Lire et écrire les partitions Windows (NTFS)

Décembre 2016

Ubuntu est parfaitement capable de lire et écrire les partitions Windows, qu'elles soient FAT32 ou NTFS. Cela inclut les partitions de Windows 95, 98, ME, NT, 2000, XP, 2003 et Vista.

Mais par défaut, Ubuntu (et Linux en général) peut lire et écrire sur les partitions FAT32, mais ne peut que lire les partitions NTFS.

Cependant, on peut activer l'écriture sur les partitions NTFS.

Note: Le support NTFS est activé par défaut dans Ubuntu 7.10. La manipulation ci-dessous n'est donc utile que pour les versions antérieures (Ubuntu 7.04 et précédents).




Installation automatisée (simple)


Tapez dans un terminal: sudo aptitude install ntfs-config

Ensuite, allez simplement dans le menu Applications > Outils système > Outils de configuration NTFS



et cochez les deux cases:




Vous pourrez alors accéder aux partitions NTFS, aussi bien sur les disques internes que sur les disques externes.
(Note: Pour les disques internes, Ubuntu vous proposera de choisir le nom sous lequel le disque doit apparaître dans le système.)

Installation manuelle


Installer le support NTFS


Cette opération est nécessaire pour que Ubuntu sache gérer correctement les partitions NTFS.
Après l'installation de ces modules, vous serez en mesure de lire et écrire sur toutes les partitions Windows (FAT32 et NTFS).

Comprendre les partitions


Tout d'abord, il faut comprendre comment Linux nomme les disques.
  • Le premier disque dur physique IDE sera nommé hda.
  • Le second disque dur physique IDE sera hdb.


Ensuite, dans chaque disque dur, les partitions sont numérotées :
  • hda1, hda2, hda5... sont les partitions contenues dans le premier disque dur (hda).
  • hdb1, etc. sont les partitions contenues dans le second disque dur (hdb).


Pour savoir quel est le nom de votre partition NTFS (Windows), tapez : sudo fdisk -l
(l est un L minuscule)

Ce qui donne par exemple:


On voit ici que la partition NTFS (Windows) est /dev/hdb1 (C'est-à-dire la première partition du second disque dur).
C'est donc /dev/hdb1 que nous voulons utiliser.

(ext3 et swap sont des partitions Linux.)

Lire et écrire dans une partition NTFS


Voici comment accéder à vos partitions Windows dès le démarrage d'Ubuntu.

Vous avez besoin de 2 informations :
  • Quelle est le nom de votre partition ? (En utilisant sudo fdisk -l, nous savons que c'est /dev/hdb1 dans notre cas.)
  • Où voulez-vous y accéder ? Nous allons choisir /media/windows, c'est facile à retenir.


Nous allons donc rendre la partition /dev/hdb1 accessible dans /media/windows
  • 1. Créez le point de montage: sudo mkdir /media/windows
  • 2. Faites une copie de sauvegarde de votre fichier fstab: sudo cp /etc/fstab /etc/fstab.old
  • 4. Ouvrez votre fichier fstab: gksu gedit /etc/fstab
  • 5. Ajoutez une ligne à la fin du fichier pour votre partition Windows (/dev/hdb1 dans notre cas):

/dev/hdb1 /media/windows ntfs-3g defaults,locale=fr_FR.utf8 0 0
(attention aux espaces)
Explications :
/dev/hdb1 : le fichier spécial correspondant à la partition
/media/windows : l'endroit où l'on va monter la partition
ntfs-3g : le système de fichiers de la partition. Avec une partition NTFS, le type est ntfs, mais dans ce cas on ne pourrait pas écrire sur la partition. On met donc ntfs-3g, et le logiciel va s'occuper du reste.
defaults,locale=fr_FR.utf8 : les options de montage. defaults regroupe plusieurs options, et locale définit le langage et l'encodage des caractères utilisés.
0 : mettre à 1 si la partition est sauvegardée via dump (ce qui n'est pas le cas)
0 : définit si la partition doit être vérifiée au démarrage : 1 pour la partition mère (chaque démarrage), 2 pour les autres partitions linux (de temps en temps), 0 pour les autres.

Ce qui donne :



Au prochain redémarrage, la partition Windows sera immédiatement accessible dans Ubuntu.
(Pour rendre la partition disponible immédiatement sans redémarrer, tapez: sudo mount /media/windows)

Périphériques externes en NTFS


Pour monter les périphériques externes formatés en NTFS sans être root, il faut appartenir au groupe fuse, ce qui est normalement fait par défaut.
  • Tapez dans une console groups pour voir les groupes auxquels vous appartenez.
  • Tapez sudo adduser utilisateur fuse pour ajouter un utilisateur au groupe fuse.


Si vous voulez que le périphérique soit monté dans un dossier spécifique (par exemple /media/Clef USB), et pas /media/disk, il faut spécifier le point de montage de la partition dans /etc/fstab (en utilisant /dev/disk/..... comme chemins pour identifier les disques), et il est également nécessaire que l'exécutable de ntfs-3g soit suid root. C'est-à-dire qu'un utilisateur qui exécute ce fichier l'exécute avec les droits root. Pour ceci, tapez en console : sudo chmod 4755 /bin/ntfs-3g.

Limites

  • NTFS-3G ne gère pas les fichiers chiffrés (EFS).
  • NTFS-3G ne gère pas les fichiers compressés.
  • NTFS-3G ne gère pas les permissions NTFS.
  • Les dates de modification ne sont pas toujours fiables.


Conseil: Evitez d'utiliser le chiffrement et la compression dans vos partitions NTFS.

Astuce: Cela vous permet - en bootant sous Ubuntu - de supprimer un fichier que Windows ne vous laisse pas supprimer (par exemple un spyware).


Note: Je déconseille d'utiliser une partition TrueCrypt formattée en NTFS dont le fichier .tc est stocké également dans une partition NTFS. J'ai constaté des plantages du système lors d'importants trafics disque.
En revanche, une partition TrueCrypt FAT dont le fichier .tc est stocké dans une partition NTFS n'a jamais posé le moindre problème.

Liens


Voir également:

A voir également :

Ce document intitulé «  Lire et écrire les partitions Windows (NTFS)  » issu de CommentCaMarche (www.commentcamarche.net) est mis à disposition sous les termes de la licence Creative Commons. Vous pouvez copier, modifier des copies de cette page, dans les conditions fixées par la licence, tant que cette note apparaît clairement.