GPS randonnée : la mise en oeuvre

Décembre 2016


Le GPS de randonnée ou outdoor est devenu le compagnon indispensable des promenades à pied, à cheval ou à vélo... Si l'outil laisse peu de place à l'aventure et aux aléas, il est nécessaire de bien savoir s'en servir et de connaître les options sur lesquelles on peut compter.


Usage


Si son usage premier consiste à ne pas vous perdre, il permet de se situer avec précision sur une carte vectorielle (à 5m près), grâce à la réception de signaux satellites.

Avant, pendant, après...


Le principe du GPS de randonnée est de permettre de :
  • préparer son trajet à l'avance, en téléchargeant des cartographies depuis internet.
  • suivre le tracé, les informations pendant le parcours (dénivelés, distance à parcourir...) et enregistrer ce dernier.
  • restituer toutes les informations relatives au parcours accompli (distance parcourue, vitesse moyenne...).

Les options et les critères indispensables

  • L'autonomie

Elément déterminant dans le choix d'un GPS, l'autonomie des batteries. Plus les randonnées sont longues, plus le GPS doit être autonome. L'autonomie des GPS est variable (7 à 8h en moyenne), jusqu'à 12h voire 30h. Certains GPS fonctionnent avec des batteries dédiées, d'autres avec des piles. Les modèles les plus intéressants sont ceux combinant les deux, avec une option mode économie.
Pratiques, certains modèles sont munis de chargeurs solaires ou manuels (à moulinet).
  • La qualité de la réception

En haute montagne ou en pleine forêt, le GPS doit assurer les mêmes conditions de réception satellite. Les GPS dernière génération sont en principe munis d'une antenne SIRF III qui assure une bonne réception, quelles que soient les conditions de randonnée.
  • La cartographie

Sans cartographie, le GPS ne donne que les tracés et les way points. Rudimentaire, mais suffisant.
Pour plus de confort, les cartes IGN (Institut Géographique National) à l'échelle 25 000 sont ce qui se fait de mieux. Très précises, on se rend vite compte qu'il vaut mieux disposer de trop d'informations que pas assez !
  • L'altimètre

Il faut savoir qu'en règle générale, un altimètre barométrique est beaucoup plus précis qu'un GPS. Il vaut mieux que celui-ci en soit équipé car il peut donner de précieuses informations sur les dénivelés, les différences de températures...
  • Robustesse, étanchéité

C'est un code IP suivi de deux chiffres qui donne le niveau d'étanchéité de l'appareil.
Un modèle IPX6 n'est pas étanche mais supporte des éclaboussures.
Un modèle IPX7 est quasi étanche, il supporte une immersion sous un mètre d'eau pendant 30 minutes.
Un modèle IPX8 supporte une immersion permanente.
Côté robustesse, on notera que les GPS dédiés à la randonnée sont naturellement plus robustes que des GPS mixtes.
  • Système way point

Le système « way point » est une option utile qui permet d'enregistrer des points de passage sur le tracé et de le baliser.
  • Capacité de la mémoire

Combien de cartes est-il possible de télécharger sur le GPS ? Est-il possible de rajouter une carte de mémoire externe SD ? En fonction de l'usage qui sera fait du GPS, ces questions sont indispensables.

Parmi les autres options, il est recommandé de voir si l'appareil intègre une boussole, de veiller à l'ergonomie de l'appareil, sa facilité d'utilisation et à la taille de l'écran.

A voir également :

Ce document intitulé «  GPS randonnée : la mise en oeuvre  » issu de CommentCaMarche (www.commentcamarche.net) est mis à disposition sous les termes de la licence Creative Commons. Vous pouvez copier, modifier des copies de cette page, dans les conditions fixées par la licence, tant que cette note apparaît clairement.