Tangui Morlier, April : « 90% des entreprises envisagent d'utiliser le logiciel libre »

CommentCaMarche - mercredi 30 septembre 2009 - 11:01

Tangui Morlier, April : « 90% des entreprises envisagent d'utiliser le logiciel libre »

Depuis 1996, l'April (Association Pour la Recherche en Informatique Libre) assure la promotion du logiciel libre en France. En près de 15 ans, le nombre d'utilisateurs de logiciels libres a explosé ! Si bien qu'aujourd'hui, de plus en plus d'entreprises franchissent le pas du libre. Tangui Morlier, vice-président de l'April, nous explique pourquoi le logiciel libre intéresse de plus en plus les entreprises.

CCM - Comment se porte le logiciel libre dans les entreprises ?



TM - Nous ne disposons que d'indicateurs internes à l'April, mais l'étude Forrester/Bull montre que les entreprises se montrent de plus en plus intéressées par le logiciel libre. Cette étude montre aussi des résultats que l'on n'aurait pas forcément attendu : on s'est aperçu, par exemple, que c'est le secteur industriel qui utilise le plus les logiciels libres contrairement aux organismes publics qui eux, l'utilisent le moins. Globalement, les études menées sur le logiciel libre montrent que 90% des entreprises envisagent d'utiliser le logiciel libre pour toutes leurs filières dans un futur proche.

CCM - On associe forcément le logiciel libre à la gratuité. Est-ce forcément vrai pour toutes les entreprises ?


TM - Non, je préfère le terme de grâcieux. D'une manière générale, déployer un logiciel dans une entreprise, qu'il soit libre ou propriétaire, ça a toujours un coût. Il faut toujours prendre cela en compte lorsqu'on calcule son retour sur investissement. Le logiciel libre n'est pas gratuit, mais il coûte moins d'argent. Vous ne payez pas directement le logiciel, en revanche, vous aurez toujours des coûts d'installation et de maintenance, que ce soit en interne si l'entreprise dispose d'un service informatique ou en externe via un prestataire de services. Dans un cas, vous devrez affecter une personne pendant un temps donné à cette tâche, dans l'autre cas, le service vous sera facturé par le prestataire. Mais cette logique s'applique aussi aux logiciels propriétaires : les entreprises auront toujours, de toute façon, des coûts de mise en oeuvre du logiciel.
En plus du modèle économique basé sur le service, le logiciel libre propose second avantage économique. Alors que dans le monde du logiciel propriétaire, un logiciel égal un contrat juridique, le logiciel libre propose une mutualisation des licences. Il est également synonyme d'une simplification de gestion des licences d'un parc informatique. Les solutions libres sont donc doublement moins coûteuses que leur équivalent propriétaire.

« Le logiciel libre a atteint une certaine maturité »

CCM - Comment l'April encourage-t-elle les entreprises à se lancer dans le libre ?


TM - Nous participons à des conférences, ce qui nous permet d'expliquer la démarche du libre mais aussi de répondre aux différentes questions que se posent les entreprises. D'autre part, nous travaillons aussi avec les CCI (Chambres de Commerce et d'Industrie, ndlr), ce qui nous permet de vraiment « toucher » les entreprises. Ca nous permet aussi d'expliquer que parfois, la technique a peu d'importance par rapport aux économies que le libre permet de faire.

CCM - Justement, les logiciels libres ont longtemps pâti d'une image plutôt « bon marché » en termes d'interfaces. Est-ce encore le cas ?


TM - Ca a pu être le cas, mais c'est de moins en moins vrai aujourd'hui, car le logiciel libre a atteint une certaine maturité. Il faut bien comprendre que dans le monde du logiciel libre, on avance brique par brique. Aussi, la création d'un logiciel se fait en plusieurs étapes. Nous essayons d'abord de proposer une application satisfaisante en termes de sécurité et ensuite de la rendre disponible pour un maximum d'utilisateurs. Une fois que l'on a réussi à stabiliser la base, les développeurs s'occupent vraiment de l'utilisateur final. Cela fonctionne bien puisque l'on constate une hausse du nombre d'utilisateurs et on s'aperçoit que les logiciels sont aujourd'hui bien intégrés et vraiment pensés pour les utilisateurs.

CCM - Aujourd'hui, les besoins en logiciels pour les entreprises sont-elles intégralement couverte par le libre ?

TM - Les entreprises ont aujourd'hui à leur disposition un nombre très important de logiciels libres à leur disposition, on peut dire que la majorité des besoins sont aujourd'hui couverts : des logiciels de gestion d'entreprise aux logiciels plus basiques de bureautique. On peut trouver des logiciels d'ERP ou des gestionnaires de courriel qui valent les logiciels propriétaires.

CCM - D'autant qu'aujourd'hui les fabricants de hardware se mettent de plus à proposer une compatibilité avec les logiciels libres...

TM - Effectivement, nous avons constaté que de plus en plus de fabricants de matériel le proposent aujourd'hui. Les logiciels sont fiables et performants, il est logique qu'au final le marché ai dû s'adapter au libre. Etre compatible avec le Logiciel Libre présente un avantage pour les clients : ils savent qu'ils auront moins des problèmes de hardware, ou d'évolution de certains logiciels. Enfin, comme le libre est respectueux des normes et des standards, les spécifications sont plus simples à établir pour les fabricants de hardware.
Par contre, le vrai problème vient de la vente liée. Il est très difficile de trouver du matériel vendu sans logiciel propriétaire. Un certain nombre d'éditeurs oblige les entreprises et les clients finaux à acheter leur produit. Même si cette pratique est illégale, elle est très répandue. Cette entrave au droit de la consommation est très problématique car elle laisse penser que les logiciels sont sans coûts.

CCM - Tangui Morlier, je vous remercie.

Ajouter un commentaire

Commentaires

Donnez votre avis