Les accessoires pour réussir ses photos au flash

Décembre 2016

Les accessoires pour réussir ses photos au flash

Le flash permet de sauver de nombreuses situations photographiques difficiles : sujet à l'ombre, éclairage ambiant trop faible, appareil photo limité techniquement...pourtant de nombreux photographes se refusent à l'utiliser, trouvant cette lumière peu avantageuse, voire disgracieuse. Cependant, des accessoires dédiés permettent de sortir le meilleur de cet outil fabuleux.

Le diffuseur


L'un des plus gros problèmes du flash, c'est sa brillance sur le sujet photographié. L'éclair est parfois trop fort : le diffuseur permet alors de réduire l'intensité du flash, et d'homogénéiser la lumière blanche, en particulier quand le sujet est trop prés. Sous forme d'embout rigide opaque ou de feuille flexible, il atténue fortement la dureté du flash. Une autre astuce simple consiste à fixer un morceau de serviette en papier devant son flash.
Références : Soft Screen de Lumiquest.

Le réflecteur


Utiliser son flash en réflexion est un bon moyen d'apporter un éclairage ambiant plus puissant. Il faut pour cela que votre flash externe soit orientable (flash de type cobra), et le diriger vers un mur ou vers le plafond. Certains reporters fixent également un bout de carton blanc avec un élastique à la verticale, afin de rediriger un peu de cette lumière vers le sujet. Des accessoiristes ont également conçu des casquettes qui optimisent l'utilisation d'un flash en réflexion.
Références : Midibouncer de Lumiquest.

La boite à lumière


La boite à lumière est un diffuseur optimisé. A l'avant, on retrouve cette surface opaque, comme un calque. A l'intérieur, des surfaces argentées permettent de rediriger un maximum de lumière et de conserver un éclairage puissant. Contrairement au diffuseur, la lumière est mieux redirigée.
Références : Softbox de Lumiquest, Micro Apollo de Lastolite.

 
 

Les filtres couleurs


La couleur du flash ne correspond pas tout le temps à la lumière ambiante d'une scène. C'est d'ailleurs pour cette raison qu'on remarque rapidement si un photographe l'a utilisé ou non. Pour compenser et uniformiser votre éclairage, le plus simple est d'adapter la couleur du flash avec les lampes présentes dans une pièce. Par exemple : avec un éclairage à l'halogène, utilisez un filtre jaune, au néon, un filtre bleu clair, etc. Le filtre gélatine se trouve dans certains magasins photo ou cinéma, Lumiquest commercialise également un kit filtres et fixation.
Références : Fxtra de Lumiquest.
 
 
 
 

Poignée porte-flash


Lorsque le flash est posé juste au dessus de l'objectif, la lumière a tendance à écraser les reliefs. L'absence d'ombres, mêmes douces, aplatit les formes d'un visage par exemple. Pour déporter son flash, on peut utiliser une barrette à fixer sous son boitier grâce à la vis destinée à fixer l'appareil sur un trépied. Il en existe plusieurs types, de la simple barette plate à la poignée orientable.

Le câble de déport


Pour déporter son flash, un câble est indispensable afin de synchroniser le départ du flash et le déclenchement de la photo. Les câbles fabriqués par les marques permettent de conserver la mesure de la lumière et les automatismes (E-ttl, i-ttl, etc). Malheureusement, leur dimension ne dépasse pas les 60cm. Si vous utilisez votre flash en manuel, un câble synchro flash suffit : allant de 2 à 10m, il se fixe d'un part sur la prise du boitier prévue à cet effet, et d'autre part sur le flash. Si votre boitier est dépourvu de cette prise, un petit adaptateur permet d'avoir cette prise sur la griffe porte-flash.
Références : Canon OC-E3, Nikon SC-28, Inter Image, Câble synchro rallonge de Kaiser (3,5 ou 10m).

Sans-fil


Pour déclencher son flash à distance, vous pouvez utiliser un système infrarouge pour environ 30€, fabriqué par Inter Image. Malheureusement, l'infrarouge a quelques défauts : la portée n'est pas énorme et surtout, le signal est très sensible aux interférences. Contrairement aux systèmes Canon et Nikon, qui dépassent les 150€, celui d'Interimage ne conserve pas la mesure TTL. Optez donc pour une utilisation en manuel.
Références : IRTRIG d'Inter Image.
 
 
 
 

Un mini-trépied


Si vous déportez votre flash, il faudra le fixer pour qu'il tienne tout seul. Les photographes de studio utilisent des trépieds dédiés à la lumière. Encombrants, ils sont peu pratiques en extérieur. Le mini-trépied est une bonne alternative, on en trouve de toutes sortes et à tous les prix. Celui de Manfrotto, appelé Trépied de table, coûte environ 25€ et il est évolutif : vous pouvez y ajouter une rotule et une mini-colonne télescopique.
Références : Mini trépied 209 de Manfrotto.

 
 
 

Un fond photo simple


En portrait ou en nature morte, le fond permet de dégager le sujet d'un arrière plan parfois trop présent. Pour créer un fond uniforme, vous pouvez vous orienter vers un papier blanc grand format, trouvable facilement dans un magasin de bricolage ou d'arts plastiques. Si vous voulez investir sans vous encombrer, Colorama fabrique des fonds en PVC d'1m sur 1m30, de différentes couleurs pour une vingtaine d'euros. Le fond est réutilisable, en mat comme en brillant.
Références : Colormatt et Colorgloss de Colorama.
 
 

Le cinéfoil ou blackfoil


Les accessoires pour le flash sont souvent assez chers, surtout pour une utilisation occasionnelle. Le snoot, un façonneur en forme de cône, permet de rediriger la lumière avec précision. Pour en fabriquer un, vous pouvez utiliser du cinéfoil, un papier en aluminium mat, flexible et solide. Le snoot est un exemple, mais vous pouvez vous amuser à fabriquer de nombreux accessoires dédiés à votre flash.
Références : Cinéfoil de Rosco.

A voir également :

Ce document intitulé «  Les accessoires pour réussir ses photos au flash  » issu de CommentCaMarche (www.commentcamarche.net) est mis à disposition sous les termes de la licence Creative Commons. Vous pouvez copier, modifier des copies de cette page, dans les conditions fixées par la licence, tant que cette note apparaît clairement.