Freddy Mini, Netvibes : « Nous offrons un résumé de la vie digitale »

CommentCaMarche - vendredi 20 novembre 2009 - 17:36

Freddy Mini, Netvibes : « Nous offrons un résumé de la vie digitale »

Le portail Netvibes, qui fête cette année ses 4 ans a lancé depuis un an et demi des offres à destination des professionnels, tout en continuant d'offrir une solution gratuite pour les particuliers. Le PDG de Netvibes, Freddy Mini, nous explique pourquoi les outils de monitoring sont devenus indispensables à l'entreprise.

CCM - Netvibes propose désormais une offre packagée pour les entreprises. Quelles sont les différences avec l'offre « particulier », gratuite ?


FM - Cela fait maintenant un an et demi que nous proposons une offre pour les entreprises. Elle est complètement différente de la version particulier. La version pour les particuliers va vous permettre de suivre les nouvelles de l'équipe de foot de votre fils, par exemple, ou de suivre vos blogs favoris.

L'offre pour les entreprises est totalement différente : nous proposons de créer une page publique qui va être un véritable tableau de bord pour l'entreprise. Notre offre Netvibes Premium Dashboards est personnalisable et beaucoup plus puissante. Le tableau de bord fonctionne un peu comme un système d'exploitation. Il peut se placer directement sur l'URL d'un client ou être placé dans une frame.

CCM - Vous parlez d'usages différents pour les particuliers et pour les professionnels... Concrètement, comment les professionnels peuvent-ils utiliser Netvibes ?

FM - Les entreprises vont surtout avoir des usages d'expertise et de tracking pour suivre un sujet précis. Les entreprises ont en général une utilisation de Netvibes qui se décline en 3 grands usages. D'une part ce qu'on va appeler le brand watch. Une agence de pub va par exemple pouvoir agréger tout ce qui se qui a un intérêt avec la marque. La deuxième grande utilisation, c'est l'e-reputation. Là on va plutôt suivre ce qui se dit sur une personne. Enfin, on peut faire un usage corporate du dashboard. On va permettre à chaque collaborateur de créer son dashboard, et éventuellement le partager, sur des sujets liés à sa sphère professionnelle.

« On a tellement de sources d'informations à notre disposition qu'il serait impossible de tout suivre »
CCM - Dans une même entreprise, selon les services, tous les collaborateurs ne cherchent pas tous les même type d'informations. Est-ce que Netvibes prend en compte l'organisation de l'entreprise ?

FM - Oui, tout à fait. On peut très bien paramétrer des droits d'accès par collaborateur. On peut imaginer, par exemple, que l'on propose un Dashboard spécifique au Directeur du Marketing et un tout a fait different pour les chefs de Produits, ou le responsable de production, etc.

CCM - Mais aujourd'hui, une simple recherche sur Google peut permettre de savoir ce qui se dit sur tel ou tel sujet...


FM - Non, car on a tellement de sources d'informations à notre disposition qu'il serait impossible de tout suivre. Il faut bien comprendre comment le web a évolué. Nous avons eu dans un premier temps, dans les années 90, l'ère du browsing où l'on naviguait assez facilement, où il n'y avant pas énormément de sources d'informations. Puis au début des années 2000, le nombre de sources a beaucoup augmenté, on a vu l'apparition des blogs ; on est passé à l'ère du searching. Aujourd'hui avec les réseaux sociaux et le micro-blogging les sources se sont encore démultipliées... il est impossible de tout suivre ! Si on prend l'exemple de Twitter, les messages sont tellement courts qu'on est en mesure d'en poster beaucoup plus, c'est du temps réel. On est passé à l'ère du monitoring. Je pense que l'évolution du monde conduit aujourd'hui vers Netvibes. Nous offrons aux entreprises un résumé de leur vie digitale.

CCM - Justement dans un contexte où les sources sont démultipliées, de tels outils permettent aussi d'agréger des sources peu fiables ?


FM - Oui mais peu fiables par rapport à quoi ? Quand vous voyez un journal comme Le Monde, qui est quand même une institution en France, qui publie des reportages de Bernard-Henri Lévy où il décrit la situation d'un poste de contrôle en Géorgie et qu' il est aujourd'hui prouvé par A+B qu'il n'a pas pu y aller ; on peut considérer à ce moment là, que Le Monde n'est pas une source fiable. D'une manière générale, je pense qu'il ne faut jamais croire ce que quelqu'un peut vous dire. Et quand vous êtes une source de contenu, vous vous devez avoir une certaine déontologie et vérifier votre information, comme un journaliste. Et de toute façon que l'on parle de vous de manière fiable ou pas, c'est important de le savoir.

CCM - Dans quelle mesure ?


FM - Imaginons que je travaille chez Samsung, et que sur Twitter je vois un Tweet passer disant « Mon téléviseur Samsung a pris feu ». Je peux aller voir si les messages et surtout quel utilisateur les a posté. Si ce compte a déjà posté des messages négatifs sur ma marque, je peux peut-être commencer à penser que c'est une campagne de buzz négatif orchestrée par l'un de mes concurrents, par exemple. Dans ce cas là, peu importe que l'information soit fiable ou pas, elle va quand même être vue par des internautes. Et dans ce cas là, je dois réagir rapidement.


Crédit photo : Brian Solis - www.briansolis.com


Ajouter un commentaire

Commentaires

Donnez votre avis