Les technologies Green IT dans l'entreprise

Décembre 2016

« Green IT, cloud-computing, informatique verte » : l'arrivée de nouvelles technologies et méthodes de travail plus respectueuses de l'environnement s'impose aujourd'hui comme un facteur de croissance pour les PME, comme l'atteste une étude récemment publiée par Microsoft. Limitation des coûts matériels et énergétiques, sécurité informatique renforcée, virtualisation des postes de travail : l'éventail des possibilités techniques est vaste pour les PME soucieuses de leur budget et de leur image éco-responsable. Pour un grand nombre d'entre elles, les solutions logicielles SaaS sont une bonne façon de prendre le wagon des technologies vertes.


Green IT en entreprise : pourquoi, comment?

Réduire l'impact financier et environnemental


Derrière l'expression générique « Green IT » : un ensemble de procédés, moyens technologiques et méthodes de travail pour permettre aux PME de :

1- Réduire leur facture énergétique liée à l'usage des outils technologiques
2- Réduire l'impact environnemental lié à la consommation d'énergie (dégagement de Co2) et au cycle de vie du matériel (ex : métaux lourds)

Conséquence du deuxième point : les entreprises réaffectent une partie de leur budget IT à d'autres secteurs à valeurs ajoutés. Selon une étude menée récemment par Microsoft, les PME qui recourent aux services hébergés (ex : les logiciels en mode SaaS, une part importante des offres Green IT) enregistrent de meilleures performances financières que celles qui n'ont pas encore franchi le pas.

La panoplie Green IT pour l'entreprise


En contexte professionnel, les technologies vertes recouvrent de nombreux domaines. Innovation et stratégie sont intimement liées, car la mise en place de solutions Green IT a des répercussions sur le mode d'organisation des entreprises.

Voici quelques grands domaines d'applications des éco-technologies à l'échelle de l'entreprise :

- Virtualisation des serveurs et postes de travail : concrètement, le serveur d'entreprise disparaît au profit d'un serveur opéré par un fournisseur (hébergeur), plus performant, moins gourmand en ressources et plus sûr. Logiciels et applications sont hébergés à distance (en mode SaaS)
- Amélioration des salles de serveurs déjà installées, construction de nouveaux centres de données (Data Center) plus performants.
- Consolidation du stockage des données
- Contrôle de la consommation électrique (ex : postes de travail).
- Centralisation des systèmes d'impression
- Méthodes de travail à distance : téléconférence, télétravail
- Recyclage de l'équipement IT
- Dématérialisation des documents (ex : archivage numérique)

Green IT : quels avantages pour les PME ?


Selon une enquête réalisée par Info-Tech Research Group auprès de PME dans 12 pays dont la France, 80% des entreprises ont déjà lancé des chantiers Green IT dans l'un des domaines cités plus haut. Une tendance qui montre l'intérêt qu'elles portent aux éco-technologies et qui se justifie par des raisons économiques.

Maîtrise des coûts énergétiques : l'exemple du serveur d'entreprise


Les technologies de l'information et de la communication consomment 13,5% de l'électricité en France (et 5% de d'émission de Co2), selon un rapport du gouvernement. Pour les PME, l'enjeu économique de l'informatique verte est très important. Car l'électricité représente 10% du budget des DSI et cette facture est en constante augmentation.

Le serveur installé dans l'entreprise est un bon exemple : son taux d'utilisation est de 20% en moyenne -selon les types de machines utilisées-. Les PME qui investissent dans ce type de matériel n'en utilisent donc qu'une toute petite partie, malgré une consommation énergétique constante.

Pour pallier ces pertes financières, une des solutions Green IT consiste à proposer la location de serveurs distants aux entreprises. Leur rendement énergétique est optimum (utilisation à 90%) et leur maintenance est assurée par le fournisseur. Ce type de service locatif permet ainsi aux entreprises :

- De réduire leur facture énergétique
- De maîtriser leurs dépenses en comptabilisant des coûts fixes (pas d'investissement matériel).

Une économie qui s'échelonne de plusieurs centaines à plusieurs milliers d'euros par an selon la taille de leur parc informatique.

Une étude réalisée par TheInfoPro auprès 195 entreprises américaines et européennes révèle que la moitié des serveurs déployés en 2009 sont virtualisés.

Sécurité et flexibilité


Certaines solutions associées au « mouvement Green IT » permettent aux entreprises de régler une partie des problèmes de sécurité liés aux failles informatiques. C'est le cas par exemple pour les logiciels en mode SaaS (sur serveur distant).

Dans cette configuration, le PC d'entreprise ne stocke rien en local et n'est pas sujet aux attaques de virus ou malwares.

La virtualisation des applications (accès à distance, par internet) s'adapte aux contextes changeants de l'entreprise : situation de mobilité et télétravail, arrivée d'intérimaires (création d'accès virtuels), etc.

Le marketing vert


L'émergence des solutions Green IT permet aux entreprises de communiquer sur leur choix éco-responsable. Ce changement de cap technologique intègre donc aujourd'hui les stratégies de vente : c'est le marketing vert.

Couplé aux économies d'énergie, le marketing vert permet aujourd'hui aux marques de valoriser leur image auprès de leur clientèle. Mais cet atout est également victime de son succès : certaines entreprises abusent de la bannière « développement durable »

D'où l'importance aujourd'hui des labels et éco-certificats délivrés aux entreprises qui ont engagé une démarche « Green IT »

Les freins à l'essor du Green IT


Bien que l'essor des technologies Green IT est soutenu, les PME expriment des craintes sur trois points liés aux technologies du « Cloud Computing », comme le révèle une étude du cabinet d'audit et de conseil Deloitte, notamment sur :

- La sécurité et la confidentialité des données confiées à un hébergeur de services.
- La compatibilité entre les plateformes SaaS en cas de migration de données vers un autre hébergeur.
- La fiabilité des hébergeurs (notamment en termes de back-up des données)

SaaS et bureau virtuel : les PME se mettent au vert


Selon la taille, le nombre de collaborateurs et le secteur d'activité de l'entreprise, les initiatives « Green IT » ne sont pas les mêmes. S'il y a un dénominateur commun, c'est sans doute celui des solutions SaaS (« logiciel en tant que service ») pour les professionnels. Elles permettent de travailler sur des applicatifs professionnels (suite bureautiques, messagerie, VoIP) installés sur le serveur distant d'un fournisseur et accessibles par internet.

Les petites entreprises qui utilisent déjà la suite Google Docs ont déjà un pied dans le « bureau virtuel ».

Mais il existe bien d'autres applications de ce type :

- Gestion Prospects/Clients
- Gestion Marketing
- Gestion Service Client
- Logiciels métiers : finance, comptabilité, paie, RH
- Progiciel de gestion intégté

Certains fournisseurs d'applications hébergées proposent un bouquet d'offres, d'autres sont spécialisés sur des « applications métiers » plus spécifiques : une souplesse qui permet de tester le mode SaaS avant de l'adopter définitivement.

L'avis de l'expert


Rodolphe Alonso est dirigeant de Helios / GreenSaaS, une PME spécialisée dans la prestation d'applications hébergées pour les entreprises.

CCM - Peut-on estimer le gain énergétique et financier pour une PME recourant à des services hébergés?

RA - Oui. Prenons l'exemple du serveur d'entreprise. En configuration classique, le serveur d'entreprise est à l'image d'un moteur à essence en sous régime : il n'utilise que 20 à 30% des ses capacités. En mode virtualisé, le serveur distant d'un fournisseur de solutions SaaS est utilisé à 80% de ses possibilités, avec un haut rendement énergétique. En passant à l'hébergement virtualisé, l'entreprise se débarrasse donc de ses serveurs et fait considérablement baisser sa facture énergétique. Au final, une économie qui va de plusieurs centaines à plusieurs milliers d'euros selon la taille de son parc informatique.

A cela s'ajoute les économies liées au système « locatif » des solutions SaaS : l'entreprise loue un espace à son hébergeur et n'a pas à investir dans du nouveau matériel.

CCM - Pour une PME, quelle forme peut prendre le passage en mode SaaS ?

RA - On peut citer l'exemple du client léger. C'est une terminal de la taille d'une petite boîte qui remplace le PC et permet à l'utilisateur de se connecter à l'ensemble de ses solutions SaaS. A l'inverse de l'ordinateur classique, il ne stocke rien en local. Toutes les applications étant disponibles sur le serveur distant, il n'y a pas de problème de virus ou de malware par exemple. Et d'un point de vue énergétique, le client léger est équipé d'une alimentation électrique à haut rendement, ce qui permet là aussi de faire baisser sa facture d'énergie.

CCM - Quels sont les types d'applications professionnelles disponibles en mode SaaS ?

RA - Il y en a beaucoup, il faut lister ses besoins. Plusieurs modules sont disponibles : le bureau virtuel avec des applications Micosoft, la VoIP, la messagerie, les logiciels ERP, etc. L'intérêt des solutions SaaS, c'est qu'elles se prêtent à des contextes professionnels variés : comme le travail collaboratif et l'usage nomade par exemple. Comme il est possible de se connecter à tout moment sur son bureau virtuel, les utilisateurs de Smartphone peuvent synchroniser leurs messages sans délai et se connecter à leur standard téléphonique.

CCM - La dépendance à internet n'est-elle pas un problème ?

RA - C'est un vrai argument. Néanmoins, il existe des moyens pour limiter ce risque. Comme par exemple mettre en place deux accès internet différents. On peut ainsi répartir les flux d'informations entre les deux. Et l'un vient en soutient de l'autre en cas de problème. Enfin, si les deux accès internet tombent en panne, un routeur avec connexion 3G peut permettre à l'entreprise de travailler sur ses applications SaaS a minima.

A voir également :

Ce document intitulé «  Les technologies Green IT dans l'entreprise  » issu de CommentCaMarche (www.commentcamarche.net) est mis à disposition sous les termes de la licence Creative Commons. Vous pouvez copier, modifier des copies de cette page, dans les conditions fixées par la licence, tant que cette note apparaît clairement.