elle se produit, ne sera pas sans conséquence pour les marques, annonceurs et éditeurs d'applications. En effet, ceux-ci doivent déjà anticiper la démocratisation du HTML5 et prendre en compte les nouvelles possibilités qu'il offre en termes d'applications marketing. A plus forte raison à l'heure où les plateformes mobiles, Apple et l'iPad en tête, s'alignent sur son adoption. Le point sur les enjeux liés au HTML 5.

Une expérience web plus riche : nouvelles opportunités des annonceurs ?
Même si le HTML5 est encore loin d'être standardisé, les démonstrations récemment faites par différents programmeurs laissent entrevoir des applications prometteuses : outre l'expérience web qui gagne en interactivité pour les utilisateurs, avec par exemple la possibilité d'éditer le contenu d'une page web, de glisser-déposer des éléments d'une page à une autre, de lire sons et vidéos sans module externe, HTML5 est un nid d'opportunités pour les annonceurs et les éditeurs de sites web. Avec une approche plus ludique et plus "engageante" des contenus multimédias à vocation commerciale, et surtout une meilleure éligibilité à l'indexation des contenus dans les moteurs de recherche -contrairement aux langages présentant des fonctionnalités concurrentes (ex : Flash)-. En clair, éditeurs, annonceurs et acteurs du e-commerce ont semble-t-il intérêt à anticiper l'avènement du HTML 5. Le langage promu par l'organisme de standardisation World Wide Web Consortium a en tous cas déjà séduit un certains nombres d'entre eux, à l'image de la marque de bière Tuborg, qui a récemment lancé une publicité basé sur le HTML5 pour les plateformes mobiles. Ce dernier marché, en pleine expansion, est d'ailleurs un des moteurs principaux de la généralisation du HTML5.



Le HTML5 en vedette sur les plateformes mobiles
Outre les appuis dont il bénéficie dans la communauté des navigateurs alternatifs (Ex : Google Chrome, Opéra, Firefox, Safari) qui intègrent au fur et à mesure ses fonctionnalités, HTML5 bénéficie également des "mises à niveaux" régulières du côté des plateformes mobiles, l'iPad en tête. Il faut dire que Apple l'a déjà largement expérimenté avec sa régie publicitaire iAd, désormais intégrée à l'iPhone OS 4 et à sa tablette tactile. Le pont avec la publicité est donc déjà établi du côté de Apple : HTML5 apportant un certain nombre de réponses aux problèmes qui ralentissaient jusqu'à présent les innovations sur l'internet mobile. Une "HTML5 compatibilité" également plébiscitée par d'autres géants, comme BlackBerry, qui ajoute peu à peu le support du nouveau langage à son navigateur. Idem pour l'OS Web de Palm, dont la version bêta 2.0 dévoilée récemment améliore le support du HTML5. Quant à l'OS mobile de Google, Android, notamment via sa version Froyo 2.2, il pousse peu à peu l'intégration de la nouvelle norme.

Le HTML5 déjà à maturité ?
Est-ce à dire que les marques doivent déjà investir dans les applications mobiles en HTML5, notamment pour leurs campagnes publicitaires ? Selon l'Internet Advertising Bureau -une association britannique de promotion du marketing digital- il n'y a pas lieu d'hésiter. "La programmation en langage HTML5 utilisée dans la majorité des navigateurs récents permet de réaliser plus de choses que Flash, tout en faisant consommer moins de batteries aux terminaux mobiles. Les annonceurs doivent simplement passer à HTML5, et laisser Flash de côté. Beaucoup de marques ont déjà franchi le pas avec beaucoup de succès, notamment sur iPad."

Au-delà des marques et des enjeux marketing, le HTML5 semble également attirer l'attention des éditeurs de jeux vidéos, à l'image de Spil Games, positionné sur l'offre de "casual-gaming", c'est-à-dire des jeux simplifiés. Ce poids lourd des jeux en ligne vient de lancer récemment des versions HTML5 de ses 47 sites internet. Son PDG Peter Driessen indique que le HTML devrait "d'ici trois ans, éclipser Flash" dans son secteur.

Signe que le nouveau standard du web a plus d'un "code" à son arc.

Ajouter un commentaire

Commentaires

Commenter la réponse de adns