Photo de mode : les explications d'un photographe professionnel

Septembre 2016


Dominique Amphonesinh est photographe professionnel depuis presque 10 ans. Autodidacte, il dispose aujourd'hui d'un studio de 140m² en région parisienne et s'est spécialisé dans la photo de mode, la beauté et la nature morte. Qu'est-ce qui se cache derrière les photos très travaillées de mode que l'on voit partout ? Quel travail derrière ? Dominique Amphonesinh revient sur quelques unes de ses photos, en nous expliquant sa façon de procéder, ses méthodes, sa technique et sa maitrise de la lumière et de l'espace.

Le bougé figé



Dominique, à force d'apprentissage et de travail, maitrise bien cette technique qui demande une certaine rigueur. Le principe est de figer un mouvement, en utilisant une vitesse d'obturation rapide (1/800s par exemple).
Le flash joue également un rôle important pour pouvoir figer dans des conditions d'éclairages difficiles : il dispose ainsi deux sources lumineuses, de chaque côté de la scène, équipées de boites à lumières afin d'adoucir les ombres.
Dans cette série, réalisée pour l'édito d'un magazine, il a cherché à créer un contraste entre l'action figée et l'attitude statique d'un second modèle. Le tout est de trouver le bon mouvement, le bon moment pour déclencher, en fonction de l'espace notamment (plafond bas par exemple, voir l'affiche de Marylin Monroe en fond, etc). Dominique insiste sur tous les détails de la composition, et n'hésite pas à ajouter des éléments s'il le faut, tout en jouant avec un décor parfois capricieux (une lampe au plafond par exemple).

Le bougé figé permet de créer des effets originaux, à partir d'idées simples à condition de choisir les bons éléments. Pour créer ce nuage en suspension, Dominique a utilisé du talc. La mise en place est ici assez longue, entre le maquillage et les essais lumières sans talc. Il ne se donne alors que peu de tentatives : comme le talc se répand un peu partout, il faut nettoyer toute la scène après chaque cliché, refaire le maquillage et tout remettre en place.

Faire vivre la photo avec les reflets



Dans la photo beauté, le regard est l'élément le plus fort, celui qui va faire dégager toute l'expression du modèle. Certains photographes préfèrent camoufler l'éclairage qui peut se voir dans l'iris : Dominique aime au contraire que le reflet soit plus évident, que le regard soit plus intense grâce aux lumières qui viennent renforcer le regard.
Sur la première, il conserve les différentes matières du visage : la peau, grâce à une retouche fine et peu exagérée, les yeux en mettant en évidence l'iris, les cheveux et leur couleur, ainsi que des lèvres roses et non lissées. L'ensemble est éclairé par un seul flash, juste au dessus du visage, couplé à une boite à lumière qui adoucit l'intensité lumineuse.
Sur la seconde, pour laquelle il a obtenu le Master Hasselblad (prix prestigieux délivré chaque année par la marque), il a surtout mis en avant les yeux, grâce à deux éclairages face au modèle, qui créent alors deux bandes lumineuses de chaque côté de l'oeil. Il a ensuite fait ressortir la fourrure en disposant deux flashs en arrière plan. Un travail fastidieux qui se fait au fur et à mesure : chaque source lumineuse est ajustée, l'une après l'autre en préparation, pour obtenir exactement le résultat escompté dans la prise de vue finale.

Faire circuler les regards



Pour cette photo, Dominique a disposé trois éclairages sur l'ensemble de la scène : une sur chaque groupe de personnes, et une troisième au fond pour appuyer le décor. Il s'est surtout concentré sur la disposition de chaque personne, jouant avec la direction du regard de chaque protagoniste. Cette direction est en fait coordonnée avec les éléments du décor, notamment les peintures sur les murs, créant alors une circulation des regards. Le but est en fait d'amener le spectateur à diriger son oeil : on regarde en premier le groupe en avant, plus éclairé, puis on va alors vers la droite de l'image en suivant chaque personnage. Les éléments du décor, chers à Dominique, font partie de l'image, autant que l'attitude des modèles.

Laisser une place à l'improvisation



Lors d'une séance en Croatie, où il réalise plusieurs photos de mode pour son book, Dominique fait plusieurs photos sur un port avec un mannequin. La lumière est dure, le soleil en contre-jour est bien présent. Alors qu'il a déjà commencé à faire ses photos, il repère un groupe d'enfants qui le regarde travailler, attiré par le flash qu'il utilise pour déboucher les ombres. C'est dans ces conditions qu'il décide d'improviser et d'intégrer ces cinq enfants dans la scène, leur demandant de jouer aux méchants.
Contraste fort entre la jeune femme fatale et les mauvais garçons, ils se prêtent au jeu et apportent alors au cliché une histoire différente.
Dans son travail personnel, Dominique n'hésite pas à bouleverser une prise de vue, à intégrer des éléments qui arrivent parfois au hasard : dans la photo ci-contre, alors qu'il travaille sur un projet personnel, la babysitter passe sur le plateau, accompagné de son fils. Sans hésiter, il intègre son enfant dans la composition.

Anticiper et gérer l'espace


L'éclairage, Dominique connait bien grâce à une lourde formation intensive donnée par des grands noms de la photographie professionnelle. Son expérience en nature morte se retrouve même dans la photographie de mode, avec une attention particulière sur les reflets, sur la direction de la lumière, l'éclairage sur chaque partie, chaque élément de l'image (une chaussure, les vêtements, la rambarde de l'escalier, etc).

Sur ces deux images, réalisées au Barrio Latino à Paris, il recherche un agencement optimal entre la lumière, le mouvement des modèles et leur place dans l'espace, afin de raconter une histoire grâce la circulation des regards. Le plus difficile reste le peu de temps laissé au photographe pour faire chaque prise de vue, l'endroit étant ouvert au public à partir de midi jusqu'au soir. L'anticipation est omniprésente : un jour de repérage au préalable, une préparation de chaque scène, de chaque cadrage... et il faut lister les accessoires. Sur place, il faut faire vite et grâce à un assistant plateau, il peut mettre en place chaque flash, faire ses réglages le plus finement possible pour avoir le résultat souhaité. Grâce à son repérage, il connait la disposition du décor et les différents éléments pour avoir une mise en scène intéressante et cohérente, comme un miroir en haut d'un escalier, un canapé, etc. Ce type de prise de vue est un compromis entre une longue préparation et un délai très court pour faire sa photo.

Lien utile : site de Dominique Amphonesinh

A voir également :

Ce document intitulé «  Photo de mode : les explications d'un photographe professionnel  » issu de CommentCaMarche (www.commentcamarche.net) est mis à disposition sous les termes de la licence Creative Commons. Vous pouvez copier, modifier des copies de cette page, dans les conditions fixées par la licence, tant que cette note apparaît clairement.