Concurrents (et successeurs attendus) de Facebook

Septembre 2016

Si les médias se sont focalisés sur Facebook, comme nous l'avons abordé, d'autres réseaux sociaux sont pourtant largement majoritaires sur d'autres continents. Sans compter ceux que développent Google et les autres acteurs « historiques » des réseaux sociaux.

Déjà en décembre 2007, LinkedIn, Friendster et Bebo ont lancé leur propre plate-forme de création d'applications, sur le modèle de Facebook. Et Bebo, qui vise les adolescents, a affirmé que le code fourni par ses développeurs serait compatible avec Facebook, et qu'il implémenterait son code et ses API.


Le projet OpenSocial


Lancé en novembre 2007 par Google, OpenSocial n'est pas à proprement parler, pour l'instant, un projet de réseau social, mais consiste en un ensemble d'API, qui permettront aux développeurs de créer des applications compatibles avec plusieurs réseaux sociaux ; sur le modèle de la Facebook Application Platform.

Une même version d'une application pourra donc être utilisée sur tous les sites partenaires, les interfaces de blogs et les réseaux sociaux compatibles avec OpenSocial. En fait, les API d'OpenSocial permettent d'implanter les applications et données sur n'importe quel réseau social partenaire d'OpenSocial, et provenant de toute autre partenaire.



Actuellement, la plate-forme Orkut, propriété de Google, les sites MySpace, LinkedIn, Hi5, Viadeo, Bebo, Friendster, Plaxo, et Yahoo ! depuis mars 2008, ont accepté de participer à l'initiative.

La page personnalisable iGoogle pourrait même être le réseau social de Google, alors que « Google vient d'ouvrir un "bac à sable pour développeurs" où ils peuvent essayer de créer de nouveaux types d'applications pour iGoogle pas disponibles pour les utilisateurs », annonçait le blog TechCrunch dans un billet le 2 avril 2008.

SocialStream et Zingku


SocialStream a été intégré récemment à Orkut : il s'agit d'un projet de l'université de Carnegie Mellon destiné à « réinventer les réseaux sociaux ». Ce méta-réseau permettrait d'agréger vos multiples activités en ligne dans une seule et même place.
Autre phénomène qui commence à poindre, celui des réseaux sociaux mobiles, tel Zingku, qui se positionne dans le social networking mobile, acquis par Google en septembre 2007. Zingku propose des services tels que le partage de textes ou de photos, ou l'agrégation de flux RSS sur son téléphone mobile.

Weplug, le petit dernier français


Prometteur, le réseau social français WePlug, ouvert officiellement le 30 avril 2008, en plusieurs langues (dont en allemand, en chinois et en arabe), et dévoilé par le blog TechCrunch. Il a été créé par Michel Morcos et Antoine Morcos, associés de la société Presselite, qui édite depuis 4 ans Jeux-France.com, magazine de jeux vidéo, Cinema-France.com, et Enregistrersous.com, un hébergeur d'images.

Comme sur tous les réseaux sociaux, il vous permet de créer votre profil, mais avec des fonctionnalités supplémentaires : vous pouvez accoler des mots-clés (tags) à votre profil, mais aussi vous créer un nuage d'amis, sur le modèle des nuages de tags, qui permet de visualiser votre entourage social (le graphe social sur Facebook), et de mettre en avant vos amis les plus proches.

WePlug propose aussi un service de mise à jour continue de vos activités, sur le modèle de Twitter, et une zone de blogs, dont les billets peuvent être notés par vos lecteurs.

Vous pouvez aussi y créer des groupes, comme sur les autres réseaux sociaux, mais dotés de focntionnalités telles qu'une zone de blogs, et d'un fil d'activités.


À suivre aussi, le développement des réseaux sociaux français Badoo et Bahu.

Le texte original de cette fiche pratique est extrait de «Tout sur le web 2.0» (Capucine Cousin, Collection CommentCaMarche.net, Dunod, 2008)

A voir également :

Ce document intitulé «  Concurrents (et successeurs attendus) de Facebook  » issu de CommentCaMarche (www.commentcamarche.net) est mis à disposition sous les termes de la licence Creative Commons. Vous pouvez copier, modifier des copies de cette page, dans les conditions fixées par la licence, tant que cette note apparaît clairement.