Les outils collaboratifs : clés de l'innovation pour les entreprises ?

CommentCaMarche - lundi 10 mai 2010 - 14:16

Les outils collaboratifs : clés de l'innovation pour les entreprises ?

Un rapport indépendant, récemment publié par la société Future Foundation pour le compte de Google Enterprise, révèle les attentes des employés sur l'intégration des nouvelles technologies dans leur entreprise. Dans le cadre de cette enquête, 3500 cadres, responsables des ressources humaines et informatiques répartis dans 5 pays dont la France, ont notamment exprimé le besoin de voir les techniques collaboratives prendre une place plus importante dans l'organisation du travail. Selon les résultats de l'enquête, la composante « sociale » et les interactions entre collègues seraient étroitement liées à la motivation et à la productivité. Si de nombreux indicateurs convergent entre les différents pays, la France conserve un statut d'exception dans la relation que les salariés entretiennent avec leur activité professionnelle. Alors, quelles sont les principaux enseignements de ce rapport ?

Le travail collaboratif, moteur de l'innovation
L'aspect collaboratif ressort clairement de l'étude intitulée "l'entreprise du futur" : la grande majorité des personnes sondées (59%) en France, au Royaume-Uni, en Allemagne et aux Etats-Unis préfèrent ainsi travailler en équipe plutôt que seule. 57% des salariés déclarent apprécier l’aspect social d’un bureau, où la collaboration avec leurs collègues est possible, un mode d'organisation dopé par l'arrivée des outils collaboratifs, selon les résultats obtenus. Cette donnée établit d'ailleurs un lien entre le travail collaboratif et l'innovation : 54 % des personnes sondées en France estiment en effet que les meilleures idées sont issues des interactions entre collègues. Un graphique mettant en perspective les différents résultats recueillis dans le cadre de l'enquête montre ainsi que la collaboration et l'innovation seraient largement imbriqués (à 81%). D'un point de vue plus individuel, la majorité des salariés répartis sur les 5 pays placent les bonnes relations avec leurs collègues au premier ou deuxième rang de leurs principales préoccupations au travail.



Flexibilité du travail et productivité
Si les personnes interrogées plébiscitent très largement un mode de travail plus interactif, elles pointent également du doigt la résistance des employeurs à adopter de nouvelles méthodes, comme le travail à distance. Ainsi, seulement 15% des personnes interrogés en France estiment que leur employeur fait des efforts pour la mise en place du télétravail. Une « flexibilité » pourtant acquise par la généralisation des outils de communication (VOIP) et de travail collaboratif (applications cloud) et appuyée par l'adhésion massive des salariés : seulement 6% d'entre eux en France se sentent dépassés par l'usage des nouvelles technologies dans leur entreprise. Le défaut d'intégration de ces nouveaux procédés en contexte professionnel est également souligné par les DSI, qui estiment majoritairement (70%) qu'une plus grand flexibilité des horaires et du lieu de travail produirait un impact positif sur la productivité salariale.

Les salariés français veulent gagner plus... pour travailler plus
Si les grandes tendances observées sur les 5 pays concernées convergent, la France conserve néanmoins un statut à part dans la relation que les salariés entretiennent avec le travail : ainsi 66% des salariés interrogés dans l'hexagone estiment que le travail n'est pas une fin en soi... Une statistique qui fait sans doute écho au manque de reconnaissance et de motivation financière ressenti par ces derniers : ils sont en effet 50% à estimer qu'une récompense ou une motivation financière leur permettrait d'augmenter leur productivité, et plus 70% à penser que les systèmes actuels de récompenses ne sont pas équitables. Sur ce plan, le pessimisme des salariés français est d'ailleurs remarquable : puisque moins de 30 % d'entre eux pensent que les systèmes de récompense et de motivation seront plus souples au cours des 5 prochaines années, contre 47 % tous pays confondus.

Intégration technologique et compétitivité
Dernier enseignement majeur de ce rapport : le lien entre les technologies de pointe et l'attractivité de l'entreprise pour les jeunes talents : 64% des sondés estiment ainsi qu'elles seront un élément attractif déterminant, et joueront donc un grand rôle, notamment en termes de compétitivité.

Ajouter un commentaire

Commentaires

Donnez votre avis