Vidéosurveillance sur IP

Décembre 2016


Vidéosurveillance sur IP


Pour assurer la sécurité de vos stocks, de vos locaux ou de vos lieux de production, le système de vidéosurveillance sur IP a remplacé les caméras de surveillance analogiques et connait un succès fulgurant dans les entreprises. Ce système, grâce auquel vous pouvez êtes informé en cas de problème, en temps réel et depuis n’importe quel terminal relié à internet, est cependant soumis à quelques règles juridiques !



Les avantages


La vidéosurveillance sur IP utilise le réseau internet. Cette particularité multiplie les fonctionnalités et les avantages par rapport à la vidéosurveillance analogique :
  • Facile à installer. Plus de câbles à installer entre les caméras et le terminal de surveillance, il suffit de relier les caméras au réseau internet de l’entreprise, par une simple prise RJ-45.
  • Souple d’utilisation.
    • Les images capturées peuvent être facilement trouvées, manipulées, transférées. Plus besoin de parcourir les interminables bandes pour trouver une séquence de quelques secondes!
    • La surveillance des vidéos peut se faire à distance, depuis n’importe quel ordinateur ou PDA connecté à internet et par plusieurs personnes simultanément.
  • Fiable
  • Économique, à l’usage

Mises en garde

  • Les ressources technologiques

Si vous souhaitez qu’elle soit de qualité, la vidéosurveillance sur IP exige des ressources importantes, tant au niveau du stockage que du réseau de votre entreprise. L’objectif est d’éviter tout engorgement du serveur de stockage ou du réseau de l’entreprise.
  • L’implication du personnel

Veillez à bien informer le personnel sur l’utilisation de la vidéosurveillance, pour éviter leur refus de leur part de ce système.

Installation et utilisation


Pour avoir un réseau de vidéosurveillance sur IP, il vous faut :
  • une caméra numérique. Capable de filmer 24/24h, les webcams ne suffisent pas pour cet usage. Sony commercialise des caméras de vidéosurveillance HD sur réseau IP : la caméra fixe SNC-CH140 et la mini-dôme SNC-DH140.
  • un réseau internet. Ca peut-être celui de votre entreprise, ou une antenne et un pont WiFi pour une liaison sans fil.
  • un stockeur numérique. Pour sauvegarder les vidéos
  • un logiciel de vidéo surveillance. En voici un gratuit : WebCamXP. Si vous avez besoin de fonctions supplémentaires, vous devrez vous procurer un logiciel payant.


Une fois le système installé, pensez à :
  • choisir la périodicité des enregistrements :
    • enregistrement 24/24h avec conservation des données dans un délai de 30 jours
    • enregistrement déclenché par une alarme
    • prise de photos à la volée
  • sélectionner des options
    • données accessibles à distance sur un PC seulement ou aussi depuis les mobiles
    • alertes par SMS lorsqu’un événement se produit
  • penser à la sécurité des données vidéos
    • déterminer qui est autorisé à accéder aux vidéos
    • ajouter des identifiants et mots de passe pour sécuriser l’accès


Faire appel à un prestataire


Nous vous conseillons de faire installer votre système de vidéosurveillance par un professionnel, qui vous expliquera également comment l’utiliser.

Avant de faire appel à un professionnel, prenez le temps de définir vos besoins :
  • combien de lieux à surveiller : pour évaluer le nombre de caméras nécessaires
  • type de caméras : fixe ou mobile, fonction nuit, qualité des images requise
  • budget


Faites aussi votre choix en fonction :
  • de la possibilité que vous avez de tester le service avant de vous engager définitivement. Certains prestataires accordent une période test d’un mois sans engagement.
  • des prestations optionnelles :
    • vidéocommunication (dialogue par vidéo avec les employés)
    • vidéo-marchandising (analyse du processus d’achat des clients)
    • mise à jour et maintenance des installations
    • aide aux démarches juridiques (voir ci-dessous)

Juridique : ce qu’il faut savoir


L’installation d’un système de vidéosurveillance doit faire l’objet :
  • d’une déclaration du comité d’entreprise ou de l’administration
  • d’une demande préfectorale si la caméra filme une portion de voie publique, l’entrée d’un immeuble par exemple.
  • d’une déclaration à la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés (CNIL) dans la mesure où la vidéosurveillance sur IP implique le traitement de données informatiques.
  • d’un affichage informatif à destination des salariés (et éventuellement des visiteurs et/ou clients), précisant notamment leurs droits.


Si le dispositif de vidéosurveillance répond à un objectif de sécurité et de lutte contre le vol, il ne doit pas être utilisé pour surveiller les employés de manière continue et permanente. A savoir également : la durée de conservation des vidéos est limitée à un mois.

Le non-respect de ces obligations expose à de lourdes sanctions financières.
Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site de la CNIL.

A voir également :

Ce document intitulé «  Vidéosurveillance sur IP  » issu de CommentCaMarche (www.commentcamarche.net) est mis à disposition sous les termes de la licence Creative Commons. Vous pouvez copier, modifier des copies de cette page, dans les conditions fixées par la licence, tant que cette note apparaît clairement.