Le micro-blogging privé dans l'entreprise

Octobre 2016


Le micro-blogging privé dans l'entreprise


Les réseaux de micro-blogging privé se développent très rapidement dans le monde de l'entreprise. Inspirés de Twitter, ces outils conçus pour les professionnels favorisent aussi bien l'organisation du travail à distance que la communication interne des PME. Le micro-blogging privé permet ainsi à chaque collaborateur de partager le même niveau d'informations, au même moment. Outre une meilleure intégration du télétravailleur, il offre une alternative aux canaux de communication chronophages (ex : email). Il contribue ainsi à améliorer la productivité de l'entreprise quel que soit son mode d'organisation.


Le micro-blogging privé dans l'entreprise, c'est quoi ?


Le concept des plateformes de micro-blogging privé est directement inspiré de celui du géant Twitter.
Le principe est le même : les utilisateurs du réseau peuvent publier des microbillets pour donner des informations sur leur statut, annoncer un événement, ou relayer un lien intéressant repéré sur internet.
Si le principe est similaire, la visée est différente. En effet, les nouveaux réseaux de micro-blogging privé s'adressent en priorité aux professionnels.

Avec deux orientations majeures :
- Les informations partagées à l'intérieur du réseau sont accessibles par les seuls membres de la communauté
- Les outils à disposition sont destinés à améliorer la communication dans l'entreprise.

Compte tenu de leurs particularités techniques, ces réseaux privés sont de plus en plus utilisés dans l'organisation du télétravail.

Quatre atouts maîtres


Les réseaux de micro-blogging privé présentent quatre principaux avantages :

Même niveau de partage de l'information


En dehors même d'une configuration en télétravail, les plateformes de micro-blogging comme Yammer permettent d'améliorer la communication au sein de l'entreprise. En partageant le même outil de communication collaboratif, les employés ont accès au même niveau d'informations.

Confidentialité et sécurité des données partagées


Quelles que soient les spécificités des plateformes, chaque mode de communication (messagerie, échanges de fichiers) est confidentiel et limité au réseau de collaborateurs autorisés. A l'exception notable de Blellow, un réseau semi-privé.

Gain de productivité et de réactivité


Les réseaux de micro-blogging privé sont une alternative aux moyens de communication classiques : comme les mails ou le téléphone. Le flux d'informations permanent permet aux collaborateurs :

- De se tenir informé sans délai et de capter un maximum d'informations.
- De réagir immédiatement à un message publié. Un gain de productivité substantielle, selon une étude menée par SAP Research et l'université Humboldt de Berlin.

Adapté aux besoins de l'entreprise


Il existe un éventail de plateformes adaptées aux besoins spécifiques de l'entreprise. Elles disposent de fonctionnalités plus ou moins étendues. Vous choisirez donc votre outil en fonction de critères internes à l'entreprise : nombre de collaborateurs, nécessité de partage de fichiers, création de catégories d'utilisateurs, intégration de la plateforme au téléphone mobile, etc

Confidentialité des données : quelles garanties ?


Les réseaux de micro-blogging privé mettent en place des garde-fous pour préserver la confidentialité des informations échangées par les utilisateurs. Dans le cas de Yammer :

- L'administrateur du réseau peut paramétrer le niveau de sécurité, restreindre l'accès à certaines adresses IP ou retirer et supprimer un utilisateur autorisé.
- Les informations transmises sur Yammer sont encryptées par le protocole de communication SSL. L'entreprise est propriétaire du contenu diffusé par ses collaborateurs et peut l'archiver librement.

Quelle plateforme de micro-blogging pour quels professionnels ?


Yammer : communication fluide et besoins basiques


Les fonctionnalités intégrées à Yammer sont simples, mais essentielles : partage d'informations sur le statut de l'employé (ex: « en réunion »), messagerie instantanée (flux de messages visibles par tous les employés ou par un groupe pré-défini, base de connaissances permettant de retrouver les messages par mots-clés, application Yammer pour mobile, ajouts de photos, vidéos.
  • La cible : les professionnels de la communication, des médias, de la veille marketing, ou toute PME souhaitant améliorer sa communication interne.


Réseaux de microblogging privé similaires à Yammer : Present-ly (compatible avec iPhone), Blue-Kiwi.

SocialCast : valoriser son réseau privé


Semblale à Yammer, SocialCast est doté d'un outil d'analyse baptisé Social Business Intelligence qui permet de visualiser la manière dont l'information circule entre les collaborateurs.
  • La cible : les entreprises dont l'activité dépend étroitement de la bonne communication et coordination internes (ex : marketing)

Blellow : partage d'expériences


Blellow (version beta) est pour l'heure essentiellement partagé par des utilisateurs anglophones. Il est orienté vers la productivité, le partage d'expériences et de connaissances entre travailleurs indépendants.
  • La cible : les professions indépendantes, freelancers.

SocialText : fonctionnalités avancées


SocialText est un réseau professionnel privé dont les fonctionnalités reposent sur l'échange de connaissances : partage de fichiers (tableurs), création d'une page personnelle pour chaque utilisateur, wiki d'entreprise intégré, applications pour Smartphone.
  • La cible : les professionnels du marketing, de la comptabilité et de la finance, les services de relations clientèles.

Yammer : l'avis du professionnel


Yves Duron est dirigeant de Nextmodernity, une petite société de conseil spécialisée dans les usages et pratiques des nouvelles technologies collaboratives pour le management.

CCM - Comment utilisez-vous Yammer dans votre entreprise ?
YD - On l'utilise principalement pour laisser des « traces » d'activités, qu'on soit au bureau ou en télétravail : nous échangeons des messages pour indiquer des rendez-vous et des contacts pris avec des clients, des personnes à rappeler, etc. Ensuite, l'utilisation des mots-clés et des tags dans les messages nous permet de retrouver un flux d'informations concernant un client ou une mission en cours. C'est utile pour reconstituer l'historique d'un projet en vue de faire un bilan, par exemple.

CCM -Pouvez-vous estimer le gain de productivité lié à l'utilisation de cet outil ?
YD - Contrairement au téléphone et au mail, Yammer n'est pas un outil « invasif ». C'est son principal attrait en termes de productivité : il ne perturbe pas l'organisation du travail et il est facile à prendre en main. Mais il ne remplace pas pour autant les autres moyens de communications.

CCM- C'est-à-dire ?
YD - L'outil est un peu limité dès que des conversations techniques s'engagent. C'est un peu comme Twitter qui ne permet pas des échanges très poussés. En parallèle, on continue d'utiliser les autres outils traditionnels : messageries instantanées, mails, etc.

CCM- Est-ce que le « réflexe Yammer » est facile à prendre dans l'entreprise ?
YD - Nous sommes une entreprise spécialisée dans le web 2.0, nous testons donc pas mal d'outils de ce type. Nous avons adopté Yammer il y a quelques mois maintenant. La difficulté est de généraliser son utilisation : tout le monde ne participe avec la même régularité. Ensuite, les réflexes ne se développent pas automatiquement : D'autres logiciels émergent et ce sont les utilisateurs qui vont naturellement vers l'outil le plus adapté.

A voir également :

Ce document intitulé «  Le micro-blogging privé dans l'entreprise  » issu de CommentCaMarche (www.commentcamarche.net) est mis à disposition sous les termes de la licence Creative Commons. Vous pouvez copier, modifier des copies de cette page, dans les conditions fixées par la licence, tant que cette note apparaît clairement.